Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
BOUCHON Marie Victor
 
Archives de la famille

est né le 27 novembre 1901 au domicile de ses parents au bourg de La Machine (Nièvre). Son père Léonard est maréchal et sa mère Eugénie née NARQUIN est sans profession.
 
Photo: Archives de la famille.

 

 

Incorporé le 9 avril 1921 il est affecté au 5ème Régiment d'Artillerie, puis au 305ème Régiment d'Artillerie Légère. Il est démobilisé le 30 mai 1923.
 
Photo: Archives de la famille.

Le 19 mai 1924 il épouse Suzanne GIRARD à La Machine et ils ont deux enfants.

Archives de la famille
 

Libraire il est domicilié 4, rue d'Alsace-Lorraine à Saint-Pourçain-sur-Sioule (03) depuis septembre 1933.

Franc-maçon à la Loge « L'Equerre du Grand Orient de France» il est initié le 9 janvier 1937 à la Loge Equerre à Moulins (03).
 
Il entre en résistance au 1er janvier 1942 au mouvement "Libération-Sud".
 

Libération-Sud
Le journal Libération-Sud, créé en juillet 1941, est issu de la Dernière Colonne, groupe mené par Emmanuel d'Astier. Destiné au recrutement et à l'implantation du mouvement, le journal dispose d'un service de propagande-diffusion dirigé par Jules Meurillon. Rédigé à Lyon, imprimé à Montélimar, Auch, puis Toulouse, diffusé dans la zone sud jusqu'en 1944, son tirage atteint 300 000 exemplaires. Antivichyste et antinazi, gaulliste à l'été 1942, il souhaite un régime futur basé sur la démocratie et l'égalité sociale.
Sous la férule de Jean Moulin, Combat, Franc-Tireur et Libération-Sud vont se fondre en janvier 1943 en un seul mouvement, les M.U.R., Mouvements Unis de Résistance.
Source: Laurent Douzou et Cécile Vast dans le Dictionnaire historique de la Résistance sous la direction de François Marcot.

Le 21 mars 1944 la Gestapo de Vichy et le commissaire Jany BATISSIER, français passé à la Gestapo, débarquent à Saint-Pourçain-sur-Sioule et procèdent à la rafle de 10 résistants et de 2 Juifs.

Il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins, puis est transféré en train à Compiègne dans la nuit du 1er au 2 mai 1944.

Le 12 mai 1944 il fait partie des 2073 hommes déportés de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 14 par le convoi N° I.211.
 

Il reçoit le matricule N° 52138 et, après la quarantaine, il est transféré le 5 juin au kommando d'Ellrich qui est un théâtre désaffecté.

Ellrich: Ce Kommando, dépendant du camp de Dora, est constitué de bâtiments abandonnés d'une fabrique, avec un vaste terrain en friche, au sud de la ligne de chemin de fer de Herzberg à Nordhausen, à hauteur de la gare de la petite ville d'Ellrich. Entre mai et septembre 1944, on évacue vers Ellrich des milliers de détenus pour travailler sur des chantiers dépendants du "Sonderstab Kammler", qu'il s'agisse du creusement de galeries souterraines ou de tous les travaux de génie civil en surface."
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Tous les matins après l'appel de 6 h en colonne par cinq, en wagon à bestiaux, il part avec ses camarades pour Nordhausen où il décharge des rails de chemin de fer, du matériel de terrassement, du charbon, etc..

Courant août, il est envoyé au camp de Gunzerode, une bergerie entourée de barbelés!

Günzerode: Les détenus qui travaillent à Günzerode, à 8 km du camp de Dora, font partie de la SS Baubrigade 4, rattachée à Ellrich-Théâtre. Ils doivent construire une voie ferrée reliant Nordhausen à Kassel.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il est affecté au Kommando 4, composé uniquement de Français, qui est chargé de construire la ligne de chemin de fer stratégique reliant Dora à Kassel destinée au transport de la nouvelle fusée V 2.

Arrive l'hiver et les températures  descendent à moins 20°. Les morts dues à l'épuisement, la sous-alimentation, au froid, se multiplient.

Début avril, les bombardements se succèdent presque sans interruption. Le 4, c'est l'évacuation du camp et le départ en train pour Bergen Belsen. Le train est bloqué à Mieste.

 
 Il décède

- le 11 avril 1945 à Mieste (Allemagne) selon l'état civil de Saint-Pourçain-sur-Sioule et le JO N° 203 du 2 septembre 2000

- le 13 avril 1945 à Gardelegen selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 77384), il est  homologué en tant que Résistant au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant N° 1.011.31660 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 18 novembre 1958.

La famille adhère à l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.

Source du document à gauche ci-dessus: Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.
Source du document à droite ci-dessus: ONACVG du Puy-de-Dôme.

Son nom figure au Monument aux Morts de Saint-Pourçain-sur-Sioule.

Photos: AFMD de l'Allier.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat à la Défense en date du 25 juin 2000 paru au Journal Officiel N° 203 du 2 septembre 2000.

En septembre 2010, la famille effectue un voyage pèlerinage pour retracer le parcours de Victor BOUCHON et appose une plaque en sa mémoire à l'entrée du petit village de Solpke entre Mieste et Gardelegen où, selon la famille, ont été abattus Victor ainsi que François et Arsène PELLETIER .

Cette plaque porte l'inscription suivante: " "Dans la guerre comme dans la paix, le dernier mot est à ceux qui ne se rendent jamais" En mémoire de Victor Bouchon et ses camarades, unis pour toujours et dont le souvenir ne pourra jamais s'oublier"".

Source du document ci-dessus: Photo transmise par la famille.

Son nom figure sur la plaque dévoilée le 20 juin 2015 en mémoire et en l'honneur des 3 francs-maçons de la Loge Equerre " Morts en déportation".



Crédit photo: Dominique Boutonnet.



Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1

- Archives Départementales de la Nièvre 1 R 1921.457.891
 
- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 2330 W 20

- Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier

- Archives de la famille

- Archives du Grand Orient de France

- Archives Municipales de Saint-Pourçain-sur-Sioule

- Dictionnaire historique de la Résistance sous la direction de François Marcot Robert Laffont 2006

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de La Machine (58) et de Saint-Pourçain-sur-Sioule (03)

- Lassandre Raphaël Douze mois dans l'enfer nazi Imprimerie Voltaire 1987

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service Historique de la Défense GR 16 P 77384
 
© AFMD d l'Allier