Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

MOUSSIÈRE François

Nous sommes à la recherche d'une photo et de renseignements complémentaires.

est né le 21 décembre 1897 au domicile de ses parents au lieudit Matichard à Lavoine (03). Son père Claude est sabotier et sa mère Marie née MATICHARD est sans profession.

Incorporé le 21 août 1916 il est affecté au 121ème Régiment d'Infanterie, puis au 139ème.

Le 27 septembre 1918 il est intoxiqué par les gaz au Fond du Loup dans le secteur de Bezonvaux (55).

Lui est attribuée la Croix de Guerre avec Palmes.

Il se rengage le 29 septembre 1919 pour cinq ans. Il est rayé des contrôles le 29 septembre 1924 et se retire à Lyon (69) au N° 110, avenue de Saxe.

Le 20 juin 1922 il épouse Claudia COTE à Lyon (1er).

Il rejoint les F.F.I. le 6 juin 1942. Puis il entre au réseau NAP comme chargé de mission de 3ème classe avec le grade de sous-lieutenant.

NAP et SuperNAP
Créé par 2 résistants lyonnais de Combat le NAP (alors appelé Noyautage Administratif et Professionnel) fut généralisé à l'ensemble de la région, puis à l'ensemble de la France par Claude BOURDET avec l'accord de Jean MOULIN. Le NAP devint Noyautage des Administrations Publiques (services locaux des préfectures, de la police, du ravitaillement, de l'électricité, des PTT et de la SNCF). Parallèlement fut créé par Libération-Sud un réseau dont la fonction était de noyauter les ministères à Paris et à Vichy. Ce réseau s'appela Super-NAP. NAP et Super-NAP fusionneront en 1944. A Vichy Super-NAP fut dirigé par Maurice NÈGRE, fonctionnaire des Affaires étrangères, puis par Bernard de CHALVRON.
Ce service de documentation clandestin, appareil élaboré et compartimenté, permit de saper les projets de l'occupant nazi et du gouvernement de Pétain.
Source: Dictionnaire Historique de la Résistance.

Il est arrêté le 6 décembre 1943 à Lyon pour «activité antiallemande» et interné au Fort de Montluc jusqu'au 29 décembre.

Le 27 janvier 1944 il fait partie des 1583 hommes déportés de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 29 dans le convoi N° I.173. Il reçoit le matricule N° 44718 et après la quarantaine son parcours n'est pas connu.

Il est rapatrié le 22 mai 1945.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 435725), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur), des F.F.C. Forces Françaises Combattantes)  et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

Lui sont attribuées

- la carte de Déporté Résistant N° 1.015.01603

- la Croix du Combattant Volontaire par Décision Ministérielle N° 2053 du 29 septembre 1961

- La Légion d'Honneur Chevalier le 7 juin 1952 (JO du 10 juin 1952), Officier le 30 octobre 1963 (JO du 8 novembre 1963).

Il décède le 2 décembre 1983 à Lyon (6ème).



Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1917.913.1848,

- Archives Départementales du Rhône 3335 W 24 / 3335 W 6

- Dictionnaire Historique de la Résistance sous la direction de François Marcot Editions Robert Laffont 1906

- Etat civil de Lavoine (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 435725)

©  AFMD de l'Allier