Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

VASSAIL Paul Honoré

Nous sommes à la recherche  de renseignements complémentaires.


est né le 5 février 1913 au domicile de ses parents au N° 5, rue de Rémusat à Toulouse (31). Son père Paul Marius est agent de publicité et sa mère Marie née MARTINOLLES est sans profession.

Il est rédacteur à la Préfecture du Gard quand le 29 décembre 1937 il épouse Joséphine BEZIERS à Perpignan (66).

Commissaire de police aux Renseignements Généraux domicilié à Vichy (03), il est aussi membre du réseau S.S.M.F. (Services Spéciaux Militaires Français) camouflés sous l'appellation T.R. (Travaux Ruraux).

Source de la photo ci-contre: Archives de Paris 3595 W 56.

Travaux ruraux: Issu de la section de renseignement du 2ème Bureau de l'Etat-major de l'Armée, le contre-espionnage militaire se réorganise dès juillet 1940. Clandestin, il est camouflé par l'organisme d'ingénierie rurale «Travaux ruraux» (TR), rattaché au ministère de l'Agriculture. Jusqu'à ses réorganisations en 1943-1944, Travaux ruraux assume donc au profit de l'Armée d'Armistice, puis des autorités d'Alger en 1943, une mission clandestine offensive, orientée vers la neutralisation des services spéciaux adverses.
La fusion des Services de renseignement d'Alger et de Londres (BCRA) en une Direction Générale des Services Spéciaux (DGSS), confiée à Jacques Soustelle sous l'autorité du général de Gaulle le27 novembre 1943, fut lente et difficile.
Source: Dictionnaire historique de la Résistance.

Il est arrêté le 24 juin 1943 à Vichy "à la suite d'une opération de la Gestapo sur les agents du réseau S.S.M.F.T.R. dans la région de Clermont-Ferrand Vichy" selon son témoignage. Il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03) jusqu'au 28 octobre 1943, date de son transfert à Compiègne.


Le 22 mars 1944 il est déporté de Compiègne à Mauthausen (Autriche) où il arrive le 25 dans le convoi N° I.191. Il reçoit le matricule N° 60659 et, après la quarantaine, il reste quelque temps au camp central avant d'être  transféré le 18 mai 1944 au Kommando de Gusen.

Gusen: Kommando du KL Mauthausen. A Gusen, les Nazis exploitent les carrières de granit, grâce notamment à l'envoi dès 1940 de milliers de Républicains espagnols. A partir de 1943, les détenus y sont massivement utilisés dans les usines installées par les firmes Steyr, Daimler, Puch et Messerschmitt pour la fabrication des pièces de fusils et des moteurs d'avions. En 1944, pour parer aux attaques aériennes, des galeries souterraines abritent progressivement des chaînes de montage. Gusen II voit ainsi le jour pour recevoir les milliers de prisonniers nécessaires à ces travaux de creusement.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Source du document ci-contre : Service International de Recherches d’Arolsen 1823439.


Il est libéré le 5 mai 1945 à Gusen et est rapatrié le 2 juin 1945 par le centre Lutétia à Paris.

Source des documents ci-dessus: AFMD 75.

Il est cité à l'ordre de la Division sur décision N° 1.323 du Général De GAULLE,
"VASSAIL Paul - D.G.E.R.  F.F.C.
Dès septembre 1942, étant en service à VICHY, s'est mis à la disposition d'un service clandestin de contre-espionnage en zone occupée.
A fourni des renseignements sur les mesures prises contre les maquis. A fait assurer par des moyens de fortune le transport d'armes et de matériel destinés à des agents du réseau. Arrêté pour son activité par la Police Allemande en juin 1943. "
Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939 avec Etoile d'Argent. Paris, le 10/11/1945.

Il est promu dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur au grade de Chevalier suite au décret en date du 14 janvier 1948 publié au Journal Officiel du 17 février 1948.

La carte de Déporté Résistant N° 1.001. 06438 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 15 octobre 1951.


Source du document ci-dessus: Archives de Paris 3595 W 56.

Il décède à Sceaux (92) le 25 septembre 2002.

Sources:

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 168

- Archives de Paris 3595 W 56

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Toulouse (31) et de Perpignan (66)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument  Amicale de Mauthausen

- Service International de Recherches d’Arolsen 1823439,

©  AFMD de l'Allier