Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

LÉVY Janine Gabrielle

Nous sommes à la recherche  de renseignements complémentaires.


est née le 12 novembre 1924 au domicile de ses parents au N° 12, rue du Hainaut à Paris (19ème). Son père Salomon est commerçant et sa mère Marthe née JOSEPH est sans profession.

Sténotypiste célibataire elle quitte Paris avec ses parents pour se réfugier à Vichy (03) au N° 16, rue des Sources.

Source du document ci-contre: Archives de Paris 3595 W 153.
 
Ils se font recenser à Vichy en tant que Juifs français conformément à la loi antisémite du 2 juin 1941 de l'Etat Français.

Source: Archives Départementales de l'Allier 756 W 1.

Elle trouve un emploi de sténotypiste aux Etablissements Gain, droguerie en gros rue Salignat à Vichy.

La famille est expulsée de l'Allier et va s'installer à Randan (63). Janine continue de travailler aux Etablissements Gain et fait les trajets en train entre Randan et Vichy.

Elle est arrêtée avec sa mère le 29 février 1944 à Randan (63) par la Gestapo de Vichy sans doute en représailles selon Janine, car la Résistance est très active dans la région de Randan. Elle passe une journée au siège de la Gestapo Boulevard des Etats Unis à Vichy avant d'être internée à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03). Le 14 mars 1944 elle est transférée de Moulins à Drancy où elle reçoit le matricule N° 16925.

Le 27 mars 1944 elle est déportée de Drancy à Auschwitz par le convoi N° 70.

Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah C70_22.

Dans Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Serge Klarsfeld écrit à propos du convoi N° 70: " Ce convoi emporte vers Auschwitz 1025 déportés: 609 hommes et 416 femmes. Parmi eux 109 enfants de moins de 18 ans. (...) A l'arrivée à Auschwitz le 30 mars, 380 hommes furent sélectionnés avec les matricules 176096 à 176475; il en fut de même pour une centaine de femmes. Environ 520 personnes furent immédiatement gazées. En 1945 il y avait 125 survivants dont 60 femmes".

Elle est sélectionnée pour le travail et reçoit le matricule N° 76235. Elle est d'abord affectée au Kommando du terrassement jusqu'en juillet, puis à l'usine d'armement  «Union Werke» où elle remplit les obus de poudre jusqu'en janvier 1945.

Fin janvier elle est évacuée d'abord à pied, puis en train jusqu'à Ravensbrück où elle reste une semaine avant de repartir pour le Kommando de Malchow.

Malchow: Kommando du KL Ravensbrück situé dans le Mecklembourg  à l'ouest de Ravensbrück. Ce Kommando travaille pour une usine d'explosifs chimiques. Des Français y arrivent en 1945 au moment des évacuations.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Elle est évacuée à pied de Malchow et reste cachée dans une ferme jusqu'à sa libération.

Elle rentre de déportation le 8 juin 1945 et passe par l'Hôtel Lutétia où lui est attribuée la carte de Rapatriée N° 1.827.055.


Source des documents ci-dessus: AFMD 75.


La carte de Déportée Politique N° 2.175.05685 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 18 avril 1955.

Source du document ci-dessus: Archives de Paris 3595 W 153.

Source du document ci-dessus: Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 691 774.

Veuve de Georges WEILL, elle épouse Roland GOETSCHEL à Bâle (Suisse) le 23 janvier 1961.

Sources:

- Archives de Paris 3595 W 153.

- Archives Départementales de l'Allier 756 W 1, 996 W 194.01,

- Blum-Cherchevsky Eve-Line Nous sommes 900 Français vol.III p.529

- Centre de Documentation Juive Contemporaine C70_22

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 691 774

- Etat civil de Paris (19ème) et  du Consulat Général de France à Genève (Suisse)

- Klarsfeld Serge Liste des transferts de Vichy à Drancy du 14 mars 1944

Klarsfeld Serge Mémorial de la Déportation des Juifs de France 1978

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Témoignage oral de Janine Lévy

© AFMD de l'Allier