Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
PONCET Ernest Mary Joannès
 
 

Archives de la famille

Est né le 3 août 1920 au domicile de ses parents au bourg de Laprugne (03). Son père Antonin et sa mère Marguerite née SAINT-ANDRÉ sont cultivateurs.

Il s'installe au lieudit Laudemarière à Creuzier-le-Vieux (03) comme agriculteur avec ses parents.

Le 16 novembre 1942 il s'engage pour un an dans l'Armée d'Armistice et est affecté au 90ème Groupe 63ème Batterie.

L'Armée d'Armistice ayant été dissoute il est mis en congé le 1er mars 1943 jusqu'à la fin de son contrat, le 15 novembre 1943.
 
Photo: Archives de la famille.

 
Le 26 août 1943 il est recensé pour le S.T.O. à Creuzier-le-Vieux, mais en est exempté en tant qu'agriculteur suite à la circulaire 1M1 paragraphe a page 99.

S.T.O.: Le Service du Travail Obligatoire en Allemagne est instauré par Pierre Laval le 16 février 1943. Les premiers concernés sont les jeunes gens nés au dernier trimestre 1919 ou en 1920-21-22. Ils doivent aller travailler pendant deux ans dans les usines allemandes. Les réfractaires vont grossir les rangs de la Résistance.

Le 11 janvier 1944 il est arrêté dans la rafle effectuée par la Gestapo de Vichy à Laudemarière. Sont également arrêtés Pierre AMELOT et Jean-Baptiste SARRAZIN.

Selon un témoignage familial était caché chez les PONCET un certain FOURNIER. Ce dernier était parti au STO (Service du Travail Obligatoire), était revenu en permission, mais n'était pas reparti. Il avait dissimulé ses vêtements sous son lit. Selon le témoignage mentionné ci-dessus Ernest PONCET est arrêté sur dénonciation, car la Gestapo est allée directement regarder sous le lit.

Le 22 janvier 1944 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 24 janvier par le convoi N° I.172. Il reçoit le matricule N° 42632 et, après la quarantaine, il est transféré le 16 février 1944 au camp de Dora.  

Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions abominables. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

 
Il décède sans doute lors de l'évacuation le 28 avril 1945 à Eisenach (Allemagne) selon l'état civil de Laprugne et le JO N° 22 du 27 janvier 1898.
 
"Mort pour la France"
 
Son nom figure au Monument aux Morts de Creuzier-le-Vieux.
 
 
Photo: AFMD de l'Allier.
 

Hommage posthume.

Par décision du Conseil Municipal de Creuzier-le-Vieux en date du 16 janvier 1983 le nom d'Ernest PONCET est attribué à une rue du Lotissement des Roussilles.

Photo: Archives de la famille.
Archives de la famille

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 3 novembre 1997 paru au Journal Officiel N° 22 du 27 janvier 1998.


 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1 R 1940.543, 778 W 18,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 128
 
- Archives Municipales de Creuzier-le-Vieux

- Archives de la famille

- Etat civil de Laprugne (03) et de Creuzier-le-Vieux (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb  site Internet
 
©  AFMD de l'Allier