Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

MORAND Francis

est né le 25 mars 1915 à la Caserne de Gendarmerie à la Citadelle à Lodève (34). Son père Maxime est lieutenant de gendarmerie et sa mère Yvonne née ANDRIEU est sans profession.

Il fait partie de la Promotion Saint-Cyr 1935-1937 dite Promotion Lyautey. Saint-Cyrien à l'escadron cavalier au 2ème Peloton, il est affecté à l'Ecole d'Application à Saumur 1937-1938. 
Il est nommé lieutenant le 1er octobre 1938 et est affecté au 2ème Régiment de Chasseurs d'Afrique à Mascara, puis à la 4ème Légion de la Garde  en avril 1942.

Le 22 décembre 1943 il épouse Angèle GRACIA à Lodève. Ils sont domiciliés à l'Hôtel Richmond à Vichy (03).

Source de la photo ci-contre: Archives de l'Ecole Saint-Cyr Coëtquidan.

 

Promu capitaine le 25 décembre 1943, il est affecté à la Direction Générale de la Garde à Vichy.

Selon Pierre Accoce dans «Les gendarmes dans la Résistance», le Chef d'Escadron Rémi ROBELIN, sous-directeur technique de la Garde et membre de l'ORA (Organisation de Résistance de l'Armée), est chargé, de «faire de la Garde un outil au service de la Résistance». Francis MORAND est son agent de liaison et noue des «contacts avec l'Armée Secrète, avec le délégué militaire occulte de la région 6, Maurice COURSON de la VILLENEUVE alias Pyramide».

Ce dernier est arrêté le 2 juillet à son domicile 5, rue du Lycée à Clermont-Ferrand (63) et la Gestapo y tend une souricière. Francis MORAND y est pris le 6 juillet et est interné à la caserne d'Assas rue Pélissier où il est isolé dans un mitard.

Le lendemain il est interrogé au siège de la Gestapo villa René avenue de Royat à Chamalières (63) et est torturé pendant plusieurs jours.

Le 20 août 1944 il est déporté de Clermont-Ferrand au Struthof-Natzweiler dans le convoi N° I.275.

Il n'y reste que très peu de temps, car face à l'avance des troupes alliées, le camp de concentration du Struthof est évacué.

Francis MORAND fait partie du convoi arrivé le 4 septembre à Dachau et reçoit le matricule N° 99171.

Mémorial annuaire des Français de Dachau

Source: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

Le 14 septembre il est transféré au camp de Mauthausen où il arrive le 16. Il reçoit le matricule N° 98722 et est  affecté le 21 septembre  au Kommando de Melk.

Melk: Kommando du KL Mauthausen. La ville de Melk se trouve en Basse-Autriche. Le 21 avril 1944, arrivent 500 des 10000 détenus qui travaillent au projet "Quartz", c'est-à-dire à la construction d'une usine souterraine de roulements à billes pour la firme Steyr, Daimler et Puch. Si l'usine est pratiquement achevée, elle ne produit jamais un seul roulement à billes. Le 15 avril marque la fin de l'évacuation de ce Kommando vers Mauthausen ou Ebensee.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il y décède le 11 avril 1945 selon l'état civil de Lodève.

«Mort pour la France»

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 428830), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur), des F.F.C. Forces Françaises Combattantes)  et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

Son nom figure sur la tombe au cimetière de Lodève...


... et au Monument aux Morts de Lodève.

Photos transmises par la Communauté de Communes Lodévois et Larzac. Remerciements.


Sources:

- Accoce Pierre Les gendarmes dans la Résistance Presses de la Cité 2001

- Archives Départementales de l'Allier 1580 W 8

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 168

- Archives du camp de Dachau sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Archives de l'Ecole Saint-Cyr Coëtquidan

- Communauté de Communes Lodévois et Larzac

- Etat civil de Lodève (34) 

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument  Amicale de Mauthausen

- Mémorial annuaire des Français de Dachau Amicale des Anciens de Dachau 1987

- Service Historique de la Défense Département Gendarmerie

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 428830)

©  AFMD de l'Allier