Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
AURRAIE Louis

Nous sommes à la recherche d’une photo et de renseignements complémentaires.

est né le 10 janvier 1901 au domicile de son grand-père maternel Joseph ARNAUD, scieur de long au lieu-dit Les Chaises à Bellenaves (03). Son père Auguste est scieur de long et sa mère Joséphine née ARNAUD est sans profession.  Ils sont domiciliés à Paris.

Il est ingénieur électricien quand il épouse Juliette DELPUECH  le 19 décembre 1925 à Chatou (78).

Il est domicilié en dernier lieu au N° 33, rue du Vieil Abreuvoir à Saint-Germain-en -Laye (78).


Le 28 avril 1943 il est déporté de Compiègne au camp de concentration de  Sachsenhausen où il arrive le 30 dans le convoi N° I.95.

Note: Le  convoi N° I.95 est un convoi mixte de 876 hommes et 220 femmes déportés dans des wagons séparés, les femmes à Ravensbrück, les hommes à Sachsenhausen.

Source du document ci-dessus:   Service International de Recherches d'Arolsen 5452482.

Il reçoit le matricule N° 65512 et est affecté au Kommando de Falkensee.

Falkensee : Kommando du KL Sachsenhausen. La création de ce Kommando est décidée en janvier 1943 pour fournir de la main-d'œuvre aux usines Demag, appartenant au groupe Hermann-Göring et fabriquant à Falkensee, à 25 km de Berlin, du matériel ferroviaire, des chars de combat "Tigre", des obus, des pièces détachées d'armement. Des Français participent à la création du Kommando, et ils sont d'abord installés à Staaken, dans un camp désaffecté de travailleurs civils. Le 10 juillet 1943, l'installation définitive à Falkensee a lieu. Les déportés encore présents en 1945 sont libérés sur place.
Source : Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il est transféré au camp de concentration de Buchenwald où il reçoit un nouveau matricule, le N° 32055. Puis il est dirigé sur le Kommando de Langenstein.

Langenstein ou "Malachit" ou "Zweiberge" : Kommando du KL Buchenwald.
Ouvert en avril 1944 ce Kommando est installé près du village de Langenstein, à quelques kilomètres d'Halberstadt. Le chantier de Langenstein est le chantier B2 du Sonderstab Kammler. Les détenus creusent près de 10 km de galeries dans les collines du Thekenberg devant servir à enterrer les productions des usines Junkers. Au total, près de 7000 détenus y travaillent. 3000 détenus sont évacués le 9 avril 1945 et 1600 sont libérés le 13 avril 1945 par les Américains.


Il décède 
- en Allemagne le 1er mai 1945 selon le jugement déclaratif de décès de Saint-Germain-en-Laye le 11 septembre 1954 et le JO N° 108 du 8 mai 2012
- disparu à Schwerin en mai 1945 selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

« Mort pour la France »

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 23668), il est homologué en tant que Résistant au titre de la R.I.F (Résistance Intérieure Française) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

« Mort en déportation » suivant l'arrêté du 23 février 2012 paru au Journal Officiel N° 108 du 8 mai 2012.

Sources : 

- Buchenwald Dora Kommandos Amicale de Buchenwald Dora et Kommandos

- Etat civil de Bellenaves (03), de Chatou (78) et de Saint-Germain-en-Laye (78)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémmoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial de Langenstein  Amicale de Langenstein

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 23668 )

- Service International de Recherches d'Arolsen 5452482,

©  AFMD de l'Allier