Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

CLUZEL Léon

est né le 9 décembre 1895 au domicile de ses parents au lieudit Boudet à Saint-Gérand-de-Vaux (03). Son père François et sa mère Françoise née MANTIN sont cultivateurs.

Source de la photo: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.





Mobilisé dans le service auxiliaire en 1914, puis le service armé en 1915 il est blessé au bras par balle à Raucourt (54) le 22 juillet 1918. Il est évacué et réformé en 1919.

Lui sont attribuées
- la Médaille Militaire,
- la Croix de Guerre avec palme et une Etoile de Bronze.

Receveur-buraliste à Trézelles (03), il est suspendu de ses fonctions suite à l'arrêté pris par le préfet régional de Clermont-Ferrand le 30 septembre 1941.

Selon l'enquête du commissariat spécial de Vichy, en 1936

«il s'est fait inscrire au parti socialiste.

Depuis cette date il n'a cessé de faire une intense propagande pour le régime Léon BLUM.

Actuellement il a été établi que ses idées politiques sont toujours les mêmes.

Son poste de Receveur-buraliste lui donne l'occasion d'être en contact fréquent avec toute la population et il ne manque pas une seule occasion de critiquer la politique du Gouvernement de M. le Maréchal PETAIN».

Il entre aux FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) le 1er mars 1943. Il est résistant au Mouvement "Combat" sous le pseudonyme de Tristan, puis des MUR (Mouvements Unis de la Résistance).

Il est arrêté le 18 mars 1944 à son domicile par la Gestapo de Vichy. Il est interné à Vichy, puis à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).

Le 12 mai 1944 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 14 dans le convoi N° I.211.

 

Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen  5691324.

Il y reçoit le matricule N° 49916. Après la quarantaine il reste au camp central de Buchenwald.

André ROUMEAU de Lapalisse déporté le 16 septembre 1943 à Buchenwald matricule N° 21705 écrit au sujet de Léon CLUZEL qu'il retrouve régulièrement le dimanche soir, jour de repos: «un doyen qui avait laissé son bras droit à la guerre de 14; il était exempt de travail».

Il est libéré le 23 avril 1945 et rentre le 8 mai 1945.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 134517 ), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant N° 1.011.01488 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 10 novembre 1950.


Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

Il décède à Trézelles le 25 novembre 1977.


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1 R 1915.897.2503, 996 W Police Politique Surveillance de la Population,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 563

- Archives de la famille Bécaud Jean

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Saint-Gérand-de-Vaux (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 134517 )

- Service International de Recherches d'Arolsen  5691324

- Témoignage de Joseph Marie André Roumeau


©  AFMD de l'Allier