Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
RÉROLLE André Albert

Nous sommes à la recherche d'une copie de sa carte de Déporté. Nous contacter à
afmddelallier@orange.fr

 
 
Archives de la famille

est né le 17 novembre 1919 au N° 19, Quai Isabey à Nancy (54). Il est le fils de Gustave, négociant, et de Marie née ARTH.

Il est adopté par la Nation suite au jugement rendu par le Tribunal Civil de Nancy le 8 février 1933.

Il entre comme commis du Trésor de 4ème classe à la Perception de Maxéville (54).

Source de la photo: Archives de la famille.

Il part aux Chantiers de Jeunesse à Rumilly (Haute-Savoie) et en est libéré le 31 janvier 1941. 

Source de la  photo ci-contre: Archives de la famille.

En février 1941 il est employé comme auxiliaire à l'Annexe de la Trésorerie Générale du Puy-de-Dôme. Commis de 3ème classe du Trésor il est nommé Chef de l'Annexe de la Trésorerie Générale du Puy-de-Dôme à Vichy (03) à compter du 6 janvier 1943.

Archives de la famille


Il entre au Réseau "Alliance" comme agent de renseignements et de sécurité. Pseudonymes: Cartouche et X. 86.

Réseau «Alliance»: cet important réseau de renseignement essentiellement militaire- mais aussi filière d'évasion- est créé en avril 1941 par le commandant Georges Loustaunau-Lacau.

D'abord pétainiste, puis giraudiste, il va finalement se rallier au général De Gaulle début 1944. Il est dirigé par Marie-Madeleine Fourcade et le commandant Faye.

Source: Dictionnaire Historique de la Résistance.


Il est arrêté le 21 septembre 1943 à Marcenat commune de Volvic (63). Il est interné à la prison du 92ème RI à Clermont-Ferrand (63), puis le 22 octobre à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03) d'où il est transféré à Fresnes où sont regroupés les membres du réseau "Alliance".

Source de la photo: Mémorial de l'Alliance.

Source: Mémorial de l'Alliance
 

Il fait partie des 10 hommes extraits de la prison de Fresnes et  déportés le 16 décembre 1943 de Paris  à Rastatt.

Lors de son transfert il écrit à ses parents une lettre qu'il réussit à jeter sur la voie.

«Je serais reconnaissant à la personne qui trouvera ce petit livre de le porter ou de prévenir mes parents, Monsieur Rérolle, 9 route de Frouard à Champigneulles, que je pars en Allemagne. Aujourd'hui 16/12, sommes prêts à quitter la France. Etions relativement bien ici. Ai reçu deux colis, merci. Légumes avariés dans le dernier. Ai toujours un peu de linge, mais il m'aurait fallu un bon costume de travail. Ne sait où nous allons, ne sait pas si nous aurons la faculté d'écrire. Sommes très serrés, ça aurait pu être pire. Serai courageux. Je pense beaucoup à vous tous. Bébert, Roger? Comment vont-ils? Simone? ça va si oui, embrassez-la pour moi ainsi que toute la famille. Suis dans le train voiture cellulaire, toujours bien gardés. Vais essayer de repérer le patelin et demanderai WC pour pouvoir le jeter sur la voie. Dans les compartiments fenêtres clouées. Ai appris qu'il allait probablement à Strasbourg. De là? Forteresse? Jugement? Camp? Dans quelque temps on sera fixé. Le plus dur doit être passé, j'ose l'espérer; en tous cas ne voudrais pas revivre ces durs moments. Trahis. Nous avons été arrêtés toute une bande le 21 septembre à MARCENAT, commune de Volvic (Puy-de-Dôme). Cachots, interrogatoires. Je n'aurais pas cru que la détention était si pénible. C'est dur d'être toujours enfermés. Enfin, j'ai joué, j'ai perdu, je paie. Le moral est bon. Clermont très mal. Ai quitté le 22/10 pour Moulins. Un peu mieux. Etais à Fresnes depuis le 29/10. Mieux, ordinaire léger, mais faculté de recevoir des colis familiaux et beaucoup aidés par la Croix-Rouge pour colis, linge, etc... plus propre aussi, tout y était nickel, douches, étuves, etc…Maintenant l'inconnu. Qui sait? L'avenir est peut-être encore meilleur.

Bons baisers à vous tous.

JE PENSE A VOUS.

 

André RÉROLLE indique qu'ils ont été arrêtés sur trahison. L'auteur de la trahison, Jean-Paul LIEN, né le 16 septembre 1912 à Saint-Louis (68), infiltre le Réseau "Alliance" où il prend le pseudonyme de FLANDRIN. Il sera  arrêté , jugé  et fusillé le 30 octobre 1946 à Sennecey-lès-Dijon (21).
 
 

André RÉROLLE est l'un des 12 membres du Réseau "Alliance" exécutés à Rastatt le 24 novembre 1944. Lors de son procès l'Obersturmführer GEHRUM, chef de l'Ast III de Strasbourg, indique:«l'exécution eut lieu près d'un pont en bois situé à proximité de Blittersdorf. Deux par deux, les prisonniers furent assassinés et jetés dans le fleuve».

Il décède à Rastatt le 24 novembre 1944 selon l'état civil de Nancy et de Vichy et le JO N° 290 du 14 décembre 1997.

Quatre autres Bourbonnais d'adoption sont exécutés à Rastatt: Jean ETHEVENARD, Robert FRUMIN, Maurice RIVET et Jean SABATIER.

Selon  le  Service  Historique  de  la  Défense  (Dossier  GR  16 P  506490), il  est  homologué  en tant que Résistant au titre des F.F.C.(Forces Françaises Combattantes) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

Hommages posthumes:

Lui sont attribuées

- La Médaille de la Résistance Française par décret du 31 mars 1947

- La Légion d'Honneur par décret du 7 novembre 1958.

" Mort en déportation" selon l'arrêté du Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants en date du 31 juillet 1997 paru au Journal Officiel n°290 du 14 décembre 1997.
 
 

Sources:

- Archives de la famille

- Dictionnaire historique de la Résistance  sous la direction de François Marcot  Robert Laffont 2006

- Etat civil de Nancy (54) et de Vichy (03)

- Fourcade Marie-Madeleine - L'Arche de Noé Réseau «Alliance» 1940-1945 Editions Plon avril 2003

- Gerhards Auguste Tribunal de guerre du IIIe Reich Le Cherche Midi et Ministère de la Défense Paris 2014

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- "Mémorial de l'Alliance"   Amicale de l' "Alliance"

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 506490)
 
©  AFMD de l'Allier