Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
LEFEBVRE  Maurice Robert

Nous sommes à la recherche  d’une photo et de renseignements complémentaires.


est né le 11 décembre 1919  rue Gambetta à Faches-Tumesnil (59). Son père Eugène est électricien et sa mère Yvonne née WILSON est couturière. 

En 1940 la famille est  domiciliée au N° 101, avenue de Dunkerque à Lille (59) et Maurice LEFEBVRE est apprenti radio.


Incorporé le 10 juin 1940, il est affecté au 421ème régiment de D.C.A. à Châteaudun (28). Replié à Toulouse le 12 juin 1940 il est démobilisé  le 1er août 1940 et  versé d’office au Chantier de Jeunesse de Saint-Pé-de-Bigorre (65). Il en est libéré le 31 janvier 1941 et se retire à Saint-Gaudens (31). 
Il s’engage dans l’Armée d’Armistice le 8 mai 1942  au titre du 41ème Bataillon du Génie à Casablanca. Démobilisé le 27 novembre 1942 suite à l’invasion de la Zone Libre par les troupes allemandes, il est en permission renouvelable jusqu’au 28 février 1943 et déclare se retirer au N° 101, avenue de Dunkerque à Lille.

Il est arrêté le 13 février 1943 à la Ligne de Démarcation à Moulins (03). La Feldkommandantur (FK) 568 le condamne le 14/02/1943 à Moulins à 6 mois de prison ; après un premier internement à Moulins, il est transféré à Dijon (Hautville), puis  de là au mois de novembre 1943 au Frontstalag 122, c’est-à-dire à Compiègne, l’antichambre de la déportation.

Le 14 décembre 1943 il fait partie des 933 hommes déportés de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 16 dans le convoi N° I.161. Il reçoit le matricule N° 38717 et, après la quarantaine, après le bombardement du camp, il est transféré au Kommando « Junkers Halberstadt » .


Halberstadt ou Markrele: Kommando du KL Buchenwald. Le Kommando d'Halberstadt est installé en juillet 1944 pour l'usine de la firme Junkers (construction d'ailes d'avions). Par suite de l'arrêt de la fabrication, une partie des détenus (ils sont alors près de 900) est transférée en janvier et février 1945 à Langenstein-Zweiberge. Le reste est affecté à des travaux de terrassement et de déblaiement. Les détenus sont finalement évacués le 8 avril 1945 vers les Sudètes.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il est  affecté le 22 février 1945 au Kommando de Langenstein.


Langenstein ou Zweiberge: Ce Kommando du KL Buchenwald est ouvert en avril 1944 près du village de Langenstein à quelques kilomètres d'Halberstadt. Le chantier de Langenstein est le chantier B2 du Sonderstab Kammler. Les détenus creusent près de 10 km de galeries dans les collines du Thekenberg devant servir à enterrer les productions des usines Junkers. Au total près de 7000 y travaillent. 3000 détenus sont évacués le 9 avril 1945 et 1600 sont libérés le 11 avril 1945 par les Américains.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il y est libéré le 13 avril 1945.

Le 21 décembre 1946 il épouse Christiane LIBEER à Marquette-lez-Lille (59).

Il décède le 26 janvier 2004 à Thonon-les-Bains (74).



Sources :

- Archives Départementales de l’Allier 1864 W 1,

- Archives Départementales du Nord  1 R 4318,

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil de Faches-Thumesnil (59)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Mémorial de Langenstein Amicale de Langenstein

© AFMD de l'Allier