Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

ISAAC Pierre Marie Henri


Nous sommes à la recherche d'une copie de sa carte de Déporté. Ecrire à afmddelallier@orange.fr.



est né le 7 juin 1906 au domicile de ses parents au N° 5, Quai de la Guillotière à Lyon (3ème). Son père Louis est industriel et sa mère Marie née HOPPENOT est sans profession.

Il fait ses études à Lyon, à l’Ecole Ozanam, puis au Lycée Ampère et à la Faculté de Droit de Lyon.

Il est exempté de service militaire pour raisons médicales.

En 1937, il est affecté comme magistrat au Tribunal de Lunéville (54), puis au Tribunal de Sedan en 1939 comme juge d’instruction. Evacué en mai 1940 vers Lyon, il retourne à Lunéville le 3 juin 1940 comme procureur.

Source de la photo ci-contre: Archives privées.


Il est reçu au concours de l’administration centrale du Ministère de la Justice et est affecté début 1941 à la Direction des Affaires Civiles à Paris, puis à Vichy début 1942. Magistrat attaché au Ministère de la Justice, il est domicilié à l’Hôtel Plaisance à Vichy (03). Il est titulaire d’un permis de séjour délivré le 27 janvier 1942.

Arrêté par la Gestapo à la Chancellerie le 12 mars 1943 pour ses liens avec des officiers de renseignements du Deuxième Bureau, il est relâché sur l’intervention du Garde des Sceaux. Il est finalement arrêté à Vichy  le 13 mars 1943  dans sa chambre d’hôtel.

Il est transféré à la prison de Fresnes, puis le 19 avril 1943 il est déporté NN de Paris gare de l’Est à la prison de Karlsruhe.

Procédure «Nacht und Nebel»
instaurée par le décret Keitel de décembre 1941 pour «des actes délictueux» tels que espionnage, sabotage, détention illégale d'armes, etc. Ce décret prévoit le transfert en Allemagne en vue d'un jugement dans le secret absolu. Les déportés doivent disparaître dans «la nuit et le brouillard», c'est-à-dire sans laisser de trace.

De la prison de Karlsruhe il est transféré à la prison de Düsseldorf.

La prison de Düsseldorf a été notamment le lieu de déportation et de jugement des personnes arrêtées en France dans le cadre de l'affaire Porto. C'est aussi un lieu d'application des peines de prison simple.

Selon le service International de Recherches d'Arolsen (1.2.2.1/11517297), il est accusé et déclaré coupable de complicité d'espionnage en temps de guerre. Il est condamné par le Tribunal du Peuple à Berlin le 3 septembre 1943 à 4 ans de pénitencier, sentence réduite des 5 mois qu'il a déjà effectués dans l'attente du procès. 

Il est alors transféré à la prison de Sonnenburg,

Sonnenburg: Slonsk en polonais. Prison située près de Francfort-sur-Oder. Prison d'application des peines de travaux forcés pour les hommes déportés "NN".

Il va y rester d'octobre 1943 à novembre 1944 avec un séjour de près de 6 mois au Revier ou Lazarett ou Infirmerie. Selon des archives privées,  il est "affecté à un atelier où les détenus doivent, douze heures par jour,débiter en fines lamelles des plaques de mica". Il va aussi écrire des poèmes. Voir en annexe.

Comme pour un certain nombre de déportés, la juridiction "Nuit et Brouillard" ne lui est pas appliquée jusqu'au bout en particulier à partir de 1944 sans doute en raison de l'engorgement des tribunaux et aussi du besoin en main-d'oeuvre. Les déportés  sont alors transférés dans des camps de concentration. Pour Pierre ISAAC, ce sera le camp de Sachsenhausen où il est affecté au Kommando de Heinkel.

Heinkel: Kommando du KL Sachsenhausen. C'est le plus important camp-annexe de Sachsenhausen. C'est aussi un exemple type d'usine-camp. Les barbelés ceinturent le vaste espace boisé de Germendorf (un village à une dizaine de kilomètres au sud-ouest d'Oranienburg), où alternent les blocks des déportés et les halls de fabrication du constructeur d'avions Ernst Heinkel. Le camp compte jusqu'à 8000 détenus en 1944. C'est le 21 avril 1945 que les déportés sont évacués.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Selon des archives privées, il est transféré le 15 février 1945 au camp de concentration de Mauthausen en compagnie de 2 amis, l’abbé Armand VALLÉE (matricule N° 132331) décédé le 24 mars 1945 à Mauthausen « Mort pour la France » et Fernand  BACROT (matricule  N° 130267) décédé le 23 avril 1945 à Mauthausen.

Selon l’Amicale de Mauthausen, Pierre ISAAC n’est pas immatriculé dans ce camp, ce qui impliquerait qu’il est décédé dans le transfert entre Sachsenhausen et Mauthausen.

Il décède
«en Allemagne en déportation entre fin février 1943 et 1er juillet 1946» selon l'état civil de Lyon (3ème).

Il est porté Disparu en février 1945 selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il décède le 28 février 1945 en Allemagne selon le JO N° 141 du 19 juin 1992.


Annexe:  "Les sonnets de Sonnenburg"

A Sonnenburg Pierre ISAAC a écrit plusieurs poèmes sous le pseudonyme de Boispréau.

                                            Source des documents ci-dessus: Archives privées.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1580 W 8

- Archives Départementales du Rhône 1 R 1926.1465,

- Archives privées

- Etat civil de Lyon (3ème)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument site Internet de l'Amicale de Mauthausen

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service International de Recherche d'Arolsen (1.2.2.1/11517297) 


©  AFMD de l'Allier