Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
RENAUD André Alexis Marien
 
 
DIAC Clermont-Ferrand

est né le 4 avril 1903 à Moulins (03). Il est le fils de Joseph et de Marguerite née VÉRILLON.

Engagé volontaire le 10 mai 1923 il est affecté au 113ème Régiment d'Artillerie Lourde. Il est démobilisé le 10 novembre 1924 avec le grade de maréchal des logis.

Source de la photo: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.



Il est domicilié 3, rue Michel de l'Hospital à Moulins (03) et exerce  le métier de représentant quand le 30 janvier 1936 il épouse Alice CHARBONNIER à Gannat (03).

Rappelé le 2 septembre 1939 au 147ème Régiment d'Artillerie il passe adjudant le 30 décembre 1939 à la 147ème section sanitaire automobile.

Il est fait prisonnier le 19 juin 1940 au cours des combats à Trévillers (25) et interné avec le matricule N° 84033 au Stalag II B situé à Hammerstein en Pologne (nom actuel Czarne). Il en est libéré le 11 février 1941 comme non combattant en exécution de la Convention de Genève.

Représentant de commerce, veuf et père d'un enfant de six ans il est domicilié Route de Montbeugny à Yzeure (03).

Le 23 juillet 1943 il est arrêté par la Police de Sûreté Allemande à Moulins- ainsi que les propriétaires -François TAQUE et Marcelle TAQUE- au Café du Théâtre au N° 4, Cours Jean Jaurès à Moulins sur dénonciation d'une collaboratrice, Suzanne MATHIS.

Motif de l'arrestation: « Il aurait commenté de façon pro-anglaise, au Café du Théâtre à Moulins, les opérations militaires qui se déroulaient à ce moment en Sicile» selon une lettre du préfet de l'Allier à de BRINON.

Note: Fernand de BRINON, collaborateur né le 26 août 1885 à Libourne (33) , sera exécuté le 15 avril 1947 au Fort de Montrouge (94).


..... "La femme MATHIS ayant entendu à MOULINS, au café du THEATRE, des conversations sur les discours du Général GIRAUD et des Anglais, se hâta d'aller prévenir la Gestapo qui, révolver au poing, arrêta tout aussitôt le sieur TAQUE ainsi que sa femme et le sieur RENAUD".
Source du document ci-dessus:  Archives Départementales de Côte d'Or  31 U 26-C dossier n°283.



Il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins.

Le 17 septembre 1943 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 18 dans le convoi N° I.136. Il reçoit le matricule N° 21021.

 
Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen  6917562.

Selon le Mémorial Buchenwald Dora Kommandos ,il est affecté au Kommando d'Ohrdruf.

Ohrdruf: Kommando du KL Buchenwald. Créé administrativement par les SS le 6 novembre 1944, il est situé à 70 kilomètres au sud-ouest de Weimar en Thuringe. Le complexe d'Ohrdruf comprend cinq Kommandos installés sur un très vaste terrain militaire. A partir du mois d'août 1944 les détenus sont employés à des travaux de terrassement en vue de l'installation souterraine, entre autres, de l'Etat-Major de la Wehrmacht, de la réserve d'or de la Reichsbank, ainsi que d'une rampe de lancement d'armes secrètes. Au total, ils ont été près de 20000. Plus de 10000 sont évacués vers Buchenwald.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il a dû faire partie des 1000 et quelques détenus évacués vers Buchenwald,  car son nom figure sur la liste des «Membres homologués de la Brigade française d'action libératrice» de Pierre DURAND.

Il est rapatrié le 28 avril 1945.

La carte de Déporté Politique N° 1.111.00306 lui est attribuée sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 15 décembre 1951.

Source du document ci-dessus: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.


Note: les collaborateurs Louis MATHIS et son épouse Suzanne domiciliés à Bourbon-Lancy (71) seront arrêtés à la Libération. Ils seront jugés  par la Cour de Justice de Dijon pour "Atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat". Louis MATHIS sera condamné à mort et fusillé le 7 mars 1946 à Chalon-sur-Saône.
Suzanne MATHIS sera jugée pour "Trahison" et condamnée à mort dans un premier temps. Sa peine sera commuée en Travaux Forcés à Perpétuité et elle bénéficiera d'une libération anticipée le 3 juillet 1954.

Le 7 janvier 1974 il épouse Simone CONCEPRIO à Moulins.

Il décède le 17 janvier 1981 à Désertines (03).

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1289 W 91, 1289 W 158, 1 R 1923. 961.910,

- Archives Départementales de Côte-d'Or - Numérisations 31 U 26-C

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Durand Pierre Les Français à Buchenwald et à Dora Editions sociales Janvier 1977

- Etat civil de Moulins (03) et de Gannat (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service International de recherches d'Arolsen  6917562,
 
 
© AFMD de l'Allier