Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier

BARBARAT Abel Gilbert

est né le 9 avril 1885  Route Nationale à Bézenet (03). Son père Jean-Baptiste est facteur rural et sa mère Marie née BERTRAND est ménagère.

Engagé volontaire pour quatre ans le 16 mai 1903 à Montluçon (03), il est affecté au 121ème Régiment d'Infanterie, ensuite il passe au 3ème Régiment de Tirailleurs Algériens. Puis il devient élève gendarme à cheval en 1907 à Blida.

Le 14 mai 1908 il épouse Marie Emilienne AUMAITRE à Bézenet.

Source de la photo: ONACVG du Puy-de-Dôme.


Franc maçon, il est initié à la Loge "Evolution mutuelle" à Alger le 15 décembre 1912. Le grade de compagnon lui est conféré le 29 janvier 1914 et celui de maître le 24 avril 1915. Il est affilié à la Loge "Equerre" à Moulins depuis le 7 juillet 1922. Officier de la Loge , il démissionne le 13 mars 1937.

Il est affecté à la Force Publique du Maroc Occidental en 1914. Il est rayé des contrôles d’activité le 13 septembre 1924 et se retire à Yzeure.
 
Gendarme en retraite il est domicilié 9, rue Aristide Briand à Yzeure (03).

Il est employé comme magasinier livreur  au Service des Tabacs, 15 avenue Meunier à Moulins (03).

Il est arrêté sur son lieu de travail le 25 janvier 1944 par la Gestapo suite à une dénonciation. Selon la Direction Interdépartementale des Anciens Combattants, il était «en relations avec des membres de la Résistance ». Selon la fiche d'adhésion à l'association « Ceux de la Mal-Coiffée » (voir ci-dessous), il est «  arrêté comme suite à l’arrestation de Marc JUGE, commissaire de police à Vichy ».

 

Marc JUGE est né le 15 avril 1911 à Moulins (03) et est commissaire de police  de Vichy-Sud depuis le 1er octobre 1942. Il entre au réseau "Marco Polo" fin 1942 par l’intermédiaire de René Chabrier. A la demande du réseau ils vont collecter des renseignements sur les collaborateurs travaillant pour les nazis ou sur les agents de l’ennemi. Il est arrêté le 18 janvier 1944 dans le bureau d’Hugo Geissler, le chef de la Gestapo de Vichy. Le 14 mars 1944 Marc JUGE  est condamné à mort par le tribunal militaire allemand pour espionnage et fusillé le 24 mars 1944 à Clermont-Ferrand (63).
Une rue de Moulins porte son nom.

Source de la photo ci-contre: Martres Eugène Les archives parlent 1940-1945 Editions De Borée 2004.

Marc Juge

Abel BARBARAT est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins, d’où il part le 23 mars 1944 pour Compiègne.

Le 6 avril 1944 il est déporté de Compiègne  à Mauthausen (Autriche) où il arrive le 8   dans le convoi N° I.199. Il reçoit le matricule N°61902.


 Source du document ci-dessus:  Service International de Recherches d'Arolsen 1.1.26.1 / 1319225.

122 hommes -dont Abel BARBARAT- sur les 1489 de ce convoi  sont assassinés par le gaz au Château d'Hartheim. Il s'agit en majorité d'hommes nés au 19ème siècle, sans doute considérés par les nazis comme non rentables.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen 1.1.26.1 / 1278390.

Hartheim: Kommando du KL Mauthausen.
Ce château, situé à 27 km à l'ouest de Linz, est le centre d'extermination par gaz du camp de Mauthausen, et cela pendant quatre ans. 
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Source de la photo ci-contre: Triebel Agnès Raconte moi…. La Déportation dans les camps nazis Collection du citoyen Nouvelle Arche de Noé éditions Paris 2003.


Il figure sur la liste des gazés à Hartheim le 16 août 1944.

Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen 1.1.26.1 / 1298957.


Selon  l’état civil d’Yzeure, Abel BARBARAT  est décédé le 16 août 1944 à Mauthausen. Selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et le JO N° 147 du 27 juin 1987,  il est gazé au Château de Hartheim (Autriche) le 16 août 1944.  

 "Mort pour la France"

 

                   

   Monument aux Morts d’Yzeure.                                        

   Photo : Madame Chaussard.                              

Ci-dessus: Adhésion de Madame BARBARAT pour son mari à l'association "Ceux de la Mal-Coiffée". Source: Archives Municipales de Moulins 5 H 81.


Par décision du Conseil Municipal d’Yzeure lors de sa séance du 16 mars 1946    son nom est donné à une rue, Impasse Abel Barbarat.


                                                                      Source du document ci-dessus à gauche: Mairie d’Yzeure. Photo à droite: AFMD de l'Allier.




"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 4 mai 1987 paru au Journal Officiel N°140 du 30 juin 1987.


Son nom figure sur la plaque dévoilée le 20 juin 2015 en mémoire et en l'honneur des 3 francs-maçons de la Loge Equerre " Morts en déportation".

Crédit photo: Dominique Boutonnet.



Sources :

- Archives Départementales de l’Allier 1864 W 1, 1 R1905.2254,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 585, 2330 W 8,

- Archives du camp de Mauthausen sur  Ancestry.com et JewishGen.org

- Archives du Grand Orient de France

- Archives Municipales de Moulins 5 H 81

- Archives Municipales d'Yzeure

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants du Puy-de-Dôme

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 421 040

- Etat civil de Bézenet (03) et d’Yzeure (03)

- Lévy et Cordet A nous, Auvergne !  Presses de la Cité 1990

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation EditionsTirésias 2004

- Mauthausen Le Troisième Monument  site de l'Amicale de Mauthausen

- MemorialGenWeb  Site Internet

- Martres Eugène Les archives parlent  Editions de Borée 2004

- Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Puy-de-Dôme

- Service International de Recherches d'Arolsen 1.1.26.1 / 1298957, 1.1.26.1 / 1278390, 1.1.26.1 / 1319225,

 
© AFMD de l'Allier