Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

FLEURET François Camille Louis dit Guy


Nous sommes à la recherche d'une copie de sa carte de Déporté.
Nous contacter : afmddelallier@orange.fr




Est né le 12 décembre 1924 au Château de Coudrée à Sciez-sur-Léman (74). Son père Henri est jardinier et sa mère Marie née BOSSON est ménagère.

Il est opérateur radio stagiaire au G.C.R. (Groupement de Contrôles Radioélectriques) à Hauterive (03).

Source du document ci-contre: Archives privées de Robert Magenties. Photo transmise par François Romon.
Note concernant la photo.Celle-ci a été prise dans le dortoir des stagiaires de l'Ecole des radios du G.C.R. d'Hauterive.  A l'époque François FLEURET a 18 ou 19 ans. Il fait semblant de jouer de la guitare avec un balai pour amuser la chambrée.
Nous nous sommes résolus à mettre cette photo, car c'est la seule dont nous disposons et donc il ne faut y voir aucun irrespect de notre part.


 
 

Groupement de Contrôles Radioélectriques d'Hauterive

Pour échapper au contrôle des Commissions d'Armistice, 6 officiers des Transmissions sont transformés en ingénieurs civils des PTT, donc rattachés au Secrétariat d'Etat aux Communications. Sous le couvert d'écoutes de presse et d'écoutes commerciales, le GCR travaille en fait pour le 2ème
Bureau français.

Il est arrêté le 19 août 1944 à Nancy (54) par la Sipo (Sicherheitspolizei ou police de sûreté) et interné à la prison Charles III en cette même ville.

Au cours du rapatriement de leurs troupes, les nazis vident les prisons sur leurs passage, ce qui présente pour eux un double avantage.  Cela évite que les résistants reprennent le combat et permet d'alimenter les camps en main-d’œuvre concentrationnaire.

Le 19 août 1944 dans le convoi N° I.270 il fait partie des 264 hommes transférés de la prison à la gare de Nancy où ils sont enfermés dans des wagons jusqu'à la gare de Rothau. Ils font l'ascension à pied en colonne par cinq jusqu'au camp de concentration de Natzweiler/ Struthof. Il y reçoit le matricule N° 22933.

KL Natzweiler-Struthof: Ce KL est installé en Alsace sur la commune de Natzwiller à 60 km au nord-est de Strasbourg sur un contrefort des Vosges à 800 mètres d'altitude. Il s'agit de l'unique caam de concentration situé en territoire français , mais annexé au IIIème Reich à cette époque.
En août 1944, des détenus provenant surtout des prisons d'Epinal, de Nancy, de Belfort et de Rennes arrivent au Struthof. Le 31 août 1944 un premier convoi évacue 2000 détenus vers le KL Dachau. L'évacuation se prolonge jusqu'au 4 septembre. Le camp est vide lorsqu'il est libéré par les troupes alliées le 23 novembre 1944.
Au total on peut estimer à 47000 le nombre d'internés au campde Natzweiler et dans ses kommandos extérieurs. On estimele nombre des victimes  à environ 11000.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Document ci-dessous: Fragebogen für häftlinge: Questionnaire pour détenu extrait du dossier de François FLEURET au KZ Natzweiler.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.29.2 / 3166831.

Il ne va y rester que deux semaines, car, face à l'avance des armées alliées, le Struthof est évacué.  Voir le document ci-dessous extrait de la liste du transfert de Natzweiler à Dachau.


Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen   1.1.29.1 / 3130844.  

Il fait partie du convoi arrivé le 4 septembre à Dachau où un nouveau matricule lui est attribué, le N° 100026.

Source du document ci-dessus: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

Après 6 semaines passées à Dachau, il est transféré le 22 octobre 1944 au camp de concentration de Neuengamme où lui est attribué un autre matricule, le N° 61232.

KL Neuengamme  (1938-1945).  Le  KL Neuengamme se  situe à  environ  25 km au sud-est  de Hambourg sur la rive droite  de l'Elbe  dans  une région  marécageuse et plate.
Au total on estime que 106 000 personnes, dont 13500 femmes, ont été déportées au Kl Neuengamme et dans ses kommandos extérieurs de travail.
Les troupes britanniques qui pénètrent dans le camp de Neuengamme le 5 mai 1945 trouvent un camp vide.
Sur les 106000 déportés au KL Neuengamme et dans ses Kommandos on estime le nombre de morts à 55000 dont plus de 7000 Français.
Sources: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et 
Mémorial des Français Déportés à Neuengamme.

Un autre matricule lui est attribué, le N° 61232.

Document ci-dessus: Fiche du détenu François FLEURET N° 61232 à Neuengamme. Source: KZ-Gedenkstätte Neuengamme. Transmise par Dr Reimer Möller et François Romon.

Il décède le 10 mars 1945 à Neuengamme selon le registre des décès de Neuengamme, l'état civil de Sciez-sur-Léman et le JO N° 78 du 2 avril 2009.

Guy FLEURET  fait  partie  des membres du G.C.R. d'Hauterive  dont  les  noms figurent sur la  plaque au  Mont-Valérien  aux côtés  d'Oscar HOSCH, Paul LABAT, André MESNIER, Maurice RIVET, Gabriel ROMON, Joseph SINGER "Morts en déportation".


Document de gauche ci-dessus: Plaque commémorative au Mont-Valérien en mémoire des agents des Transmissions "Morts en déportation". Transmis par le chef de corps du 8ème Régiment de Transmissions. Remerciements.

Document de droite ci-dessus: Monument aux Morts de Sciez-sur-Léman. Photo transmise par Gérard Capon. Remerciements.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat à la Défense en date du 20 mars 2009 paru au Journal Officiel N°78 du 2 avril 2009.


Sources:

- Archives des camps de Natzwiller-Struthof et de Dachau sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Archives du G.C.R.

- Archives du KZ-Gedenkstätte Neuengamme transmise par Dr Reimer Möller et François Romon

- Etat civil de Sciez-sur-Léman (74)

- ITS Archives Bad Arolsen 1.1.6.1/9895460, 1.1.29.2/3166831,  1.1.29.2/3166832, 1.1.30.1 / 3413028, 1.1.30.1 / 3413093, 1.1.29.1 / 3130844,

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial annuaire des Français de Dachau Amicale de Dachau 1987

- Mémorial des Français Déportés à Neuengamme Amicale de Neuengamme

- MemorialGenWeb  site Internet
 
©  AFMD de l'Allier