Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
  BARJAUD Jean Pascal Marie René

est né le 16 avril 1922 au N°14, rue de Refembre à Moulins (03).

Son père Pierre est receveur principal des Postes et Télégraphes et sa mère Marie-Louise née BEDEL est sans profession.

Il est le troisième d'une famille de quatre enfants.

La famille va s'installer à La Flèche (72) en 1928.

Source de la photo ci-contre: Archives site <http://montesquieu.lemans.free.fr/>, géré par André Vivet.


Il est étudiant célibataire domicilié au N° 40, boulevard Latouche à La Flèche quand il est reçu au concours d'entrée à l'Ecole Normale promotion 41-44.

Convoqué pour le S.T.O. (Service du Travail Obligatoire) il quitte le lycée le 18 juin 1943 après les examens et se réfugie au Mans (72) où il entre dans la Résistance.

C'est dans cette ville qu' il est arrêté le 21décembre 1943.

Selon le témoignage de sa nièce, Marie-France BARJAUD, Jean BARJAUD «fit la connaissance d'un homme disant avoir été parachuté d'Angleterre et devant prendre la tête de son réseau. Cet homme s'appelait M.Cornebert. Jean l'a présenté au réseau . Peu de temps après, il est parti en automobile avec Jean alors que Jean avait dans une valise une mitraillette. Sur la route, ils ont été arrêtés par les Allemands, emmenés à la prison du Mans, au Vert-Galant. M.Cornebert en est sorti aussitôt et Jean est resté quelques jours au Mans avant d'être transféré à Angers. C'est à Angers qu'on a prévenu la famille et c'est par les camarades de classe de Jean que ma mère a su que M.Cornebert avait été relâché tout de suite».

Le père de Jean écrit le 1er juillet 1944 à la PropagandaStaffel (Service de Propagande allemande et de la Censure) qui répond que Jean a été arrêté en possession d'une arme et qu'il est donc considéré comme terroriste, ce qui est passible de la peine de mort.

Source du document ci-dessus: Archives site <http://montesquieu.lemans.free.fr/>, géré par André Vivet.

Il est interné au Mans avant d'être transféré à la prison d'Angers (49).

Il est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne à Neuengamme où il arrive le 7 juin par le convoi N° I.223. Son numéro de matricule n'est pas connu.

KLNeuengamme: Installé en 1938, c'est le grand camp du nord de l'Allemagne. Sur la rive droite de l'Elbe, au milieu des marais, à 25 km de Hambourg, il est d'abord un kommando de Sachsenhausen.
Le 4 juin 1940, il devient camp autonome; 80 % des détenus sont alors des criminels allemands. Le camp ne cesse de s'agrandir et reçoit, de 1940 à 1945, près de 100000 détenus de toutes nationalités, parmi lesquels 11000 Français dont quelques centaines seulement survécurent.
Quand ils n'étaient pas occupés à extraire la glaise pour la briqueterie ou à travailler dans les usines d'armements et de constructions navales, les détenus devaient combler les marais, décharger les péniches, effectuer les travaux d'entretien du camp, au prix d'efforts exténuants qui coûtèrent la vie à des milliers d'entre eux.
Source: La Déportation, FNDIRP 1968.


Il est transféré à Bergen-Belsen où il décède le 19 avril 1945 avant le rapatriement selon l'état civil de Moulins et de La Flèche et le JO du 17 octobre 2006.

«Mort pour la France»

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 33451), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.C. (Forces Françaises Combattantes) et des  D.I.R.  (Déportés et Internés de la Résistance) pour son appartenance au réseau Hercule Buckmaster.

Son nom figure sur la pierre tombale de la famille BARJAUD.

Source de la photo ci-dessus: Archives site <http://montesquieu.lemans.free.fr/>, géré par André Vivet.

"Mort en déportation" suivant l'arrêté du 11 août 2006 du Ministre des Anciens Combattants paru au Journal Officiel N° 241 du 17 octobre 2006.

Sources:

- Archives Départementales de la Sarthe 9 J 32

- Archives site <http://montesquieu.lemans.free.fr/>, géré par André Vivet

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Moulins (03) et de La Flèche (72)

- FNDIRP (Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial des Français Déportés à Neuengamme Amicale de Neuengamme

- MemorialGenWeb site Internet

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 33451)

©  AFMD de l'Allier