Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

MACHEPY Gaston Albert


est né le 8 mars 1900 à Moyeuvre-Grande (57).  Il est le fils d'Hippolith et de Claire née PICHON.

Expert comptable il est marié avec deux enfants et est domicilié 20 bis, rue des Six Frères à Moulins (03).

De mai 1940 au 27 juillet 1942 il est employé par les Allemands comme interprète au Service des laissez-passer frontaliers.

Source du document ci-contre: Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 567 519.


D'août 1942 à février 1943 il travaille comme interprète aux Etablissements Billand plus couramment appelés Atelier de Chargement à Yzeure (03).

«Dans cet établissement travaillait également en qualité de surveillant, un nommé POLONI François, milicien, membre du R.N.P., en relation permanente avec les Allemands.

Sur intervention de MACHEPY, POLONI aurait été évincé de son poste de surveillant et versé au service de la manutention. POLONI aurait adressé à la Gestapo une lettre par laquelle il dénonçait MACHEPY pour avoir tenu des propos antiallemands» selon une note des Renseignements Généraux en date du 23 juillet 1955 (Source: Archives Départementales de l'Aller 1580 W 9).

Note: R.N.P.: Rassemblement National Populaire: parti collaborationniste français d'extrême-droite créé par Marcel Déat en février 1941.

Gaston MACHEPY est arrêté par la Gestapo le 27 février 1943 sur son lieu de travail et interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins.

Selon un rapport du Commissaire de Police au Préfet de l'Allier en date du 13 mars 1943, " Il est très difficile de connaître le motif de l'arrestation de M. MACHEPY en raison même de ses rapports avec les services allemands. On peut supposer en effet que la mesure qui a été prise contre lui a été motivée par un incident survenu à l'occasion de son travail comme interprète. Il se peut en outre que certains Français l'aient dénoncé, car il faisait l'objet de vives critiques de la part de certains de nos concitoyens qui avaient eu à lui demander des laissez-passer frontaliers lorsqu'il était interprète à la Kreiskommandantur".

Il est transféré le 8 mars 1943 à Compiègne où il est immatriculé sous le N° 11729.

Le 16 avril 1943 il est déporté de Compiègne à Mauthausen où il arrive le 18 avril dans le convoi N° I.93. Il reçoit le matricule N° 26485 et, après la quarantaine, il est affecté le 2 juin au Kommando de Loibl Pass.

Loibl Pass: Kommando du KL Mauthausen. Ce Kommando a deux emplacements complémentaires : l'un sur la commune de Ferlach en Carinthie, l'autre à Podljubelj en Carniole. Il est chargé de réaliser le tunnel routier entre l'Autriche et la Slovénie actuelle pour la "S.A. Universale Hoch-und Tiefbau". Créé en 1943, il est libéré dans la nuit du 7 au 8 mai 1945 par les partisans de Tito.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il y est libéré le 8 mai 1945 par des partisans de Tito et est rapatrié par Marseille le 7 juin 1945.

Malgré des attestations favorables de la part de deux Moulinois , sa demande d'attribution de la carte de Déporté Politique à Metz reçoit un avis défavorable de la Commission Départementale de la Moselle "en raison des fonctions exercées par l'intéressé (interprète au service de l'occupant)".

Sa demande est rejetée par le Ministre pour "Comportement antérieur à l'arrestation, suivie de déportation, incompatible avec l'esprit de la loi du 9 septembre 1948 tel qu'il s'exprime dans son article 1er". Ce rejet lui est notifié le 4 décembre 1957.

Il décède à Thionville (57) le 14 juillet 1967.


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1580 W 9, 1289 W 91, Arrestations allemandes 996 W 158,

- Archives Municipales de Moulins 5 H 80

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 567 519

- Etat civil de Moyeuvre-Grande (57) et de Thionville (57)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument  Amicale de Mauthausen

©  AFMD de l'Allier