Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BELIN Jean-Louis

 est né le 5 mars 1889 au domicile de ses parents au lieudit Le May à Chemilly (03). Son père Louis et sa mère Elisabeth née SOPIZET sont cultivateurs.

Il exerce le métier de cultivateur avant de s'engager pour 4 ans le 22 décembre 1908 à Montluçon (03). Il est affecté au 13ème Régiment d'Infanterie et passe dans la réserve avec le grade de sergent le 22 décembre 1912.
 
Photo prise le 13 août 1941. Source: Archives Départementales de la Haute- Vienne 1517 W 15.

Puis il entre en juin 1913 comme agent des Postes à Paris (10ème) où il est domicilié 24, rue du Terrage.

Rappelé le 1er septembre 1914 il est affecté au Régiment d'Infanterie de Nevers (58) avant de passer au 69ème Régiment d'Infanterie. Blessé le 13 mai 1915 à Amiens (80), il est classé dans le service auxiliaire le 26 juin 1916, puis est affecté aux Postes de la Seine en tant que facteur.

Le 29 juillet 1916 il épouse Marie Laurence RÉTIF à Paris (10ème) et ils ont un enfant.

Il est membre du Syndicat des P.T.T. de 1920 à 1934, date à laquelle il prend sa retraite.

En 1924 il entre à la cellule du Parti Communiste à Drancy. Il vend «L'Humanité» et distribue des tracts. Il va venir s'installer dans cette ville en 1928 au N° 9, rue Jean Varnet.

Il y est élu conseiller municipal de 1936 à 1939.

Il est arrêté le 5 mars 1940 sur décision du préfet de la Seine et interné au Château de Baillet (95) jusqu'en avril 1940. Il est ensuite transféré à l'Ile d'Yeu jusqu'en août 1940, puis à Saint-Angeau (16) jusqu'au 9 janvier 1941, date à laquelle il est interné au camp de Saint-Paul-d'Eyjeaux.

Il est ensuite transféré le 23 octobre 1943 au camp de Saint-Sulpice-la-Pointe (81).

L'administration de ce camp remet les détenus aux Allemands le 30 juillet 1944. En clair, les prisonniers sont livrés aux nazis.

Le 30 juillet 1944 il est déporté de Toulouse à Buchenwald où il arrive le 6 août dans le convoi N° I.252. Il reçoit le matricule N° 69051 et après la quarantaine il est affecté au Kommando de Weferlingen.
 
Weferlingen ou "Gazelle”: Kommando du KL Buchenwald. C'est en août 1944 que ce Kommando , situé à 50 km au nord-ouest de Magdeburg, est ouvert. Les détenus ont pour tâche de construire une usine souterraine dans des galeries de potasse. Ils sont 450 en janvier 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 

Il y est libéré le 12 avril 1945.

La carte de Déporté Politique N° 1.101.29934  lui est attribuée  sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 15 avril 1957.


Source du document ci-dessus: Archives de Paris 3595 W 106.

Il décède à Drancy le 18 novembre 1973.

 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1909.842.1679,
 
- Archives Départementales de la Haute-Vienne 1517 W 15
 
- Archives Départementales du Tarn 493 W 85
 
- Archives Municipales de Drancy (93)

- Archives de Paris 3595 W 106

- Etat civil de Chemilly (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos
 
©  AFMD de l'Allier