Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

VANGEON Louis Désiré


est né le 5 novembre 1895 au domicile de ses parents Quai du Canal à Montluçon (03). Son père Désiré est charpentier en bateaux et sa mère Eugénie née GERMAIN est sans profession.

Source de la photo: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

Incorporé au 7ème Régiment du Génie le 17 décembre 1914, il est transféré en Orient du 13 novembre 1915 au 8 septembre 1917. Il est démobilisé le 13 septembre 1919 avec le grade de sergent.

Le 2 juillet 1918 il épouse Marie MÉRITET à Montluçon et ils ont deux enfants, Edith née en 1920 et Roger né en 1922.

Source de la photo ci-contre: Archives de la famille.

Il travaille d'abord à la S.A.G.E.M. comme chaudronnier, puis devient représentant en machines agricoles.

Archives de la famille

 En 1940 il s'installe à son compte comme mécanicien.  Il est domicilié 34, quai de la Glacerie à Montluçon.

Il entre dans la Résistance aux FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) en 1941.

Louis VANGEON est sous surveillance et française et allemande, car s
a maison est perquisitionnée d'abord par le Service des Renseignements Généraux de l'Allier  le 23 février 1943 à la recherche d'armes, puis le 26 février par deux policiers allemands qui l'accusent  d'avoir des armes cachées chez lui. Il explique aux Allemands que sa maison a déjà été perquisitionnée par la police française. Tout le monde se retrouve au commissariat de police où le commissaire principal confirme ses dires aux policiers allemands. Dans son rapport en date du 28 février, il écrit:  "une fouille minutieuse opérée à son domicile et ses dépendances a permis de constater qu'aucun objet de provenance douteuse ne se trouvait chez lui".

 

Louis VANGEON est alors relâché par les policiers allemands.

Il est arrêté le 6 juillet 1944 à Montluçon par la Gestapo en venant prendre une livraison d'armes.

Il est interné à Montluçon jusqu'au 31 juillet, puis il est transféré à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins. Le 25 août  les 66 derniers prisonniers sont évacués vers Belfort où ils sont internés à la caserne Friedrich dans l'attente de leur déportation.

Le 5 septembre il est déporté de Belfort à Buchenwald où il arrive le 10 dans le convoi N° I.285. Il reçoit le matricule N° 85202 et après la quarantaine est transféré le 25 septembre au kommando de Langenstein-Zwieberge.
 
 
 
 
Source du document ci-dessus: Extrait de la liste du convoi N°I.285 transmise par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


Il reçoit le matricule N° 85202 et, après la quarantaine passée au Petit camp au Block 63, il est envoyé au Grand Camp au Block 31. Il est ensuite transféré le 25 septembre au Kommando B II, c'est-à-dire  Langenstein-Zwieberge.


Source du document ci-dessus: Extrait du Registre Matriculaire des 85000 transmis par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


"Langenstein ou ""Malachit"" ou ""Zweiberge"" : Kommando de Buchenwald. Ouvert en avril 1944 ce Kommando est installé près du village de Langenstein, à quelques kilomètres d'Halberstadt. Le chantier de Langenstein est le chantier B2 du Sonderstab Kammler. Les détenus creusent près de 10 km de galeries dans les collines du Thekenberg devant servir à enterrer les productions des usines Junkers. Au total, près de 7000 détenus y travaillent. 3000 détenus sont évacués le 9 avril 1945 et 1600 sont libérés le 13 avril 1945 par les Américains.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il est libéré le 11 avril 1945 à Langenstein par les Américains et il rentre le 28 mai 1945.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 585102), il est homologué en tant que Résistant au titre  des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) et des D.I.R. (Déportés et Internés Résistants).

La carte de Déporté Résistant lui est attribuée le 24 juillet 1952.
 
Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

Lui sont également attribuées

- la Légion d’Honneur : Chevalier par décret du 28 janvier 1956, puis Officier par décret du 23 juillet 1956

- la Croix de Guerre 1939-1945 avec Palme

- la Croix du Combattant Volontaire 1939-1945 par décision N° 1528 du 11 mars 1960.

 

Il décède le 3 novembre 1965 à Montluçon.

 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 654 W 6, 1 R 1915.895.1711, 996 W Police Politique Février 1943, 778 W 7.4, Occupation allemande Arrestation 772 W 10 61.10,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 171

- Archives de la famille

- Contribution de Henning Fauser

- Direction Interdépartementales des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Montluçon (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Mémorial de Langenstein-Zwieberge Amicale de Langenstein

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 585102)

© AFMD de l'Allier