Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
MARCHAND Maurice René

Nous sommes à la recherche d’une photo et de renseignements complémentaires.


est né le 20 août 1878  au domicile de ses parents à Aulnay-de-Saintonge (17). Son père Paul est médecin et sa mère Juliette née VERDIER est sans profession.

Le 10 février 1908  il épouse Renée BOURDON à Sauzé-Vaussais (79).

Capitaine de vaisseau en poste à Vichy (03),   il réside au N° 23,  avenue Bulot .

Suite au débarquement anglo-américain en Afrique du Nord le 8 novembre 1942 les Allemands envahissent la Zone Libre le 11 novembre et la Gestapo s'installe à Vichy.

Sur enquête de la Gestapo de Vichy dirigée par le capitaine Hugo GEISSLER, plusieurs officiers et civils ayant des activités en relation avec l'Afrique du Nord sont arrêtés le 8 janvier 1943 et transférés à Clermont-Ferrand (63).

D'autres sont arrêtés à leur domicile, tel Maurice MARCHAND  le 8 janvier 1943 à son domicile de Bordeaux (33). 

Le 24 février 1944 il fait partie des 28 hommes déportés dans des wagons de voyageurs aux fenêtres grillagées de Paris gare de l’Est au camp de Neue Bremm à Sarrebruck dans le convoi N° I.181.

Ils sont considérés comme des "NN", "Nacht und Nebel", "Nuit et Brouillard".

Procédure «Nacht und Nebel»
instaurée par le décret Keitel de décembre 1941 pour «des actes délictueux» tels que espionnage, sabotage, détention illégale d'armes, etc. Ce décret prévoit le transfert en Allemagne en vue d'un jugement dans le secret absolu. Les déportés doivent disparaître dans «la nuit et le brouillard»
, c'est-à-dire sans laisser de trace.


Mais la procédure "Nuit et Brouillard" ne leur est pas appliquée jusqu'au bout, car ils ne sont pas jugés.

Maurice MARCHAND va  être séparé  de ses camarades, car, grâce à ou à  cause de son grade, capitaine de vaisseau, il est considéré comme « personnalité-otage ». 


Personnalités-otages: un certain nombre de personnes occupant en général des postes à responsabilité civile, politique ou militaire voire religieuse sont arrêtées souvent de manière préventive à cause du danger qu'elles pouvaient représenter, puis déportées. Elles devaient servir le cas échéant de monnaie d'échange. Elles ont eu un sort enviable en comparaison des autres déportés. 

Il  est, à la différence de ses camarades de déportation, transféré au Château d’Eisenberg.

Eisenberg: Le château d'Eisenberg est officiellement un Kommando du KL Flossenbürg créé en juin 1943. Il est situé dans l'ancienne Tchécoslovaquie et est chargé de recevoir des "Personnalités-otages".
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Comme les autres personnalités-otages qui ne transitent pas par un camp de concentration, il ne reçoit pas de numéro de matricule. Il y est libéré le 8 mai 1945.

Il décède à Toulon (83) le 13 mai 1977.

Sources :

- Archives Générales du Royaume de Belgique série  1.1.47.1,

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Etat civil d’Aulnay-de-Saintonge (17)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

© AFMD de l'Allier