Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

LANCEREAU Maxime Auguste

DIAC Clermont-Ferrand

est né le 2 février 1920 au domicile de ses parents au lieudit Concise à Montmorillon (86). Son père Maxime et sa mère Marie née LANNEAU sont cultivateurs.

Il est «adopté par la Nation» selon le jugement du Tribunal Civil de la Vienne en date du 8 novembre 1929.

Source de la photo: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.


Le 13 octobre 1941 il épouse Marcelle MARCHEIX à La Châtre (36).

En 1942 il quitte La Châtre pour venir s'installer au N° 202, rue de la République à Montluçon (03). Il exerce le métier de coiffeur.

Désigné pour le STO (Service du Travail Obligatoire) en mars 1943 il passe une visite médicale à Montluçon.

Service du Travail Obligatoire: Par la loi du 16 février 1943 du gouvernement de l'Etat Français est créé le Service du Travail Obligatoire qui impose aux hommes nés en 1920-21-22 d'aller travailler pendant deux ans en Allemagne.

Pour échapper au STO il quitte son domicile et se réfugie chez sa mère à Lussac-le-Château (86).

Il revient voir son épouse trois semaines après la date prévue de son départ et est arrêté par les G.M.R. (Groupes Mobiles de Réserve) à 6 heures du matin le 23 avril 1943.

Il est alors interné au Camp Bignet à Montluçon (03), puis envoyé en Allemagne le 27 mars, d'abord à Kassel, puis à Breitenau selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Kassel: Deux Kommandos sont installés à Kassel. Le premier, ouvert en janvier 1941 et fermé en décembre 1942, est créé pour percer des galeries souterraines dans une ancienne mine de sel devant servir à installer une production de la firme Itter. Plus de 160 détenus s'y trouvent en janvier 1945. La douzaine de détenus du second, ouvert en juillet 1943 et fermé fin mars 1945, construisent des maisons et des abris pour des officiers supérieurs SS.

Breitenau : Prison et camp situés près de Guxhagen au sud de Kassel.

Puis il est transféré à Buchenwald le 23 octobre 1944  où il reçoit le matricule N° 139860.

Le 7 avril 1945 il fait partie du convoi d'évacuation vers Dachau. Selon l'Association Buchenwald Dora et Kommandos,  «Le 7 avril 1945 (4 jours avant la libération de Buchenwald) un convoi de 5000 déportés quitte le camp pour une "marche d'évacuation" en direction de Dachau. C'est l'un des convois les plus meurtriers de l'histoire concentrationnaire.
816 rescapés pénètrent dans la nuit du 27 au 28 avril 1945 dans le camp de Dachau. Environ 400 seront rapatriés dans leur pays d'origine en juin et juillet 1945. Plus de 400 ne survivront pas.»

Il y est libéré le 29 avril 1945 et rentre le 29 mai 1945.

La carte de Déporté Politique lui est attribuée le 9 novembre 1954.

DIAC Clermont-Ferrand

Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.


Il décède à Montluçon le 1er octobre 1997.


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1580 W 9, 778 W 19 Recensement S.T.O.  Montluçon, 

- Archives Départementales de la Vienne 3 U 4/325

- Archives du camp de Dachau sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Etat civil de Montmorillon (86)  et de La Châtre (36)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

©  AFMD de l'Allier