Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

ASTIER Georges Louis

Nous sommes à la recherche d'une photo et de renseignements complémentaires.

est né le 22 mars 1895 au domicile de ses parents rue des Couteliers à Moulins (03). Son père Louis est commis des Postes et sa mère Marie née BOURASSIER est sans profession.

Il est employé de commerce quand le 30 juin 1919 il épouse Rose ALBERT à Narbonne (11).

Chef d'exploitation forestière il est domicilié à Saint-Jean-de-Verges (09). Il est arrêté par les autorités allemandes le 7 mai 1944 à Saint-Jean-de-Verges (09) pour «assistance aux bandes». Il est interné à Foix et à Toulouse et au Fort du Hâ à Bordeaux.

Le 9 août 1944 il est déporté de Bordeaux à Dachau dans le convoi N° I.261 surnommé «Le Train Fantôme».

Source du document ci-dessus: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Le train est retardé par le débarquement du 15 août en Provence, les mitraillages de l'aviation alliée, des ponts qui ont sauté.

Georges ASTIER n'arrivera pas à Dachau le 28 août, car il s'évade le 25 août à Bazoilles-sur-Meuse (88) entre Langres (52) et Toul 54).

Il est considéré comme déporté depuis la
Loi n°86-76 du 17 janvier 1986 - art. 19 JORF 18 janvier 1986paru dans le Code des Pensions militaires d'invalidité des Victimes de Guerre (articles L 272 et L 286).

4° (depuis la Loi n°86-76 du 17 janvier 1986 - art. 19 JORF 18 janvier 1986) Soit emmenée par l'ennemi dans un convoi de déportés, vers une prison ou un camp de concentration visés aux 1°, 2° et 3° du présent article, puis, au cours de ce trajet, sont décédés ou se sont évadés.

Il décède le 8 juillet 1982 à Lavelanet (09).

Sources:

- Archives Départementales de l'Ariège 17 W 107

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Moulins (03) et de Narbonne (11)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

©  AFMD de l'Allier