Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

FRANCFORT née FAVIER Aline Honorine

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est née le 23 novembre 1892 au domicile de ses parents au 68, rue Dulong à Paris (17ème). Son père Jean est Fort aux Farines et sa mère Marie née MAZURIER est cuisinière.

Le 17 mars 1921 elle épouse Georges FRANCFORT à Paris (17ème). Il décède à Néris-les-Bains (03) le 3 octobre 1942.

Le 12 mai 1944 à Néris-les-Bains la Gestapo de Montluçon rafle 12 personnes, toutes juives, dont Joseph, Marguerite et Denise BERETZ.

Aline FRANCFORT est arrêtée par quatre policiers allemands le 16 mai 1944 Route de Villebret à Néris-les-Bains (03). Selon une note des Renseignements Généraux, «Madame Veuve FRANCFORT serait soupçonnée d'avoir détenu des valeurs et des effets ayant appartenu à la famille BERETZ arrêtée à Néris-les-Bains le 12 mai 1944».

Une hypothèse peut être émise concernant l'arrestation de Madame FRANCFORT. Après avoir arrêté leurs victimes, les nazis et leurs collaborateurs français avaient l'habitude de revenir sur les lieux de leurs méfaits pour piller le domicile de leurs victimes. Il est fort possible qu'étant retournés au domicile de la famille BERETZ et n'ayant trouvé aucun objet de valeur, ils aient mené une enquête qui a abouti à l'arrestation d'Aline FRANCFORT.

Elle est internée au Fort de Romainville situé sur la commune des Lilas (93). Outre l'état-civil, figurent sur ce fichier son matricule N° 6074 et sa date de départ de la prison le 30 juin 1944. Son nom figure également dans le fichier de BRINON. Ce dernier n'est intervenu que très rarement en faveur des déportés.


 
 
Source des documents ci-dessus: Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 451 606.

 

Note: Le collaborateur Fernand de BRINON né le 26 août 1885 à Libourne (33), ambassadeur de l'Etat Français auprès des Allemands à Paris, sera  exécuté le 15 avril 1947 à Montrouge (92).


Fort de Romainville: «Un camp de femmes. La majorité des détenus du fort de Romainville sont des femmes. Cette caractéristique est une des originalités essentielles de ce camp. De 1940 à 1944, plus de 3800 y sont internées. Plus de 90 % sont ensuite déportées, soit près des 3500 des 8000 femmes arrêtées par mesure de répression et déportées de France vers les camps nazis.»

Thomas FONTAINE dans Les oubliés de Romainville Un camp allemand en France (1940-1944) Taillandier Editions 2005

 

Elle fait partie des 111 femmes déportées le 30 juin 1944 de Paris gare de l'Est à Sarrebruck (camp de Neue Bremm) où elles arrivent le jour même dans le convoi N° I.235. Au bout de 5 jours elles sont transférées à Ravensbrück.


Le KL Ravensbück est situé près de la ville de Fürstenberg à environ 50 kilomètres au nord de Berlin.
Au
total, plus de 120000 déportées d'une vingtaine de nationalités différentes sont passées par le KL Ravensbrück, le grand camp de concentration pour femmes du Reich. De là beaucoup d'entre elles sont transférées vers des camps et des centaines de Kommandos extérieurs disséminés dans toute l'Allemagne.
Les conditions d'existence à Ravensbrück sont tout aussi effroyables que dans les autres KL. De 1939 à 1945, on estime qu'environ 40000 déportées ont trouvé la mort dans ce camp.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 
 
Aline reçoit le matricule N° 44720 et après la quarantaine reste au Camp de Ravensbrück.

Elle décède le 15 février 1945 à Ravensbrück selon l'état civil de Paris (17ème) et de Néris-les-Bains et le JO N° 156 du 8 juillet 2009.

"Mort pour la France"

Son nom figure au Monument aux Morts de Néris-les-Bains.
 

Photo: AFMD de l'Allier.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat à la Défense en date du 8 juillet 2009 paru au Journal Officiel N°156 du 8 juillet 2009.


 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 654 W 6,

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 451 606

- Etat civil de Paris (17ème) et de Néris-les-Bains (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- MemorialGenWeb  site Internet
 
©  AFMD de l'Allier