Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

AUDIBERT née PETIT Jeanne Marie



est née le 27 juillet 1895 au domicile de ses parents à Beaulon (03). Son père Jean-Baptiste et sa mère Marie-Louise née DAUBERTIS sont instituteurs.

Elle est institutrice domiciliée 19, rue Descartes à Paris (5ème) quand elle épouse le 18 octobre 1924 Charles AUDIBERT à Paris (5ème).

Dans les années 1940 elle exerce à l'école maternelle de la rue de Turenne et est adhérente à la section de la Seine du Syndicat National des Instituteurs. Elle est arrêtée le 13 mars 1942 et lors de la perquisition par la police des tracts et des numéros de L'Ecole Laïque sont trouvés.

Source de la photo ci-contre: Archives de Paris 3595 W 27.


Selon le Maitron «Considérée comme l'animatrice du centre clandestin de propagande communiste en direction des enseignants dans l'arrondissement, traduite devant la Section spéciale de la Cour d'Appel, le 1er mai 1942, elle reconnut avoir expédié divers tracts et brochures. Elle fut condamnée à cinq ans de prison et 1 200 F d'amende.»

En fait de prison elle est internée au Fort de Romainville, l'une des antichambres de la déportation vers l'Allemagne nazie.

Le Fort de Romainville

Ce fort militaire est situé sur la commune des Lilas en Seine-Saint-Denis au nord-est de Paris. Il accueille d'abord des prisonniers de guerre et des otages, dont certains seront fusillés au Mont-Valérien. Puis à partir de 1943 il devient l'antichambre de la déportation avant de servir de prison pour femmes en 1944.

Photographie, prise à la Libération, des casemates où étaient enfermés des détenus. Source: Les oubliés de Romainville un camp allemand en France (1940-1944) par Thomas Fontaine Editions Taillandier mai 2005


 

Le 18 avril 1944 elle fait partie des 417 femmes déportées de Paris gare de l'Est à Ravensbrück où elles arrivent le 22 dans le convoi N° I.204. Elle y reçoit le matricule N° 35098. Après la quarantaine elle est affectée au Kommando de Rechlin.


Rechlin: Kommando du KL Ravensbrück.
Situé dans le Mecklembourg, les déportés travaillent pour un champ d'aviation.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Elle est de retour à Ravensbrück où elle est libérée le 23 avril 1945 par la Croix-Rouge Suédoise.

Elle est transférée en Suède où elle arrive en ferry à Malmö le 26 avril 1945. Elle séjourne au camp de réfugiés de Grimslöv au sud de la ville de Växjö. Elle quitte la Suède le 29 juin 1945 en avion à partir de l'aéroport de Bromma à Stockholm. Voir sa carte de départ ci-dessous.

Source: Archives du Royaume de Suède (Riksarkivet).

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 471527), elle est homologuée en tant que Résistante au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant N° 2.001.21491 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 19 mars 1954.



Source du document ci-dessus: Archives de Paris 3595 W 27.

Elle décède à Paris (13ème) le 6 novembre 1980.

Sources:

- Archives du CICR (Comité International de la Croix-Rouge)

- Archives de Paris 3595 W 27.

- Archives du Royaume de Suède (Riksarkivet)

- Etat civil de Beaulon (03) et de Paris (5ème)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 20094

- Maitron Biographie de Jeanne Audibert

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 471527)

©  AFMD de l'Allier