Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
BÉDÉ Martial
 
 
Archives de la famille

est né le 26 février 1915 au N° 18, rue des Cordeliers à Montluçon (03). Sa mère Jeanne est domestique.

Incorporé le 20 octobre 1936 il est affecté au 152ème Régiment d'Infanterie et démobilisé le 15 octobre 1938.

Convoqué le 24 mars 1939 au 152ème Régiment d'Infanterie, il est donc déjà présent pour la mobilisation générale.
 
Photo: Archives de la famille.
 

Fait prisonnier le 26 juin 1940 avec son unité au Ballon d'Alsace et transféré à Mulhouse il s'évade deux mois après à Ballersdorf (68). Il est démobilisé le 3 septembre à Lons-le-Saunier (39).

De retour dans l'Allier il s'engage dans  la résistance communiste et fait partie du triangle de direction départementale: le Politique, l'OP (Organisation et Propagande) et le Technique. Le Politique coiffe l'organisation. Il reçoit les directives nationales. L'O.P. (Martial BÉDÉ) s'occupe de la rédaction des tracts. Le Technique s'occupe de l'organisation matérielle: acheminer les tracts.
 
Martial BÉDÉ est donc le N° 2 dans le département sous le pseudonyme de "Max". De plus étant dans un département traversé par la Ligne de Démarcation il fait la liaison entre les deux zones. Domicilié à Moulins (03) en Zone Occupée  il est ouvrier agricole à Bressolles (03) en Zone Libre.
 
Pour ses activités il dispose de deux fausses cartes d'identité.
 
 
Archives de la famille Archives de la famille
Source des documents ci-dessus: Archives de la famille.
 
Ses activités vont attirer l'attention de la police et il va être activement recherché.
 
 
Source du document ci-dessus: Archives Départementales de l'Allier 778 W 4.
 

Par mesure de sécurité il quitte l'Allier et part pour Rodez (12).

Il y est arrêté le 12 décembre 1942  pour menées antinationales et propagande communiste.

Il est jugé par la Cour Spéciale de Montpellier le 21 mai 1943 et  est «Déclaré coupable d'activités communistes». Il est condamné à 5 ans de prison, 6000 francs d'amende et 10 ans d'interdiction de droit.

Il est transféré à la Centrale d' Eysses à côté de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) le 1er janvier 1944 et y est interné sous le N° 2551.


Source du document ci-dessus: Archives Départementales du Lot-et-Garonne 940 W 114.

Du 19 au 23 février 1944 il participe à l'insurrection de la Centrale. Celle-ci échoue de peu. Devant la menace d'un bombardement par les troupes allemandes appelées en renfort les insurgés se rendent. 12 prisonniers sont fusillés.

Le 30 mai plus de 1100 détenus sont «remis aux autorités allemandes», en clair ils sont livrés aux nazis, en l'occurrence la Division Das Reich qui se rendra coupable de la pendaison de 99 otages à Tulle le 9 juin, puis du massacre de 642 personnes à Oradour-sur-Glane le 10 juin.

Cette unique photo des emprisonnés d'Eysses en colonne par cinq, les mains sur la tête, au moment où ils quittaient la Centrale aux mains des S.S.  le 30 mai 1944 pour la gare de Penne-d'Agenais (Lot-et-Garonne) où ils allaient être embarqués vers Compiègne, a été prise par un garde mobile d'une fenêtre dominant la cour d'honneur.

Source de la photo: L'insurrection d'Eysses 19/23 février 1944 Une prison dans la Résistance Amicale des Anciens d'Eysses Editions Sociales 1974

 
Le 18 juin 1944 il est déporté de Compiègne à Dachau où il arrive le 20 dans le convoi N° I.229. Il y reçoit le matricule N° 73067.

Source du document ci-dessus: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

Après la quarantaine il est transféré au Kommando de Landsberg.

Landsberg:Kommando du KL Dachau.
Le Kommando de Kaufering-Landsberg est situé sur le Lech en Bavière, à 50 kilomètres au sud-ouest de Munich. Le 18 juin 1944 arrivent à Kaufering 1000 détenus juifs, parmi lesquels se trouvent plusieurs Français. En dehors du complexe de Kaufering, existe à Landsberg un camp de travail sur la base aérienne de Penzing. 28838 détenus sont envoyés dans ce Kommando, l'un des plus grands sur le territoire du Reich, dont 14500 environ y sont morts.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 
 
 Il y est libéré le 28 avril 1945 par l'armée américaine et rentre le 29 mai 1945.

Il adhère à l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 42915), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance). 

La carte de C.V.R. (Combattant Volontaire de la Résistance) N° 133566 lui est attribuée le 17 juin 1960.

La carte de Déporté Résistant N° 1.011.32578 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 5 juillet 1960.

 
Source du document de gauche: Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.

Source du document de droite: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.


Le 20 octobre 1945 il épouse Paulette BRUN à Moulins (03) et ils ont un fils.

Suivant l'article 1er de l'arrêté du Ministère de la Défense en date du 20 avril 1990, le "Bataillon F.F.I. de la Centrale d'Eysses" est assimilé à une unité combattante pour la période du 9 décembre 1943 au 31 mai 1944.

Il décède le 18 août 2000 à Moulins.
 
 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 778 W 4, 1 R 1935. 1054.888, Police Politique Opposition au Régime de Vichy Communisme répression 1940-1944,

- Archives Départementales de l'Aveyron 324 W 524,

- Archives Départementales du Lot-et-Garonne Registre d'écrou de la Centrale d'Eysses 940 W 114

- Archives du camp de Dachau sur Ancestry.com et Jewishgen.org

- Amicale des Anciens d'Eysses
L'insurrection d'Eysses 19/23 février 1944 Une prison dans la Résistance Editions Sociales 1974

- Archives de la famille

- Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier

- Bulletin Officiel des Armées Arrêté du 20 avril 1990

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Montluçon (03)

- Mémorial annuaire des Français de Dachau  Amicale des Anciens de Dachau  1987

- Office Départemental des Anciens Combattants de l'Allier

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 42915)


© AFMD de l'Allier