Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 


L’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants)

 

      En 1912 à Saint-Pétersbourg est créée la « Société pour la protection sanitaire des populations juives», Obshetsvo ZdravookraneyaYevreuiev (OZE).

              Le but de cette société  était « la protection sanitaire des populations juives » par la création de dispensaires,  l’information sur l’hygiène, l’aide alimentaire, l’incitation à la pratique sportive. Elle s’attache non seulement aux soins à prodiguer, mais aussi à la prévention.

             Au cours de la Première Guerre Mondiale l’OZE va s’étendre non seulement à d’autres grandes villes de Russie, mais aussi  aux pays limitrophes : Biélorussie, Ukraine, Lituanie et Pologne.

         En 1922 l’OSE -ainsi que  d’autres associations juives- est dissoute par Staline. Elle s’installe alors à Berlin sous la présidence d’honneur d’Albert Einstein. Elle prend le nom d’Union-OSE (Union mondiale des sociétés pour la protection de la santé des populations juives) regroupant les associations des différents pays d’Europe centrale et orientale.

              Avec l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933 et l’antisémitisme virulent qui règne en Allemagne  l’Union-OSE émigre alors à Paris. Elle est présidée par le docteur Alexandre Besredka de l’Institut Pasteur. Une antenne est installée à Genève.

           L’OSE France est créée sous le nom d’Œuvre de Secours aux Enfants  (OSE). Une première Maison d’Enfants est ouverte à Montmorency en 1935. Elle accueillera en novembre 1938 des enfants d’Allemagne et d’Autriche après la Nuit de Cristal, immense pogrom qui s’est déroulé dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938.

             En 1939 et 1940 l’OSE ouvre des maisons en Creuse et Haute-Vienne pour héberger les enfants de la région parisienne.    

             En 1940 précédant parfois de peu l’arrivée des Allemands à Paris l’OSE ferme ses 4 maisons dans la région parisienne et ouvre 14 Maisons d’Enfants en Zone Libre dont celle de Broût-Vernet.

             Après un bref séjour de deux mois à l’Hôtel Impérial à Vichy tout en y laissant une antenne la direction de l’OSE s’installe d’abord à Montpellier, puis plus tard à Chambéry en Zone italienne.

            Dès novembre 1940 le docteur Joseph Weill fait une tournée d’inspection des camps et constate les conditions sanitaires déplorables qui y règnent.  La décision est alors prise de tenter de faire sortir prioritairement les enfants des camps.


En mars 1942 l’OSE est intégrée à l’UGIF (Union Générale des Israélitesde France) qui a été  créée par le Gouvernement de Pétain sous la pression des Nazis afin de contrôler toutes les activités juives. Elle devient la « Troisième direction santé ».

              En 1941-1942 l’OSE ouvre des centres médico-sociaux dans des grandes villes de la Zone Libre pour aider les réfugiés. Non seulement elle intervient dans les camps d’internement, mais arrive à faire sortir des enfants de moins de quinze ans des camps, en particulier celui de Rivesaltes qualifié de « Centre de regroupement familial » où les conditions de vie étaient épouvantables : surpopulation, épidémies, malnutrition, manque d’hygiène. Selon Sabine Zeitoun « Pour la seule année 1941 on estime à environ 800 le nombre des enfants libérés par l’O.S.E ».  Ces enfants seront répartis dans les Maisonsd’Enfants. Sabine Zeitoun cite des chiffres : « Sur quatorze maisons de l’OSE on compte six cent quarante-sept enfants en juin 1941, huit cent seize en août 1942 et huit cent soixante-treize en août 1942. En décembre 1942, le nombre atteint mille quatre-vingts après le développement des rafles. » 

L’augmentation du nombre d’enfants dans ces maisons parfois prévues pour n’accueillir qu’une soixantaine d’enfants posera des problèmes qui seront partiellement résolus par l’émigration. Ainsi en 1941, 253 d’entre eux  émigreront aux Etats-Unis.

            Elle se poursuivra en 1942, mais suite au débarquement anglo-américain en Afrique du Nord le 8 novembre 1942 les Nazis envahissent la Zone Libre. L’émigration vers les Etats-Unis doit cesser. L’OSE tout en continuant ses activités légales dans le cadre de l’UGIF monte alors une organisation parallèle clandestine appelée« Circuit Garel ».  Avec l’aide d’associations religieuses (juives et protestantes au départ, puis catholiques) ou laïques ou de simples particuliers, l’OSE dispersera un grand nombre de ses petits protégés dans le sud-est qui est Zone d’Occupation italienne, mais aussi dans des couvents, des pensionnats, des établissements scolaires.         

En février 1944 le personnel de direction de l’OSE est arrêté à Chambéry. Un message codé est envoyé aux 14 Maisons d’Enfants avec l’ordre de fermer. Sur les 14 toutes fermeront sauf 2, Chaumont et Izieu. 
          
Les activités de l’OSE se poursuivront, mais clandestinement.
           
Si l’OSE a pu poursuivre ses activités (aide alimentaire, fonctionnement des maisons,  émigration, faux papiers, placements des enfants) elle le doit en majeure partie au Joint (abréviation de l’American Jewish Joint Distribution Committee), organisation apolitique qui au printemps 1942 par exemple a financé l’OSE à hauteur de 90 pour cent selon Sabine Zeitoun.

 Bibliographie :

- L’activité des organisations juives en France  Centre de Documentation Juive Contemporaine mai 1983

- Le sauvetage des enfants juifs pendantl’Occupation dans les maisons de l’OSE 1938-1945 Katy Hazan Sogomy Editionsd’Art novembre 2008

- Ces enfants qu’il fallait sauver Sabine Zeitoun France Loisirs septembre 1990

- L’Œuvre de Secours aux Enfants (O.S.E.) sous l’Occupation en France Sabine Zeitoun L’Harmattan mai 1990


 

La Maison d’Enfants aux Morelles à Broût-Vernet



Source : Jeanine SCHWARTZMAN

Le 24 octobre 1939 est signé à l’Agence Barnier à Vichy un contrat de location du Château des Morelles entre le propriétaire, Monsieur Alexandre HYGONNET, et le Comité de l’Union OSE qui a son siège à Paris, 92, avenue des Champs-Elysées. Le contrat prend effet à compter du 11 novembre 1939 avec « une option de quinze jours » précédant cette date. Il s’agit d’un contrat d’un an « avec faculté au cas où les hostilités ne seraient pas terminées de continuer pour une nouvelle période de UN AN et ce jusqu’à la cessation des hostilités ».(Source CDJC CCCLXXIV).

 

         Selon les sources le Docteur Alexandra BASS est la première à arriver aux Morelles en décembre 1939 ou janvier 1940 en tant que directrice. Ensuite toujours en janvier 1940 l’économe Joseph COGAN et sa famille.

        Les enfants n’arrivent qu’un peu plus tard. La première liste  d’enfants aux Morelles date du 10 avril. D’avril 1940 à février 1944 environ 340 enfants selon nos recherches ont séjourné à la Maison d’Enfants de Broût-Vernet pour des périodes plus ou moins longues, de trois mois (peut-être moins) à trois ans. Environ 220 garçons et 120 filles arrachés aux camps d’internement du sud-ouest ou placés par leur famille ont trouvé refuge aux Morelles à Broût-Vernet.

         Les Nazis et leurs collaborateurs français étaient obsédés par le contrôle de la population juive française et étrangère. Il y eut de nombreux recensements et en 1943 un état mensuel des arrivées et des départs était envoyé au commissaire spécial à Vichy. Les enfants des Morelles n’étaient donc pas des « enfants cachés » d’autant plus qu’il fallait des cartes nominatives pour presque tout :carte d’alimentation, carte pour les vêtements et textiles. Il fallait être inscrit pour avoir du lait, de la viande, pour être vacciné sans oublier bien sûr la scolarité.

         Selon les registres des écoles de filles et de garçons de Broût-Vernet sur les 340 enfants  au moins 230 ont été scolarisés, les autres étant pour certains trop jeunes, d’autres trop âgés et il faut tenir compte aussi du fait qu’il manque un registre de l’école de filles. L’un des instituteurs, Monsieur GAUME, se plaisait à souligner la curiosité intellectuelle de ces enfants dont plusieurs ont passé le Certificat d’Etudes Primaires avec succès. Deux d’entre eux ont même décroché le titre envié de Premier du canton d’Escurolles.

         L’enseignement religieux était dispensé à la Maison des Morelles. Le rabbin Zalman SCHNEERSON   était à l’origine de la création de cette maison de « stricte observance ».

         Les enfants avaient un suivi médical régulier. Un contrôle de la croissance (poids, taille) a été instauré par le Docteur Salomon GLÜCK. La première directrice, Mademoiselle Alexandra BASS, d’origine russe était docteur et était issue de l’institut Pasteur. Elle demanda que les enfants soient vaccinés pour se conformer à la loi.

        Les enfants sortaient peu de la Maison des Morelles mis à part le trajet pour aller à l’école à Broût-Vernet encadrés par des éducateurs et une promenade ou pique-nique au bord de la Sioule.

        La fête de Pourim donnait lieu à des divertissements avec déguisements et chants. Les institutrices et instituteurs y étaient invités.

 

La dispersion

Les enfants

               Dans une note  au préfet de l’Allier (1) le 22 juin 1943 le maire de Broût-Vernet  écrit que « la colonie des Morelles compte 37 filles et 57 garçons »  soit un total de 94 enfants. Dans le recensement suivant en date du 5 juillet 1943 (2) ce chiffre passe même à 98 (38 filles et 60 garçons).

              La dispersion va  commencer en août 1943  et s’accélérera sans doute avec l’arrestation le 2 novembre 1943 de l’économe, Joseph COGAN, et de ses deux jeunes enfants Albert (2 ans) et Fanny (6 ans). Ils sont déportés le 7 décembre 1943 de Drancy à Auschwitz par le convoi N° 64. Aucun ne reviendra.

            Grâce au Circuit Garel  les jeunes pensionnaires de la Maison d’Enfants des Morelles vont donc partir et trouver refuge pour la plupart en Zone italienne avant que cette zone ne repasse en zone allemande. Ils vont alors passer du statut d’ « enfants réfugiés » à celui d’« enfants cachés » dans des couvents, des pensionnats, chez des particuliers aussi sous des noms d’emprunt. Certains enfants étaient constamment déplacés.

 

L’encadrement

Le Docteur Salomon GLÜCK quitte les Morelles et entre dans la Résistance à Lyon.C’est là qu’il est arrêté. Il est déporté le 15 mai 1944 de Drancy à Kaunas ou Reval par le convoi N° 73. Il ne reviendra pas.

Robert WEIL, son épouse Olga et leurs deux filles, Ruth et Danièle, sont arrêtés le 29 avril 1944 à Annemasse alors qu’ils tentent de passer en Suisse. Seul Robert reviendra.

Est également arrêtée à la frontière suisse la famille WEICHSELBAUM, Bernard, Paula et cinq de leurs enfants : Abraham, Lya, Susi, Eric et Friedel. Ils sont déportés le 20 novembre 1943 de Drancy à Auschwitz par le convoi N° 62.

Aucun ne reviendra.

Plus chanceuse la famille ZÉLIKOWSKI-GUTTEL - les parents et six enfants-  réussira à passer en Suisse en mai 1944.

Source : Registre de l’école de garçons de Broût-Vernet

 

P.S. La Maison d’Enfants des Morelles sera reprise après accord du préfet  par les Quakers en avril 1944 « pour l’organisation d’une colonie d’enfants ».

 

Notes :

(1) : Archives Départementales de l’Allier 996 W 122

(2) : Archives Municipales de Broût-Vernet

(3) : CDJC CCCLXXIV

  

Enfants déportés postérieurement à leur séjour à Broût-Vernet

 

BELK David  17-07-1927  Dombrowa (Pol)                     Convoi N°  60

BELK Simon  25-07-1931 Paris 11ème (Fra)                    Convoi N°   71

BUGAJSKI  Isi  18-11-1928 Sczercow                             Convoi N°71

DAVIDOVITZ Fernand  05-02-1930 Paris 20ème (Fra)       Convoi N° 26

DAVIDOVITZ Maurice  06-07-1928 Paris 20ème (Fra)        Convoi N° 26

GOLDBERG Cécile  29-06-1926   Paris 12ème (Fra)          Convoi N° 27

GOLDBERG Régine  26-07-1930 Paris (Fra)                    Convoi N° 67

HOROWICZ Fanny  19-05-1932 Paris (Fra)                      Convoi N° 64

KISNER Arthur  10-07-1932 Vienne (Aut)                        Convoi N° 72

KISNER Henny  12-07-1930 Vienne (Aut)                        Convoi N° 72

MARCOVICI Marcel   20-07-1930 Paris 10ème (Fra)          Convoi N° 37

MARCOVICI Pauline  27-01-1928 Paris 12ème (Fra)          Convoi N° 37

MENDELSOHN Alexandre 26-10-1926 Mattersburg (Aut)  Convoi N° 28

MENDELSOHN Ernest   17-03-1928 Mattersburg (Aut)     Convoi N° 28

MENDELSOHN Charles 20-05-1929  Mattersburg (Aut)     Convoi N° 28

MENDELSOHN Paul 23-08-1930 Mattersburg  (Aut)         Convoi N° 28

REICHER Isaac  11-07-1928 Anvers (Bel)                        Convoi N° 31

REICHER Max  27-08-1930 Anvers (Bel)                         Convoi N° 31

TETELBAUM Herman  01-11-1933 Anvers (Bel)               Convoi N° 71




Liste des enfants juifs ayant transité par la Maison de l'OSE
au Château des Morelles à Broût-Vernet


Pour accéder à la liste des enfants avec un itinéraire, cliquez ICI

Pour accéder à l'ensemble de la liste des enfants, cliquez ICI





Les éducateurs          
           
           
           
AMSEL Ignace 24-10-1907 Kemecke ?    Hon
AMSEL Lila 11-09-1915      
BASS Alexandra 06-04-1876 Rostov   Rus
BASS Boris 02-11-1902 Rostov   Rus
BASS Khaia 05-10-1863 Pinsk Rus  
BECKER Charles 30-01-1902 Rovno   Fra
BECKER Claire 26-??-1910 Paris 18Þme   Fra
BRAUN FRENKEL Dora 15-11-1903 Koenigsberg    
COGAN née COHN Jeannette/Céorna 25-05-1903 Jassy Rou Rou
COGAN Joseph 01-01-1903 Kichineff Rou Rou
COHN  Jacques dit Bô 08-07-1916 Strasbourg   Fra
COHN Paula 12-01-1904 Strasbourg 67 Fra
DYBNIS Henri 09-10-1915 Prosknow Rus Rus
GLUCK Salomon 05-11-1914 Zurich  Sui Fra
KLEIN Adrienne 02-06-1910 Paris Fra  
KLEIN Henri 30-11-1914 Mulhouse Fra  
LICHTENSTEIN Bluma 13-06-1902 Telsia Lit  
LICHTENSTEIN Chiel 30-05-1898 Kowal Pol  
MANN Marthe 26-12-1912 Ichenhauser   Fra
SCHNEERSON Sara        
SCHNEERSON Zalman        
SENECAL Olynda 18-11-1916 Fleury-sur-Orne 14 Fra
SIGMANN/SIEGMAN Lima 22-09-1866     Pol
SINGER Mina 24-04-1920 Berlin All Pol
SOMMER Rachel 04-10-1904 Emden All  
SONNENSCHEIN Mina        
SONNENSCHEIN Rachel 02-03-1877     Pol
WEICHSELBAUM Bernard 04-09-1892 Rudnik Pol  
WEICHSELBAUM Miriam 25-02-1920 Francfort-s/Main All Pol
WEICHSELBAUM Paula 09-05-1898 Przemysl Pol  
WEIL Spingarn Olga 05-10-1921 Berlin All  
WEIL Robert 22-07-1912 Champigneulles 54 Fra
WOLFF Gaby        
ZELIKOWSKI Gustave Adrien 20-11-1908 Paris 11ème 75 Fra
ZELIKOWSKI Geneviève 02-06-1910 Paris 2ème 75 Fra
           
           
PERSONNEL DE SERVICE          
           
BAJOT  Gilberte 21-07-1870 Bransat    
FOUCAUD Laure Thérèse 14-11-1881 Contigny 3  
GEENS Ginette 08-06-1926 Paris 13ème    
GRAS  Lucie Marie 12/08/1921 Paris 10ème    
HUET Jacques 01-01-1923 Paris 17ème    
ROBIN Reine 01-07-1917 Albertville    
RODDIER Marcel 03-02-1916 Limons 63