Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

PANNEQUIN  Narcisse Edouard

 

est né le 3 mai 1915 rue Saint-Louis à Boulogne-sur-Mer (62). Il est le fils d’Eugène et de Catherine née CATIEPOLT.

 

Il est exempté de service militaire.

 

Il est valet de chambre domicilié rue de l’amiral Bruix  quand le 30 mars 1935 il épouse Simonne CAFFIER  à Boulogne-sur-Mer (62).

Source de la photo ci-contre: Archives de Paris 3595 W 139.
 

Nous sommes à la recherche d’une autre photo et de renseignements complémentaires.

Selon sa version Il est contrôleur de comptabilité  quand il est arrêté le 17 septembre 1942 en "essayant de passer la Ligne de Démarcation de Moulins pour me rendre en Zone Libre pour passer en Afrique du Nord rejoindre les forces libres" et aurait été interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins, avant d’être transféré à Nevers (58), puis à la prison du Cherche-Midi à Paris.


Selon la version de la Préfecture de la Nièvre il est "arrêté le 7 octobre 1942 pour chasse interdite et condamné par le Tribunal aIlemand de NEVERS".

 

Le 12 novembre 1942 il fait partie des 40 hommes déportés N.N. de Paris gare de l’Est à Hinzert.

Procédure «Nacht und Nebel»
instaurée par le décret Keitel de décembre 1941 pour «des actes délictueux» tels que espionnage, sabotage, détention illégale d'armes, etc. Ce décret prévoit le transfert en Allemagne en vue d'un jugement dans le secret absolu. Les déportés doivent disparaître dans «la nuit et le brouillard», c'est-à-dire sans laisser de trace.


Selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la déportation, ces hommes sont transférés en Allemagne non pas dans des wagons à bestiaux, mais  « dans des wagons-voyageurs spécialement aménagés en cellules pour des prisonniers. Le train Paris-Berlin, qui emmène ces wagons s’arrête à la gare de Trèves, où les déportés descendent et attendent un autre départ en train vers le village de Reinsfeld, dernière étape avant l’entrée au camp spécial d’Hinzert. Le trajet entre la gare de Reinsfeld et le camp se fait en général à pied".

Hinzert : camp spécial dirigé par la SS depuis septembre 1939.Situé près de la ville de Trèves  à proximité de la frontière avec le Luxembourg. Y sont internés  des Allemands condamnés à des peines de rééducation, mais aussi des déportés NN acheminés en transports  de mai 1942 à septembre 1943. En octobre 1943 les derniers « NN » quittent le camp.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Narcisse PANNEQUIN va ensuite avoir un parcours uniquement carcéral.

Diez/Lahn: Situé près de Coblence. C'est une prison d'application des peines simples mais aussi de prévention pour les hommes "NN" venant d'Hinzert et devant être jugés au tribunal de Cologne.

Breslau: En polonais : Wroclaw. Capitale de la Silésie où siège le tribunal chargé des affaires "NN" venant de France. Il y a aussi deux prisons de prévention et d'exécution de peine : Freiburgstrasse et Kletschkaustrasse.

Schweidnitz: Situé près de Breslau. Prison d'application de peine pour les "NN" jugés à Breslau. En février 1945, elle est évacuée sur la prison d'Hirschberg

 

Hirschberg: Jelenia Gora en polonais. Cette prison, située au sud-ouest de Breslau, est le lieu d'évacuation de la prison de Schweidnitz des "NN", en février 1945. Elle est libérée le 8 mai 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Selon son témoignage écrit Narcisse PANNEQUIN  est libéré ainsi que ses compagnons  le 7 mai 1945 à Hirschberg par la direction de la prison avant l'arrivée des troupes russes. Il est rapatrié le 8 juin 1945.


Sa demande d'attribution dela carte de Déporté Résistant est rejetée. La carte de Déporté Politique N° 1.101.29512 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 10 avril 1963.



Source du document ci-dessus: Archives de Paris 3595 W 139.

Il décède le 28 janvier 1991 à Boulogne-sur-Mer (62).

Sources:


- Archives Départementales du Pas-de-Calais 1 R 1935.822,


- Archives de Paris  3595 W 139


- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 654 981


- Etat civil de Boulogne-sur-Mer (62)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

©  AFMD de l'Allier