Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

FERRIER André Gabriel

est né le 31 janvier 1906 rue du Progrès à Moulins (03). Sa mère Delphine est couturière.

Il réside à Grenoble (38) depuis 1909.

Le 4 février 1928 il épouse Suzanne FAVIER à Grenoble et ils ont un enfant. Ils sont domiciliés au N° 4, rue Pinal à Grenoble où André FERRIER est employé comme commis principal à la mairie.

Source de la photo: Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains.


Il est arrêté dans la rafle opérée le 11 novembre 1943 pour sa participation à la manifestation patriotique organisée par la Résistance pour célébrer le 25ème anniversaire de la victoire de 1918. Sur les quelque 600 personnes arrêtées par les Allemands et internées à la Caserne Hoche 396 hommes sont transférés à Compiègne deux jours plus tard.

Le 17 janvier 1944 André FERRIER fait partie des 1943 hommes déportés de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 19 dans le convoi N° I.171. Il y reçoit le matricule N° 39895. et après la quarantaine il est transféré au camp de Dora.

Source du document ci-dessus : Service International de Recherches d’Arolsen  5851687.


Après la quarantaine il est transféré au camp de Dora.

Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions abominables. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Selon plusieurs témoignages il est admis au Revier (Infirmerie).

Il décède à Dora le 13 mars 1944 selon l'état civil de Moulins et le JO N° 50 du 28 février 1995.

«Mort pour la France»

La participation à la manifestation du 11 novembre 1943 n'ayant pas été reconnue comme un acte de résistance, la carte de Déporté Politique  N° 1.114.05319 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 22 avril 1953.

Source du document ci-dessus: Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains.


"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Ministre délégué aux Anciens Combattants  en date du 4 janvier 1996 paru au Journal Officiel N°50 du 28 février 1996.


Sources:

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Moulins (03) et de Grenoble (38)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb

- Service International de Recherches d’Arolsen  5851687,


©  AFMD de l'Allier