Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

SCHMAUS Marcel

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 27 mars 1910 au domicile de ses parents au N° 29 bis, rue des Francs-Bourgeois à Paris (4ème).

Son père Néhémie est fourreur et sa mère Rachel née FLEISCHMAN est sans profession.

Son père Néhémie est naturalisé Français suite au décret paru au Journal Officiel de la République Française N° 299 du 25 décembre 1927 page 12980. Selon le même Journal Officiel page 12993, sa mère Rachel fait partie des femmes qui sont " réintégrées dans la qualité de Française qu'elles avaient perdue par leur mariage avec des étrangers naturalisés Français par décret en date de ce jour" selon la formule du dit Journal Officiel.

En 1927 ils sont domiciliés à Lyon (3ème). Marcel est agent temporaire des Hôpitaux.
 
Source des documents ci-dessus: Bibliothèque Nationale de France sur site Internet Gallica.
Selon son registre matriculaire curieusement il est incorporé le 22 avril 1931 en tant que "fils d'étranger" alors que ses parents ont été naturalisés Français suite au décret du 25 décembre 1927 (voir ci-dessus). Il est affecté au 107ème Régiment d'Artillerie Lourde Hippomobile et passe 1ère Classe le 6 novembre 1931. Il est démobilisé le 9 avril 1932.

Marcel SCHMAUS exerce la profession de mécanicien. En 1936 il revient habiter à Paris. Le 27 mars 1937 il épouse Marcelle FLAHAUT à Paris (5ème) et ils ont un enfant. Ils sont domiciliés au N°14, rue Saint-Séverin à Paris (5ème).

Réformé définitif par la Commission de Réforme de la Seine N°2 du 5 juillet 1939, il est rayé des contrôles.

Il est arrêté à la Ligne de Démarcation le 18 juillet 1942 à Moulins (03)  et interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03), d'où il est transféré le 19 septembre au camp de Pithiviers (45).

Source du document ci-dessus: Archives Départementales du Loiret 20 M 788.

Note: Selon les critères racistes nazis, son épouse, Marcelle née FLAHAUT, étant "aryenne"  comme indiqué sur la liste ci-dessus, Marcel SCHMAUS n'aurait pas dû être déporté à Auschwitz, mais au camp de Norderney sur l'île d'Aurigny où étaient rassemblés "les conjoints d'aryennes". Ses chances de survie y auraient été bien plus importantes.


Le 25 septembre 1942 il est "muté"  -ainsi que ses camarades d'infortune- au camp de Beaune-la-Rolande (45).

Source du document ci-dessus: Archives Départementales du Loiret Entrées à Beaune-la-Rolande 34121.


Il est transféré le 12 juillet 1943 à Drancy où il reçoit le matricule N° 1895.

Marcel SCHMAUS est déporté de Paris Bobigny le 18 juillet 1943  dans le  convoi N° 57.

Source du document ci-dessus extrait de la liste du convoi N° 57: © Mémorial de la Shoah C57_33.
Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.9.9 / 11189925.


Dans Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Serge Klarsfeld écrit à propos du convoi N° 57: " Le convoi est parti le 18 juillet à 9 H 30, non plus du Bourget/Drancy, mais de Paris/Bobigny avec 1000 Juifs à destination d'Auschwitz. (...) 552 hommes, 430 femmes et 18 indéterminés dans ce convoi. 126 enfants de moins de 18 ans. (...) A l'arrivée, 369 hommes furent sélectionnés avec les matricules 130466-130834 ainsi que 191 femmes (50204-50394). Le reste du convoi fut immédiatement gazé. Il y avait en 1945 43 survivants dont 16 femmes".

Il décède

- le 10 juillet 1943 à Drancy selon la mention en date du 24 mai 1948 à l'état civil de Paris (4ème)

- le 15 juillet 1943!!! à Auschwitz selon le JO N° 144 du 23 juin 2000.

Rappelons la loi du 15 mai 1985 parue au Journal Officiel:
 
Loi n° 85/528 du 15 mai 1985
sur les actes et jugements déclaratifs de décès des personnes mortes en déportation
Article 3 - Lorsqu'il est établi qu'une personne a fait partie d'un convoi de déportation sans qu'aucune nouvelle n'ait été reçue d'elle postérieurement à la date du départ de ce convoi, son décès est présumé survenu le cinquième jour suivant cette date, au lieu de destination du convoi.
 
Selon la loi du 15 mai 1985, Marcel SCHMAUS, déporté le 18 juillet 1943, est décédé le 23 juillet 1943 à Auschwitz (Pologne).

La carte de Déporté Politique N° 1.175.14889 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 16 avril 1962.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat  d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants en date du 3 mars 2000 paru au Journal Officiel n°144 du 23 juin 2000.
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 996 W (778 W 15.4), 996 W 159.01,   Mesures antisémites Déportation Liste des Juifs arrêtés par les autorités allemandes à la Ligne de Démarcation,

- Archives Départementales du Loiret 25863, 34121, 20 M 788,

- Archives Départementales du Rhône 1 rp 1955

- Bibliothèque Nationale de France sur site Internet Gallica

- Centre de Documentation Juive Contemporaine

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 536 547

- Etat civil de Paris (4ème) et de Paris (5ème)

- Klarsfeld Serge Mémorial de la Déportation des Juifs de France 1978

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.9.1 / 11183290, 1.1.9.1 / 11183291, 1.1.9.1 / 11183292, 1.1, / 11183294, 1.1.9.1 / 11183327, 1.1.9.9 / 11189925,
 
©  AFMD de l'Allier