Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

CUISSOT Jean

Nous sommes à la recherche d'une photo et de renseignements complémentaires.

est né le 2 avril 1912 au domicile de ses parents rue du Lion d'Or à Saint-Pourçain-sur-Sioule (03). Son père Antoine est maçon et sa mère Marie née CHARLES est femme au foyer.

Incorporé le 20 avril 1933, il est affecté au 30ème Régiment d'Infanterie. Il est rayé des contrôles le 15 avril 1934.

Réformé le 21 septembre 1939, il est rappelé et affecté au 30ème Régiment d'Artillerie Bataillon Antichars. Fait prisonnier le 20 juin 1940 à Vierzon (18), il est interné au Stalag II D à Stargard en Poméranie et reçoit le matricule N° 65797. Il est rapatrié et démobilisé le 18 janvier 1942.

Célibataire il est domicilié route de Varennes-sur-Allier à Saint-Pourçain-sur-Sioule.

Résistant communiste selon la famille, il est arrêté par la Gestapo de Vichy -ainsi que son père Antoine- dans la rafle du 12 mai 1944 à Saint- Pourçain-sur-Sioule. Il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins, puis est transféré à Compiègne.

Le 18 juin 1944 il est déporté à Dachau où il arrive le 20 juin dans le convoi N° I.229. Selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation «c'est le transport le plus important par le nombre de déportés au départ de Compiègne à prendre la directement la direction de Dachau». En effet ce convoi compte 2139 hommes.

Il reçoit le matricule N° 72460.


Source du document ci-dessus: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

  Il  fait partie des quelque 80 détenus qui restent au camp central de Dachau.


Le KL Dachau est situé en Bavière à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Munich. C'est le premier camp de concentration créé par le IIIème Reich le 20 mars 1933, soit seulement sept semaines après l'accession d'Adolf Hitler au pouvoir. Il constitue ainsi le modèle de référence sur lequel d'autres camps ont été construits et ont fonctionné jusqu'à la fin de la guerre.
De 1933 à 1939, 35575 détenus, des Allemands, puis des Autrichiens, des Tchèques et des Polonais, sont ainsi immatriculés au KL Dachau. A partir de 1939 des détenus provenant de tous les pays en guerre contre l'Allemagne arrivent à Dachau. A la libération trente nations sont représentées. Au total plus de 200000 déportés sont passés par Dachau et ses Kommandos. Parmi eux on trouve 12500 Français environ.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il y décède le 4 février 1945 selon l'état civil de Saint-Pourçain-sur-Sioule et le JO N° 27 du 2 février 1988.

 
Son nom figure au Monument aux Morts de Saint-Pourçain-sur-Sioule.

Photos: AFMD de l'Allier.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 24 novembre 1987  paru au Journal Officiel N°27 du 2 février 1988.



Sources:

- Archives du camp de Dachau sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1 R 1932.327,

- Archives Municipales de Saint-Pourçain-sur-Sioule

- Etat civil de Saint-Pourçain-sur-Sioule (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial annuaire des Français de Dachau
Amicale des Anciens de Dachau 1987

- MemorialGenWeb site Internet
 
© AFMD de l'Allier