Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
VOLLAT Marcellin

Nous sommes à la recherche d'une copie de sa carte de Déporté. Merci de nous contacter:
afmddelallier@orange.fr

 
Archives de la famille

est né le 14 juin 1891 au domicile de ses parents aux Falliers à Chavenon (03). Son père Jean-Marie et sa mère Marie née SELLIÈRE sont cultivateurs.

Il exerce le métier de préparateur en pharmacie à Luzarches (93).

Le 17 septembre 1912 il épouse Louise FENRICH à Ivry-sur-Seine (94). Ils ont trois enfants.
 
Photo: Archives de la famille.
 

Il est incorporé le 8 octobre 1912 au 26ème Régiment d'Infanterie. Classé dans le service auxiliaire en décembre 1914 il est démobilisé le 11 août 1919.

Il est préparateur à la pharmacie Blayeux et conseiller municipal à Digoin (71) où il est domicilié 18, rue Lamartine.

Il est arrêté le 11 janvier 1944 à Digoin et interné à Paray-le-Monial (71).  Selon une source il est membre des FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) et est responsable de l'organisation du Front National à Digoin.

Le 6 avril 1944 il est déporté de Compiègne à Mauthausen (Autriche) où il arrive le 8 dans le convoi N° I.199. Il reçoit le matricule 63312 et après la quarantaine il est transféré le 8 avril au Kommando de Melk.
 
Melk: Kommando du KL Mauthausen. Ils sont 10000 détenus qui travaillent au projet Quartz, c'est-à-dire la construction d'une usine souterraine de roulements à billes pour la firme Steyr, Daimler et Puch. Si l'usine est achevée elle ne produit jamais un seul roulement à billes.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 
Il est renvoyé le 5 mai 1944 au camp central  de Mauthausen jusqu'à ce qu'il soit transféré au Château d'Hartheim. Sur les 1489 hommes de ce convoi 763 décèdent ou disparaissent en déportation dont 122 qui vont être gazés au Château d'Hartheim. Parmi ces 122 personnes figure Marcellin VOLLAT.
 
Hartheim: Kommando du KLMauthausen. Ce château, situé à 27 Km à l'ouest de Linz, est le centre d'extermination par le gaz et cela pendant quatre ans.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

 
 

Il décède le 20 septembre 1944 à Hartheim (Autriche) selon l'été civil de Chavenon et de Digoin et le JO N° 286 du 9 décembre 2001.

«Mort pour la France»

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants en date du 24 octobre 2001 paru au Journal Officiel n°286 du 9 décembre 2001 page 19632.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 598954), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

Hommages posthumes
 

Il est élu conseiller municipal à titre posthume aux élections du 23 avril 1945.

Il est nommé Chevalier de la Légion d'Honneur le 16 septembre 1953.
 
Une rue de Digoin porte son nom. Photo: Mairie de Digoin. Remerciements.
 
 
Mairie de Digoin
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1911.857.481,

- Archives Départementales de Saône-et-Loire W 119984
 
- Archives de la famille

- Archives du camp de Mauthausen sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Etat civil de Chavenon (03) et de Digoin (71)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument  Amicale de Mauthausen

- Office Départemental des Anciens Combattants de Saône-et-Loire

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 598954)
 
©  AFMD de l'Allier