Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

LAVIGNON Edmond Paul



est né le 25 octobre 1906 au domicile de ses parents aux Brandes à Montvicq (03). Son père Etienne est ouvrier mineur et sa mère Léontine née BOUTONNET est ménagère.

Ses parents vont s'installer à Tours (37) au N° 31, rue Edgard Quinet et son père exerce le métier de magasinier.

Employé des P.T.T. il est domicilié 24, rue de la Tour d'Auvergne à Tours .

Le 19 mai 1928 il épouse Rachel née APIED à Tours et ils ont deux filles.

Source de la photo ci-contre: Archives de la famille.


Il appartient au réseau «Action P.T.T.» et surveille les communications et le courrier de la Gestapo.

Il est arrêté par la Gestapo une première fois le 6 novembre 1942 et interné jusqu'au 10 décembre. Il est libéré faute de preuves.

Il est arrêté par la Gestapo une deuxième fois le 10 janvier 1943 et interné à Angers (49).

Le 23 janvier 1943 il est déporté de Compiègne à Sachsenhausen où il arrive le 25 dans le convoi N° I.74. Il reçoit le matricule N° 59007 et il est transféré dans une Baubrigade non identifiée.

Note: Une Baubrigade est un Kommando mobile envoyé sur différents chantiers selon les besoins (terrassement, mise en place d'une voie ferrée, déblaiement après un bombardement par exemple).


Puis
il est affecté au Kommando de Bremen (Brême)-Farge.

Bremen-Farge: Kommando du KL Neuengamme: Ce Kommando ouvert en juin 1943 travaille pour la Direction de la construction de la marine à l'édification de l'abri sous-marin "Valentin". Plus de 2000 détenus y travaillent.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il est évacué en avril 1945 vers la baie de Lübeck.

La tragédie de la Baie de Lübeck

Les déportés évacués de différents camps et Kommandos sont embarqués le 1er mai 1945 à bord de trois bateaux, le Cap Arcona, l'Athen et le Thielbeck. Le 3 mai ces trois bateaux arborant le drapeau allemand sont bombardés par erreur par la Royal Air Force qui pensait que ces bateaux étaient occupés par des militaires. Environ 7500 déportés périrent dans cette tragédie.

Il est porté disparu depuis le 3 mai 1945 selon l'état civil de Tours.

Il décède le 3 mai 1945 dans la Baie de Lübeck Neustadt selon le JO N° 2 du 4 janvier 1994.

«Mort pour la France»

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 344614), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.C. (Forces Françaises Combattantes)  et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant  N° 1.009.09516 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 4 avril 1952.


Source: Archives Départementales d'Indre-et-Loire 1970 W 420.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Ministère des Anciens Combattants en date du 4 novembre 1993 paru au Journal Officiel N°2 du 4 janvier 1994.

Sources:

- Archives Départementales d'Indre-et-Loire 1970 W 420, 1970 W 425, 81 J 13,

- Archives de la famille

- Etat civil de Montvicq (03) et de Tours (37)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial des Français et des Françaises Déportés au camp de concentration de Neuengamme et dans se Kommandos Amicale de Neuengamme

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 344614)

©  AFMD de l'Allier