Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
PANCERZYNSKI née CHIRON Berthe Hélène
 
DIAC Clermont-Ferrand

est née le 13 décembre 1906 au Puy-en-Velay (43). Son père Louis est commerçant et sa mère Berthe née QUEYREL est sans profession.

Elle épouse René TARDIVEL le 15 octobre 1930 au Puy-en-Velay.

Son premier mariage ayant été dissous, elle épouse Joseph PANCERZYNSKI à Vichy (03) le 27 janvier 1940. Ils sont domiciliés au N° 16, boulevard Gambetta à Vichy.
 
Source de la photo: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.
 

Elle appartient dans la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) au mouvement qui deviendra en 1944 le M.N.P.G.D. (Mouvement National des Prisonniers de Guerre et Déportés) sous les ordres de Georges FRICQUEGNON alias «COLLIN» et de François MITTERRAND alias «MORLAND».

Son pseudonyme dans la Résistance est "Mimy".  Elle est homologuée dans la R.I.F. avec le grade fictif d'adjudant.
 
Selon l'attestation de Georges FRICQUEGNON, Berthe PANCERZYNSKI et son mari Joseph «ont notamment assuré l'hébergement et la nourriture des évadés originaires de l'Europe Centrale, de Pologne et de Russie au moyen d'une organisation que Joseph PANCERZYNSKI avait monté à Vichy et au Puy de 1942-1944.

De plus Joseph PANCERZYNSKI et sa femme avaient noyauté des ouvriers étrangers travaillant dans les ministères, notamment à l'Hôtel du Parc, desquels ils obtenaient des renseignements qu'ils me communiquaient».

Il s'agit donc d'une filière d'évasion qui permet d'évacuer ces évadés vers Londres ou l'Algérie. C'est Berthe PANCERZYNSKI qui accompagne les évadés, les clandestins jusqu'au Puy-en-Velay où les parents de Berthe ont une propriété.

Elle est arrêtée par la Gestapo le 11 avril 1944 à son domicile et internée à Vichy, puis à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03), d'où elle est transférée au Fort de Romainville.
 

Le Fort de Romainville

Ce fort militaire est situé sur la commune des Lilas en Seine-Saint-Denis au nord-est de Paris. Il accueille d'abord des prisonniers de guerre et des otages, dont certains seront fusillés au Mont-Valérien. Puis à partir de 1943 il devient l'antichambre de la déportation avant de servir de prison pour femmes en 1944.
 
Photographie, prise à la Libération, des casemates où étaient enfermés des détenus. Source: Les oubliés de Romainville un camp allemand en France (1940-1944) par Thomas Fontaine Editions Taillandier mai 2005.
 
Le 13 avril 1944 elle est déportée de Paris gare de l'Est à Ravensbrück où elle arrive le 18 dans le convoi N° I.212. Elle reçoit le matricule N° 38963 et, après la quarantaine, est occupée dans diverses corvées telles que l'assainissement des marais, le transport de charbon, de sable et de rails avant d'être transférée au Kommando de Beendorf.
 
Helmstedt-Beendorf: Kommando du KL Neuengamme. On retrouve deux Kommandos sur ce site, un d'hommes et un de femmes. Créés respectivement en mars et en août 1944, ils font travailler les détenus à la construction d'usines souterraines dans les anciens puits de mines ""Bartensleben"" et ""Marie"".
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
 

Puis elle est transférée à Hambourg. Selon son témoignage elle est libérée le 2 mai 1945 par la Croix Rouge suédoise dans le cadre d'un échange de prisonniers.

Elle rentre le 14 mai 1945.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 128886), elle est homologuée en tant que Résistante au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française)  et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant N° 2.011.05210  lui est attribuée   sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 14 mars 1951.

Elle adhère à l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.


Source du document de gauche: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.
Source du document de droite: Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier.
 
Lui sont également attribuées la Médaille Militaire et la Légion d'Honneur.
 
Elle décède le 6 novembre 1979 à Vichy.
 
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1

- Archives de l'Association des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes de l'Allier

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Vichy (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Office Départemental des Anciens Combattants de l'Allier

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 128886)
 
©  AFMD de l'Allier