Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BEUNS Narcisse Raoul



est né le 17 juin 1904 au 97, rue d'Erquinghem à Armentières (59). Son père Henri est tisseur et sa mère Marie née DUFLOU est ménagère.

Il exerce le métier de mineur de fond. Le 8 septembre 1923 il épouse Marie-Louise FARDOUX à Fouquières-les-Lens (62) et ils ont 3 enfants.

Incorporé le 10 novembre 1924, il est affecté au 43ème Régiment d'Infanterie. Réformé temporaire, il est rappelé le 10 janvier 1927 et rayé des contrôles le 9 novembre 1927.

Source de la photo ci-contre: Archives de la famille.

Il vient  résider à Montluçon (03) en juillet 1939. Il est mobilisé le 29 septembre 1939. Le 30 juillet 1943 le divorce est prononcé par le Tribunal de Montluçon (03).

Il exerce la profession de cafetier restaurateur et est domicilié route de Limoges à Montluçon.

Il est arrêté le 21 octobre 1943 à son domicile. Selon la police le motif de son arrestation pourrait être «l'incident qui eut lieu le 23 septembre 1943 vers 20 H 30 au café BEUNS au cours duquel un billet de 20 frs portant au coin gauche et en bas l'effigie d'Hitler, qui se trouvait pris au cou par une corde normalement imprimée sur le billet, fut montré à des soldats allemands et vendu pour la somme de 40 frs».

Il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins. Le 14 décembre 1943 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 16 par le convoi N° I.161. Comme indiqué dans l'en-tête de la fiche ci-dessous, il est déporté dans le cadre de "l'Opération Meerschaum".

Note: "Aktion Meerschaum" ("Ecume de mer") est le nom de code d' une opération de « recrutement » de main d’œuvre en Europe de l’ouest afin d'alimenter les camps de concentration.


Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen  5532214.

Il y reçoit le matricule N° 38754. Après la quarantaine il reste au camp central.

KL BUCHENWALD: Le camp de Buchenwald , situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Weimar, est créé en 1937. Avec le déclenchement de la guerre en 1939 et à mesure des avancées de la Wehrmacht, la population concentrationnaire s'internationalise.

De 1943 à la fin de 1944 voire au tout début de 1945, le camp devient un vivier de main d'œuvre corvéable à merci et renouvelable à volonté pour la production de guerre. Le développement des Kommandos s'amplifie. Des usines sont installées dans l'enceinte du camp.

En tout, Buchenwald comptera 136 Kommandos. Après huit années d'existence au cours desquelles périrent environ 56000 détenus et où 238980 ont pu être recensés, le camp de Buchenwald est libéré le 11 avril 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il décède de bronchopneumonie le 6 février 1944 à Buchenwald selon le Service International de Recherches d'Arolsen.

Il décède le 6 février 1944 à Buchenwald selon le Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et le JO N° 100 du 27 avril 2008.

Le décès n'est pas transcrit à l'état civil d'Armentières.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen  5532217.     

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat à la Défense en date du 19 mars 2008 paru au Journal Officiel N° 72 du 26 mars 2008.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1289 W 51,

- Archives Départementales du Nord 1 R 1924.1006,

- Archives du camp de concentration de Buchenwald  Liste des noms du convoi arrivé le 16 décembre

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 425 397

- Etat civil d'Armentières (59)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service International de Recherches d'Arolsen  5532214, 5532217,
 
©  AFMD de l'Allier