Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

FRIEDMANN Rudolph


Nous sommes à la recherche d'une photo et de renseignements complémentaires.


est né le 8 octobre 1891 à New-York (Etats-Unis).  Il est le fils d’Ernest et de Sophia née ALBRECHT. Ses parents sont commerçants.

Divorcé d’Odela HIRSCHFELD, il épouse en secondes noces Elisabeth Jeanne DEVILLE le 30 septembre 1926 à Clichy-la-Garenne (92) où ils sont domiciliés au N° 42, avenue Léon Gambetta. Elisabeth DEVILLE était née le 12 mars 1894 à Moulins (03).

Journaliste correspondant de la presse suisse,  il est domicilié en dernier lieu au N° 11, rue Lafloque à Vichy (03).

Il est arrêté le 29 juin 1944 à Vichy (03)  par les services du commissaire  des Renseignements Généraux  POINSOT  qui déclarait que  FRIEDMANN appartenait au « maquis » selon l’attestation du Commissaire Principal des Renseignements Généraux Léon GALLAND, lui-même l’objet d’une enquête de ce même POINSOT. 

Rudolph FRIEDMANN est livré quelques jours plus tard à la Gestapo de Vichy, puis  il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).


En août 1944 depuis plusieurs semaines déjà  les troupes allemandes se replient et vident les prisons qui se trouvent sur leur passage pour transférer les détenus dans les camps de concentration. Cela présente un double avantage pour les nazis : les détenus ne peuvent rejoindre les rangs de la Résistance et ils alimentent les camps en main-d’œuvre concentrationnaire.

Rudolph FRIEDMANN fait partie des 66 derniers prisonniers extraits de la Mal-Coiffée le 25 août 1944 et transférés à Belfort où ils sont internés à la Caserne Friedrich.


Le 5 septembre 1944 il est déporté de Belfort à Buchenwald où il arrive le 10 dans le convoi N° I.285. Il reçoit le matricule N° 85233 et est affecté aux Blocks 63, puis 14.

Source du document ci-dessus: Extrait de la liste du convoi N°I.285 transmise par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.

Sur la liste du convoi ci-dessus, il est qualifié de « Mischling » au 1er degré, « métis »  comme ayant deux grands-parents juifs. Les personnes n'étant pas de confession juive étaient néanmoins considérés comme  Mischlings au premier degré, si deux de leurs grands-parents étaient juifs.

Il reçoit le matricule N° 85233 et est affecté au Block 63 de quarantaine au Petit Camp, puis au Block 14 du camp central avant d'être transféré  le 26 septembre au Kommando B II, c'est-à-dire Langenstein au Block R.




Source: Extrait du Registre Matriculaire des 85000 transmis par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen 1.1.5.3 / 5896243.
Langenstein ou "Malachit" ou "Zweiberge" : Kommando du Kl Buchenwald.
Ouvert en avril 1944 ce Kommando est installé près du village de Langenstein, à quelques kilomètres d'Halberstadt. Le chantier de Langenstein est le chantier B2 du Sonderstab Kammler. Les détenus creusent près de 10 km de galeries dans les collines du Thekenberg devant servir à enterrer les productions des usines Junkers. Au total, près de 7000 détenus y travaillent. 3000 détenus sont évacués le 9 avril 1945 et 1600 sont libérés le 13 avril 1945 par les Américains.
Source : Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Selon le Service International de Recherche d'Arolsen il décède le 28 février 1945 à Halberstadt.

Halberstadt ou "Markrele": Ce Kommando du KL Buchenwald situé à 55 km au sud-ouest de Magdeburgest installé en juillet 1944 pour l'usine de la firme Junkers (construction d'ailes d'avions). Par suite de l'arrêt de la fabrication, une partie des détenus (ils sont alors près de 900) est transférée en janvier et février 1945 à Langenstein-Zweiberge. Le reste est affecté à des travaux de terrassement et de déblaiement. Les détenus sont finalement évacués le 8 avril 1945 vers les Sudètes.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Selon le "Mémorial de Langenstein" transmis par l'Amicale de Langenstein il décède le 28 février 1945 à Langenstein-Zwieberge. Son nom figure sur la Liste, par ordre de décès, des Français morts dans ce Kommando.

Source du document ci-dessus:  Mémorial de Langenstein transmis par l'Amicale de Langenstein.

Figurent dans la 7ème colonne sa date de décès "45.02.28", dans la 8ème colonne son âge "54" ans et dans la dernière colonne  après "156" jours au camp de Langenstein.

Selon l'attestation d'un camarade de déportation, son décès est dû à une  "misère physiologique profonde des suites de mauvais traitements".

Il est incinéré au four crématoire et ses cendres sont répandues dans la fosse commune au cimetière central de Quedlinburg.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d' Arolsen 2.1.4.1 / 70967885.
Au début les corps des déportés décédés au Kommando de Langenstein sont acheminés à Buchenwald pour être incinérés dans les fours crématoires.

A partir de 1945, et jusqu'au début du mois de mars 1945, ils sont transportés avec une carriole à cheval jusqu'au crématorium de Quedlingburg.

Ensuite, des fosses sont creusées au Kommando même de Langenstein.
Plaque au cimetière de Quedlingburg. Photo: Marie-Thérèse Chaumont.

« Mort en déportation » suivant l’arrêté du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 29 septembre 2009 paru au Journal Officiel N° 270 du 21 novembre 2009.

Note: POINSOT Pierre Emile Napoléon, né le 27 janvier 1907 à Bouxières-aux-Dames (54) , commissaire de police collaborateur, sera fusillé le 12 juillet 1945 à Riom (63).

Sources :

- Archives du Kommando de Langenstein dans Ancestry.com et  JewishGen.org

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 452 275

- Etat civil de Moulins (03), de Clichy-la-Garenne (92) et de Bouxières-aux-Dames (54)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial de Langenstein  transmis par l’Amicale de Langenstein

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service International de Recherches d'Arolsen  1.1.5.3 / 5896243, 2.1.4.1 / 70967885,

© AFMD de l'Allier