Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

BAJOT Paul Vincent


est né le 21 janvier 1914 au domicile de ses parents Place d'Oscambre à Chantelle (03). Son père Eugène est teinturier et sa mère Jeanne née RIGAUD est sans profession.

Incorporé le 21 avril 1936 il est affecté au 37ème Régiment d'Infanterie. Il est réformé le 26 mai 1936.

Source de la photo ci-contre: Direction de la Police Nationale  Résistants parmi les Commissaires de Police recrutés avant 1940. Site Internet.

Le 17 juin 1939 il épouse Marie Antoinette ALCOVER à Paray-le-Monial (71).

Commissaire de police il est domicilié au N° 14, avenue Fontaine Argent à Besançon (25). Résistant il fait partie depuis 1942 du Groupe Moreau de l'Armée Secrète à Besançon. Il fait des fausses cartes d'identité pour les prisonniers de guerre évadés et les agents secrets alliés et fournit des armes.

De plus, selon une lettre du Préfet du Doubs au Préfet Régional en date du 15 avril 1943, "On lui reprocherait des lenteurs et des négligences dans l'enquête ouverte pour la recherche des auteurs des attentats terroristes commis dans la région en Juillet et Août 1942".

Il est arrêté par la Gestapo le 10 octobre 1942 après perquisition dans son cabinet et interné à la prison de Dijon (21).

Le 16 avril 1943 il est déporté de Compiègne à Mauthausen où il arrive le 18 dans le convoi N° I.93. Il reçoit le matricule N° 26595 et  est affecté le 8 août 1943 au Kommando de Wiener Neustadt.

Wiener Neustadt: Kommando du KL Mauthausen. Ce Kommando situé dans l'usine "Rax Werke" à Wiener-Neustadt, en Basse-Autriche, connaît deux temps distincts. D'abord, le 8 août 1943, des détenus arrivent pour commencer la production en série d'éléments des fusées V2. Après les bombardements alliés, le camp est évacué le 17 novembre 1943, vers les Kommandos de Dora et Redl-Zipf. Ensuite, le 5 juillet 1944, de nouveaux détenus sont employés par la "Wiener Lokomotiv Fabrik" à la construction de tenders. Le camp est évacué le 1er avril 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Puis le 30 octobre 1943 il est transféré au Kommando de Schlier ou Redl-Zipf.

Schlier ou Redl-Zipf: Kommando du KL Mauthausen. Ce Kommando est situé à Redl-Zipf, petit bourg agricole dépendant de la commune de Neukirchen-an-der-Vöckla, en Haute-Autriche. Les caves d'une brasserie réputée localement se révèlent le lieu favorable pour l'implantation d'une usine secrète pour la production de carburant pour les fusées V2, mais aussi pour la construction d'un centre d'essais, capable de tester les performances de chaque réacteur, avant de les expédier par le train vers les zones de tir sur les côtes nord-ouest de l'Europe. "Schlier" est le nom de code secret du site, ouvert en septembre 1943 et évacué le 3 mai 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il décède au Revier (Infirmerie ou mouroir)) le 5 janvier 1944 selon les archives du camp de Mauthausen sur Ancestry.com et JewishGen.org et Le Troisième Monument des Français déportés à Mauthausen

Il décède à Mauthausen (Autriche) le 7 janvier 1944 selon l'état civil de Chantelle et le JO N° 147 du 27 juin 1987.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 28327  ), il est homologué en tant que Résistant au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance) en tant qu' "Isolé".

Lui sont attribuées à titre posthume

- la carte de Déporté Résistant N° 1.016.00927  par Décision Ministérielle du 11 octobre 1951.

- la carte de Combattant Volontaire de la Résistance sur décision N° 153 du Préfet du Doubs en date du  7 mars 1952.

Son nom figure sur la stèle dans la cour de l'Hôtel de Police de Besançon...


Photos transmises par la Direction Départementale de la Sécurité Publique du Doubs. Remerciements.

... ainsi qu'au Monument aux Morts de Paray-le-Monial.

                                      Photos transmises par Jacqueline Miniau. Remerciements.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 4 mai 1987 paru au Journal Officiel N°140 du 30 juin 1987.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1 R 1934.1046.312,

- Archives Départementales du Doubs 1409 W 28, 1409 W 31, 2056 W 4,

- Archives du camp de Mauthausen sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

-  Direction de la Police Nationale  Résistants parmi les Commissaires de Police recrutés avant 1940. Site Internet.

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Dijon

- Etat civil de Chantelle (03) et de Paray-le-Monial (71)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- MemorialGenWeb site Internet

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 28327)

- Troisième Monument (Le) des Français déportés à Mauthausen site Internet de l'Amicale de Mauthausen

©  AFMD de l'Allier