Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier


BERGERON Joseph

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 17 février 1899 à Sancoins (18). Son père Henri est journalier et sa mère  Marie-Emilie née PHELOUZAT est ménagère. Ils sont domiciliés rue Denfert-Rochereau à Sancoins.

II exerce le métier de domestique agricole, puis de manœuvre avant d'être incorporé le 15 mars 1920. Il est affecté au 109ème Régiment d'Infanterie et participe à l'occupation des Pays Rhénans du 10 mai 1921 au 15 septembre 1921. Il est "renvoyé dans ses foyers" le 20 avril 1922.

Le 29 septembre 1923 il épouse  Gilberte PAULAT à Sancoins.

Il est classé en affectation spéciale le 1er juillet 1929 au titre de la Compagnie P.L.M.  en qualité d'homme d'équipe.

Il travaille aux Chemins de Fer comme  wagonnier à la gare de Moulins (03) et est syndiqué à la CGT. Il est domicilié route de Montbeugny  à Yzeure (03).

Il est arrêté le 4 septembre 1942 à son domicile à Yzeure à la suite de distribution de tracts et sur dénonciation pour son appartenance à la Résistance-Fer. Selon l'attestation d'Emmanuel MOSNAT, responsable du détachement des cheminots FTPF de Moulins, Joseph BERGERON a  "participé à la rédaction, au transport, à la diffusion de tracts et journaux antiallemands, au collage nocturne d'affiches appelant les Français à résister, a facilité l'évasion de prisonniers de guerre et de patriotes traqués par les Allemands en leur faisant franchir la Ligne de Démarcation de janvier 1941 jusqu'au jour de son arrestation motivée par ces faits".


Selon le fichier de BRINON, il est arrêté pour "détention de tracts communistes".

Source du document ci-dessus: Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains AC 21 P 424 197 et GR 16 P 49928.

Note: Fernand de BRINON né le 26 août 1885 à Libourne (33), ambassadeur de l'Etat Français auprès des Allemands à Paris, collaborateur exécuté le 15 avril 1947 à Montrouge (92).



Joseph BERGERON est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03), avant d'être transféré dans un premier temps le 21 septembre  à la prison de Dijon où il va rester environ 3 semaines, puis au Frontstalag 122, c'est-à-dire Compiègne où il reçoit le matricule N° 6468.

Le 24 janvier 1943 il est déporté de Compiègne   à Sachsenhausen  où il arrive le 25 dans le convoi N° I.74.


KL Sachsenhausen : camp de concentration près d’Oranienbourg. Il est à la fois centre de formation pour les S.S., mais également le lieu de préparation d’opérations secrètes comme la préparation de Gleiwitz contre la Pologne qui sert de prétexte de déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale. On peut estimer qu’environ 200 000 hommes et femmes dont plus de 8500 Français ont été déportés à Sachsenhausen. Ce camp est libéré par l’Armée Rouge le 22 avril 1945.
Source : Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il s’agit d’un convoi de 1466 hommes en majorité communistes.

Il y reçoit le matricule N°57854 et est affecté au Block 38.

Le14 juillet 1944  il est transféré de Sachsenhausen à Dachau où il arrive le 17 juillet. Un autre matricule lui est attribué, le N° 80214.

Mémorial annuaire des Français de Dachau

Source du document: Mémorial annuaire des Français de Dachau.

Il est affecté au Block 25 et  décède  le 2 février 1945  à 7 H 20 au Block 15  de l'Infirmerie de Dachau selon l'acte de décès ci-dessous.


Source du document ci-dessus: Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains.


Il décède le 2 février 1945 à Dachau selon l'état civil de Sancoins et le JO N° 180 du 6 août 1987.

Son nom figure sur la liste des Morts à Dachau.

 Source du document ci-dessus: Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.6.1/9929584.

Il est homologué en tant que Résistant avec le grade fictif d'adjudant au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) et des D.I.R. ( Déportés et Internés de la Résistance) le 15 novembre 1950.

"Mort pour la France"
mention transcrite à la mairie d'Yzeure le 25 juillet 1946.

La carte de Déporté Résistant N° 1.011.13515 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 19 novembre 1952.

Source du document ci-dessus: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

"Mort en déportation" suite à l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 9 juin 1987 paru au Journal Officiel du 6 août 1987.


Son nom figure sur la plaque à la gare SNCF à Moulins Quai N° 1.

Photos: AFMD de l'Allier.

Note de l'AFMD:

Son fils Roger, né le 1er juillet 1924 à Sancoins (18), membre des Francs-Tireurs et Partisans Français, est tué avec son beau-frère Jean VEBRET lors de la bataille pour la libération d'Yzeure route de Montbeugny le 5 septembre 1944.

Source de la photo: Archives d'Hubert Joannin.


Sources :

- Archives Départementales de l’Allier 1864 W 1,

- Archives Départementales du Cher 2 R 766

- Archives du camp de Dachau sur Ancestry.com et JewishGen.org

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains  AC 21P 424197 et GR 16P 49928

- Etat civil de Sancoins (18) et d'Yzeure (03)

- Etat des déportés ayant appartenu à l'Union Locale CGT-Moulins avant 1939 transmis par Jean-Noël Dutheil

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial annuaire des Français de Dachau Amicale des Anciens de Dachau 1987

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service Historique de la Défense GR 16 P 49931

- Service International de Recherche d'Arolsen 1.1.6.1/9929582, 1.1.6.1/9929584

 © AFMD De l’Allier