Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

ARSENNE Henri

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 16 mai 1890 au domicile de ses parents aux Iles à Montluçon (03). Son père Marien est maréchal-ferrant et sa mère Clémence née VINÇON est sans profession.

Engagé volontaire pour 4 ans à Montluçon le 27 mai 1908, il est clairon musicien au 4ème Régiment de Tirailleurs Algériens, puis en 1910 au 21ème Régiment d'Infanterie Coloniale.

Il fait la Campagne du Tonkin de 1914 à 1915, puis est affecté en Indochine jusqu'en 1923. Il est démobilisé le 17 octobre 1923.

Veuf de Suzanne VAILLANT il épouse Odette ROSE à Paris (4ème) le 29 juillet 1933 et ils ont une fille.

En 1936 il réside au N° 51, rue de Bigorre à Aulnay-sous-Bois (93) et exerce la profession de livreur.

Le 22 mars 1936 il est élu au Conseil Municipal sur la liste communiste et fait partie de la commission des lotissements.

Par décret du 26 septembre 1939 le Conseil Municipal d'Aulnay-sous-Bois à dominante communiste (29 membres sur 30) est démis et remplacé par une délégation spéciale.

Il est arrêté le 13 octobre 1940 pour propagande communiste  et interné le 14 octobre au camp d'Aincourt (95).

Selon le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier,  "Considéré comme un des meneurs les plus dangereux d'Aincourt, il fut livré le 27 juin 1941 aux Autorités d'occupation à la suite d'incidents avec les internés qui se désolidarisaient du PCF".

Le 24 janvier 1943 il est déporté de Compiègne à Sachsenhausen où il arrive le 25 dans le convoi N° I.74. Ce convoi est un transport «double» en ce sens qu'il est composé de 230 femmes et de 1466 hommes déportés dans des wagons différents à Auschwitz pour les femmes et à Sachenhausen pour les hommes. 

Henri ARSENNE reçoit le matricule N° 55842 et est affecté au Kommando d'Oranienburg.

Oranienburg: Kommando du KL Sachsenhausen. A Oranienburg où est installé le camp central, est notamment mis en place le Kommando d'Heinkel ainsi que d'autres Kommandos moins importants en nombre de détenus.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il décède à Oranienburg le 18 août 1944 selon l'état civil de Montluçon et le JO N° 132 du 10 juin 1987.

«Mort pour la France»


Selon le Service  Historique de la  Défense (Dossier GR 16 P 18855), il est  homologué en  tant que  Résistant au  titre  de  la  R.I.F. (Résistance Intérieure Française).

" Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat aux Anciens Combattants en date du 10 avril 1987 paru au Journal Officiel N° 132 du 10 juin 1987.


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1910.852.1869,

- Archives Municipales d'Aulnay-sous-Bois (93) 1 W 252, 1 D 26, 1 D 650, 4 H 13,

- Archives de la Préfecture de Police de Paris  263 526

-
Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier transmis par les Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis

- Etat civil de Montluçon (03) et de Paris (4ème)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- MemorialGenWeb  site Internet

©  AFMD de l'Allier