Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

DESSALUPT Paul Léon

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 2 août 1909 au domicile de son grand père au lieudit Vozelles à Valbeleix (63). Noël, son père, est menuisier et sa mère Mélanie née ROCHE est ménagère.

Il exerce la profession de facturier.

Incorporé le 26 octobre 1930 il est envoyé en Algérie jusqu'au 22 septembre 1931. Caporal-chef il est rayé des contrôles le 15 octobre 1931.

Le 11 janvier 1936 il épouse Marcelle ESPY à Clermont-Ferrand (63) et ils n'ont pas d'enfant.

Affecté au Centre Mobilisateur N° 145 il est démobilisé le 25 juillet 1940.

En 1943  il est domicilié 26, boulevard Aristide Briand à Clermont-Ferrand et exerce la profession de contrôleur départemental à la mobilisation des métaux non ferreux, mais, pour les besoins de son emploi, il loge à Montluçon à l'Hôtel du Lion d'Or en semaine.

C'est au cours d'une de ses tournées d'inspection qu'il est arrêté le 19 août 1943. L'arrestation a lieu sur la Route Nationale 145 au lieudit Bellechassagne à Chamblet (03) par 3 agents de la Gestapo. «Ces agents après avoir procédé à l'examen de ses pièces d'identité l'auraient fait monter dans leur voiture». Selon une note de la police, "Travaillant pour les Mouvements Unis de Résistance, il semble que ce soit là la cause de son arrestation".

Il est interné à la prison du 92ème Régiment d'Infanterie à Clermont-Ferrand et transféré à Compiègne le 1er octobre 1943.

Le 28 octobre 1943 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 30 dans le convoi N° 145. Il reçoit le matricule N° 30993 et après la quarantaine il est affecté au Kommando de Dora.

Document ci-dessus: Extrait de la liste du transfert à Dora. Source: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.1/53170011.

Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions abominables. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

De BRINON intervient le 14 février 1944 auprès des autorités allemandes " afin qu'une mesure de clémence puisse être prise en faveur de l'intéressé".

Les dites autorités allemandes répondent que Paul DESSALUPT avait été arrêté "pour activité anti-allemande et qu'il n'était pas possible pour le moment d'envisager sa libération".

Le Ministère des Prisonniers, Déportés et Réfugiés indique comme motif de la déportation "Sabotage".


En août 1944, il est transféré au Kommando de Mackenrode.

Mackenrode: Kommando de Buchenwald situé à 20 km au nord-ouest de Nordhausen. D'un effgectif d'environ 150 détenus, ce Kommando fait partie de la SS Baubrigade 3 établie à Wieda, qui regroupe également les Kommandos Nüxei et Osterhagen, et dont l'activité est la construction d'une voie ferrée appelée le Helmetalbahn.
Source: Mémorial Buchenwald Dora et Kommandos.

Puis il est envoyé en janvier 1945 au Kommando d'Osterhagen.

Osterhagen: Kommando de Buchenwald à 8 km au nord-ouest de Mackenrode avec un effectif d'environ 300 détenus. Son activité est la construction de la voie ferrée appelée le Helmetalbahn. Ce Kommando, composé d'une baraque isolée équipée d'un seul robinet d'eau, est un Straflager, c'est-à-dire un camp disciplinaire, dont la réputation est particulièrement sinistre.
Source: Mémorial Buchenwald Dora et Kommandos.

Il est libéré en avril 1945 et est  rapatrié le 12 mai 1945. Il décède le 1er septembre 1946 à Clermont-Ferrand.

Etant décédé des "suites de maladie contractée en déportation", la mention «Mort pour la France» lui est attribuée le 29 avril 1947.

Bien qu' il ait été homologué (Dossier GR 16 P 180809) au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) avec le grade de Sergent par le Secrétariat d'Etat aux Forces Armées le 2 août 1948, la carte de Déporté Résistant lui sera refusée sur décision du  Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre le 27 juin 1956 pour le motif suivant: "L'existence du lien de cause à effet entre l'acte de résistance et la détention n'a pas été établie".

La carte de Déporté Politique N° 1.111.21232 lui est attribuée à titre posthume par la même décision.

DIAC Clermont-Ferrand

Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1289 W 91

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 157 W 65, 1 R 1929. 1183,

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 443 316

- Etat civil de Valbeleix (63) et de Clermont-Ferrand (63)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.5.1/5317011,

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 180809)


©  AFMD de l'Allier