Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
BERTIN Prosper Jules
 
 
Archives de la famille

est né le 10 février 1896 au domicile de ses parents à Böenat commune de Lalizolle (03). Son père Olivier est meunier et sa mère Léonie née SCHOITZER est femme au foyer.

Incorporé le 8 août 1916 il est affecté au 105ème Régiment d'Infanterie à Riom. Gazé le 1er août 1918 à Verdun il est évacué sur l'Hôpital de Brive. Après plusieurs séjours dans des hôpitaux il est démobilisé le 20 septembre 1919 avec une pension d'invalidité de 15 %.

Source de la photo: Archives de la famille.

Il s'installe à Gannat en 1925 et épouse Gabrielle REINE le 5 août 1926 à Lalizolle. Ils ont trois enfants, Marthe, Emilienne et Jean. Il exerce le métier de couvreur et est domicilié route de Vichy à Gannat.

Témoignage de Claude CARTON, résistant communiste à Gannat, sur les BERTIN où la résistance est une affaire de famille:

«Il faut dire que toute la famille BERTIN était impliquée dans la Résistance. Dès 1940 elle avait hébergé plusieurs responsables du Parti avant qu'ils aient pu trouver une planque plus sûre. Jules, le père, était la cheville ouvrière du Parti jusqu'à son passage dans la clandestinité. Maman Bertin s'arrangeait pour nourrir et quelquefois habiller ses hôtes de passage; ils étaient souvent plusieurs en même temps, ce qui ne facilitait pas les choses étant donné les restrictions. (…)Emilienne, dite Lelette, travaillait comme serveuse à l'Hôtel de l'Agriculture où logeaient parfois des Allemands, et qui était surtout le lieu de rendez-vous des officiers en garnison à Gannat.Elle pouvait ainsi glaner des renseignements précieux. Jeannot était agent de liaison et conduisait souvent des camarades cheminots ou postiers chez moi. (…) Jeannot qui avait alors quatorze ans! transportait outre des tracts des explosifs! Je ne pense pas que beaucoup de familles aient été aussi dangereusement impliquées dans la résistance. En effet, même quand Jules devint clandestin, puis quand il fut arrêté plus tard, l'accueil des clandestins continua ainsi que les liaisons.»

Jules BERTIN entre comme agent de liaison au Front National et rejoint le Maquis Dionnet devenu Camp Marceau dans la Forêt des Collettes à Veauce (03).

Il est arrêté le 22 janvier 1944 lors d'un barrage routier établi par la Gestapo à Lafeline (03). Il est en possession d'un revolver.
 
 Témoignage de Georges BLANCHARD -l'instituteur de Lafeline (03) qui vient lui-même d'être arrêté- sur l'arrestation de Jules BERTIN:

«La Gestapo contrôle ceux qui passent sur la route. Un cycliste est contrôlé et continue son chemin. Après un instant la Gestapo le poursuit en voiture, le rattrape avant Reugny, l'arrête, le fouille. Il porte un revolver. C'est un résistant, camouflé au «Bon Coin», charpentier, originaire de Gannat. Il monte avec nous dans le camion.

Camions et voitures de la Gestapo reviennent à Lafeline, les soldats s'alignent devant le mur du cimetière. Va-t-on nous fusiller? Un ordre… tout le monde remonte, direction Saint-Pourçain-sur-Sioule.

A Saint-Pourçain Louis FORT et BERTIN sont descendus du camion; plus tard j'apprendrai qu'on les a emmenés à la Gestapo à Vichy».

Il est ramené ultérieurement à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03), puis il est transféré à Dijon (21) et Compiègne.

Le 10 février 1944 il est déporté de Compiègne pour une destination non connue. Etant en possession d'un revolver au moment de son arrestation son cas a pu relever de la Procédure "Nuit et Brouillard" qui réprime sévèrement entre autres la détention d'armes et qui prévoit que ceux à qui elle s'applique doivent disparaître sans laisser de trace, ce qui est le cas de Prosper Jules BERTIN dont le nom ne figure pas dans le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Les recherches  du Service International de Recherche d'Arolsen auprès de la Croix-Rouge polonaise n'ont pas abouti, car "la personne recherchée n'apparaît pas dans les archives des pertes du centre international de la Croix-Rouge polonaise".

Il décède

- le 10 février 1944 selon l'état civil de Lalizolle  et de Gannat ainsi que le JO N° 72 du 26 mars 2008

- le 15 mai 1945 en Allemagne selon la Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

"Mort pour la France"

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 54518), il est homologué en tant que Résistant au titre des F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) et des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant N° 1.011.20859 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 5 janvier 1954.


    Source du document ci-dessus: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

La mention "Mort en déportation" lui est attribuée suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat  aux Anciens Combattants en date du 19 mars 2008 paru au Journal Officiel N° 72 du 26 mars 2008  transcrite à l'état civil de Gannat le 25 mai 2009.

 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1 R 1916.901.216,

- Archives de la famille

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Lalizolle (03) et de Gannat (03)

- MemorialGenWeb site Internet

- Témoignage de Claude Carton Une fourmi chez les Rouges
 
- Témoignage écrit  de Georges Blanchard

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 54518)

- Service International de Recherche d'Arolsen 6.3.3.2 / 85746287
 

© AFMD de l'Allier