Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BLANCHET René Charles

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 5 août 1900 au domicile de ses parents au N° 34, rue du Parc à Ivry-sur-Seine (94). Son père Louis est comptable et sa mère Hélène née PETIT est sans profession.

Comptable de profession il s'engage pour trois ans à Paris le 22 août 1918 et est affecté au 5ème Dépôt de la Flotte, mais est réformé le 2 septembre 1918.

Il ne renonce pas et s'engage pour cinq ans le 26 septembre 1918 à Ivry. Il est affecté au 32ème Régiment d'Artillerie de Campagne.

Il est maréchal-des-logis fourrier au 30 ème Escadron du Train quand il épouse Yvonne BLANCHARD le 27 janvier 1923 à Charenton-le-Pont (94).

Il se rengage régulièrement et passe adjudant-chef le 10 mars 1929. Il fait plusieurs séjours au Levant et est promu sous-lieutenant le 25 mars 1937, puis lieutenant le 25 mars 1939. A la mobilisation en septembre 1939 il reçoit plusieurs affectations successives avant d'être désigné pour prendre la direction du S.T.A.C.C. (Service des Transports Automobiles de l'Administration Centrale) à Vichy le 30 novembre 1940.

Officier il est domicilié au N° 5, rue du 11 novembre à Vichy (03). Il est arrêté par la police allemande le 13 avril 1943 à Paris. Inculpé d'espionnage au profit des puissances alliées et de résistance à la puissance occupante il est interné à la prison de Fresnes.

Le 27 avril 1944 il est déporté de Compiègne à Auschwitz où il arrive le 30 dans le convoi N° I.206. Il reçoit le matricule N° 185087.

C'est l'un des trois convois de non-juifs à être dirigés en wagons à bestiaux sur Auschwitz. Il met quatre jours et trois nuits pour arriver à destination. Ce convoi est resté célèbre sous le nom de Convoi des Tatoués. Là 1665 hommes vont être immatriculés et tatoués.

Pourquoi Auschwitz? Les historiens se sont interrogés. Plusieurs hypothèses sont possibles: soit il s'agissait d'exterminer rapidement ces déportés soit de les transférer dans des kommandos de travail dépendant d'Auschwitz soit parce qu'il n'y avait plus de place à Buchenwald.

C'est, semble-t-il, la dernière hypothèse qui est retenue. En effet arrivés à Auschwitz le 30 avril, 1561 de ces déportés vont en repartir à destination de Buchenwald le 12 mai. Ils y seront restés deux semaines.

René BLANCHET est transféré à Buchenwald où il arrive le 14 mai et il reçoit un nouveau matricule, le N° 53393. Il en repart pour le camp de concentration de Flossenbürg où il arrive le 25 mai 1944. Il reçoit encore un nouveau matricule, le N° 9381.

Puis il est affecté au Kommando de Kamenz.

Kamenz: Kommando du KL Gross Rosen. Le 26 janvier 1945 un transport de 750 détenus quitte Flossenbürg pour le Kommando de Kamenz, situé à 40 km au nord-est de Dresde. Quelques Français en font partie. Il s'agit de démonter des machines.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il est ensuite transféré au camp de concentration de Dachau où il arrive le 16 mars 1945 et où il reçoit un dernier matricule, le N° 145542.


Source du document ci-dessus: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

Il est libéré à Dachau le 29 avril 1945 par les troupes américaines et est rapatrié à Paris le 18 mai 1945.

Après un séjour à l'Hôpital du Val de Grâce  le capitaine BLANCHET est affecté au gouvernement militaire de la zone française d'occupation en Allemagne.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 63679), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.C. (Forces Françaises Combattantes), des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance) et des F.F.L. (Forces Françaises Libres).

Il est rayé des cadres et admis à l'honorariat de son grade à compter du 5 août 1963.

Il décède le 26 décembre 1969 à Saint-Raphaël (83).

Sources:

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 168

- Archives des camps de Flossenbürg et de Dachau sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Archives Municipales de Vichy (03)

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil d'Ivry-sur-Seine (94) et de Charenton-le-Pont (94)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial des Français non-Juifs déportés à Auschwitz, Birkenau et Monowitz Clogenson Henry et Le Goupil Paul publié à compte d'auteur

- Mémorial annuaire des Français de Dachau Amicale des Anciens de Dachau 1987

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 63679)
©  AFMD de l'Allier