Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

LAMOINE René Georges

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 25 septembre 1921 au domicile de ses parents au bourg de Prémilhat (03). Son père Louis est ouvrier d'usine et sa mère Antonine née BINEAUD est femme au foyer.

Il exerce le métier de tourneur.

 Il fait partie du Groupe "Surcouf" attaqué par la Brigade Jesser et arrêté à St-Dizier-Leyrenne (Creuse) le 19 juillet 1944 au cours d'un combat.

Selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, " Le 19 juillet 1944, un détachement de la Brigade Jesser attaque par surprise un groupe d'environ 150 FFI appartenant principalement à la Compagnie Surcouf et à l'École de la Garde repliés, après les combats de Guéret, sur la commune de Saint-Dizier-Leyrenne. Les maquisards sont encerclés et un grand nombre est fait prisonnier (au moins 70). On compte également 9 tués dans leurs rangs. Les prisonniers sont regroupés sur la route par les Allemands puis emmenés en voiture, menottés deux par deux, à Bourganeuf où ils sont d'abord enfermés dans une salle de la mairie et ensuite à la tour « Zizim »".

Le 23 juillet il fait partie des 90 résistants emmenés à la prison du 92ème Régiment d'Infanterie à Clermont-Ferrand (63) et remis à la Gestapo qui les transfère à la caserne Krien à Dijon.

Le 1er août 1944 ils sont déportés de Dijon à Cologne dans le convoi N° I.256 à l'intérieur d'un train de travailleurs volontaires. Ils passent 4 jours à Cologne à travailler sur l'aérodrome.

61 d'entre eux dont René LAMOINE sont ensuite envoyés dans un camp de travail à Stolberg près d'Aix-la-Chapelle où ils sont affectés à l'usine d'armement «William Prym und Sohn». L'esprit de résistance continue et soit ils refusent de travailler soit ils font du sabotage. 57 d'entre eux dont René LAMOINE sont alors renvoyés à Cologne d'où 55 partent pour le camp de concentration de Buchenwald.

René LAMOINE arrive à Buchenwald le 17 septembre 1944 et reçoit le matricule N° 81646.

Après la quarantaine il est transféré le 13 novembre 1944  au Kommando de Langenstein où il arrive le lendemain.

Langenstein ou Zwieberge: Ce Kommando du KL Buchenwald est ouvert en avril 1944 près du village de Langenstein à quelques kilomètres d'Halberstadt. Le chantier de Langenstein est le chantier B2 du Sonderstab Kammler. Les détenus creusent près de 10 km de galeries dans les collines du Thekenberg devant servir à enterrer les productions des usines Junkers. Au total près de 7000 y travaillent. 3000 détenus sont évacués le 9 avril 1945 et 1600 sont libérés le 11 avril 1945 par les Américains.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il décède

- le 28 janvier 1945 à Langenstein selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et le Mémorial de Langenstein

- le 5 février 1945 à Buchenwald selon l'état civil de Prémilhat et le JO N° 63 du 16 mars 1993.

Il est incinéré au crématoire de Quedlimbourg.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 334295),  il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur)  et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant 1.011.10989 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 16 juin 1952.


Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 4 février 1993 paru au Journal Officiel N°63 du 15 mars 1993.

Sources:

- Archives du Kommando de Langenstein sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Prémilhat (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora et Kommandos Association Française Buchenwald Dora et Kommandos 1999

- MémorialGenWeb site Internet

- Mémorial de Langenstein Amicale de Langenstein

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 334295)

©  AFMD de l'Allier