Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BLANCHET Albert

est né le 19 mai 1915 à Charroux (03). Son père François est gendarme à la brigade d'Ebreuil (03) et sa mère Marie-Antoinette née BRENAUDIÈRE est sans profession.

Engagé pour 5 ans  à compter du 24 avril 1933 il est affecté au 5ème Dépôt des Equipages de la Flotte. Son engagement est annulé le 2 mai 1933.

Les photos ci-contre et ci-dessous ont été prises en 1939: Albert BLANCHET au 105ème Régiment d'Artillerie. Source: Archives de la famille.



Albert Blanchet est au 1er rang au milieu.

Rengagé pour 5 ans le 24 mai 1935, il est affecté au 105ème Régiment d'Artillerie. L'engagement est résilié d'office le 19 juin 1937 et il est rayé des contrôles le 20 juillet 1937.

Le 22 janvier 1938 il épouse Raymonde LAURAND à Charroux.

Rappelé le 2 septembre 1939 il est affecté à l'E.M. 4ème Groupe 105ème Régiment d'Artillerie Lourde.

Il est fait prisonnier le 25 juin 1940 à Colpot (35) et interné au Stalag X B à Sandbostel avec le matricule N° 71688.

Transformé en travailleur volontaire il est arrêté dans la rafle du 12 octobre 1943. Selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation,
« La rafle opérée le 12 octobre 1943 à Niedersachswerfen présente un caractère particulier. D'après les témoignages recueillis, près d'une centaine d'hommes –dont 24 Français- sont arrêtés par les SS ce jour-là.(…) Tous logent au camp DAF( Front allemand du Travail) de Niedersachswerfen, situé à moins d'un kilomètre du camp de Dora et ils travaillent, pour le compte de la société WIFO, dans la partie nord du tunnel à son aménagement pour la fabrication des V2. Mais, le matin du 12 octobre 1943, alors que tous les employés de cette firme gagnent leur travail, les portes du tunnel se referment sur eux et les SS procèdent à leur interpellation. Ils sont, sans jugement, emmenés en camion au camp de Dora où ils sont immatriculés dans la série des 29000. (...).

Albert BLANCHET reçoit le matricule N° 29078.


Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions inhumaines. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944. 
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

"Par cette opération, l'objectif des autorités allemandes est que le secret de tels ateliers souterrains dans le centre de l'Allemagne soit conservé. (…)

Ces déportés jouissent à Dora, du moins au début de leur détention, d'un statut particulier. Ils sont tous habillés en rayés, mais avec un triangle blanc portant l'initiale W. Ils conservent leurs cheveux et forment d'abord un Kommando à part (Wifo-94). Leur famille continue à percevoir une partie de leur solde, mais il leur est interdit de signaler leur changement de statut. Puis, peu à peu, les Wifos sont mêlés aux autres détenus.»

Le 5 avril 1945 il fait partie des déportés évacués sur Ravensbrück où il arrive le 14. Il en repart le 26 avril et est libéré à Parchim le 2 mai .

                                                   Source: André Sellier Histoire du camp de Dora Editions La Découverte 1998.

Il est rapatrié de captivité le 22 mai 1945 et est démobilisé le 27 juin 1945 à Clermont-Ferrand.

Son premier mariage ayant été dissous, il épouse Paulette ARNAUD le 20 novembre 1948 à Clermont-Ferrand (63).

La carte de Déporté Politique lui est attribuée le 13 octobre 1953.

Source du document ci-dessus: Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Puy-de-Dôme.

Il décède le 7 juillet 2004 à Pont-du-Château (63).


Sources:

- Archives du Comité International de la Croix-Rouge à Genève (Suisse)

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1935.322,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 2330 W 16

- Archives de la famille

- Etat civil de Charroux (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Puy-de-Dôme

- Sellier André Histoire du camp de Dora Editions La Découverte 1998

©  AFMD de l'Allier