Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BITAR Michel Youssef

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 31 décembre 1885 à Constantinople (Turquie). Il est le fils de Joseph et Najla née MEDAVVAR et est de nationalité syrienne par filiation.

Il épouse Emilie DELBANE et ils ont deux filles.

Professeur de langues orientales,  il arrive en 1928 à Juvisy-sur-Orge (91) où il est domicilié au N° 2, rue du Télégraphe.

Il quitte Juvisy-sur-Orge le 21 avril 1941 pour Vichy. Francophile et antiallemand il devient speaker à la Radiodiffusion Arabe à la Villa d'Amiens, siège de la section des Affaires Musulmanes.

Suite au débarquement anglo-américain en Afrique du Nord le 8 novembre 1942, les Allemands envahissent la Zone Libre le 11 novembre et la Gestapo s'installe à Vichy (03).

Sur enquête de la Gestapo de Vichy dirigée par le capitaine Hugo GEISSLER plusieurs officiers  et civils -dont Michel BITAR- ayant des activités en relation avec l'Afrique du Nord sont arrêtés le 8 janvier 1943.

Selon le rapport du Commissaire Divisionnaire de Vichy en date du 9 janvier 1943, «Le 8 janvier à 9 h 30, une quinzaine d'allemands ont fait irruption dans la Villa d'Amiens où siège la section des Affaires Musulmanes.

Ils ont immédiatement demandé le colonel TERRIER, chef de section, qui était justement absent à ce moment-là. Ils ont ensuite insisté pour voir MM. FAUCHARD, secrétaire, et BITARD, de la Radiodiffusion Arabe, qui étaient également absents. (…)

A la suite de ces recherches infructueuses, ils réunirent le personnel dans une salle du 1er étage et, pendant ce temps, envoyèrent chercher les personnes qu'ils recherchaient par un Officier qui est parti en voiture. (…)

A la suite de toutes ces arrestations, treize personnes furent emmenées à Clermont-Ferrand».

Le 27 janvier 1944 il fait partie des 1583 hommes déportés de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 29 janvier dans le convoi N° I.173. Il reçoit le matricule N° 44991 et, après la quarantaine, il reste au camp central de Buchenwald.

KL BUCHENWALD: Le camp de Buchenwald , situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Weimar, est créé en 1937. Avec le déclenchement de la guerre en 1939 et à mesure des avancées de la Wehrmacht, la population concentrationnaire s'internationalise.
De 1943 à la fin de 1944 voire au tout début de 1945, le camp devient un vivier de main d'œuvre corvéable à merci et renouvelable à volonté pour la production de guerre. Le développement des Kommandos s'amplifie. Des usines sont installées dans l'enceinte du camp.
En tout, Buchenwald comptera 136 Kommandos. Après huit années d'existence au cours desquelles périrent environ 56000 détenus et où 238980 ont pu être recensés, le camp de Buchenwald est libéré le 11 avril 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Son nom figure sur la liste du 11 mars 1944 des personnalités-otages devant être transférées au Château d'Eisenberg.

Personnalités-otages: un certain nombre de personnes occupant en général des postes à responsabilité civile, politique ou militaire voire religieuse sont arrêtées souvent de manière préventive à cause du danger qu'elles pouvaient représenter, puis déportées. Elles devaient servir le cas échéant de monnaie d'échange. Elles ont eu un sort enviable en comparaison des autres déportés.

Mais son nom et son prénom sont suivis d'une croix. En effet il est décédé à Weimar- Buchenwald le 8 mars 1944 selon l'état civil de Juvisy-sur-Orge et le JO N° 209 du 10 septembre 1987.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 24 juillet 1987 paru au Journal Officiel N° 209 du 10 septembre 1987.


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 778 W 12

- Archives Générales du Royaume de Belgique série 1.1.5.1,

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Juvisy-sur-Orge (91)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb  site Internet

©  AFMD de l'Allier