Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
LUFT Siegfried
 
Nous sommes à la recherche d'une photo.
 
est né le 24 décembre 1900 à Vienne (Autriche). Il est le fils de Mendel et Czeittel née SCHLAG.
 
Vendeur domicilié Hellwaqstrasse 3 à Vienne, il épouse Franziska née RADER et ils ont une fille prénommée Edith.
 
Il quitte l'Autriche, passe par l'Italie et entre en France en 1938.  Ils sont domiciliés à Dijon.

Il s'engage à la Légion Etrangère  pour la durée de la guerre  à l'Intendance Militaire de Lyon Vancia. Il est incorporé à compter du 8 octobre 1939  et est affecté au 4ème Régiment Etranger d'Infanterie à Marrakech (Maroc).


Documents ci-dessus: A gauche plaque d'identité à la Légion Etrangère. E.V. 1939 (Engagé Volontaire 1939). Source: Archives de la Légion Etrangère. Remerciements.

A droite: son nom figure sur la liste des Engagés Volontaires Juifs. Source: Archives de l' Union des Engagés Volontaires, Anciens Combattants Juifs 1939 -1945,  Enfants et Amis. Remerciements.

 

Il en est démobilisé en octobre 1940 et est rayé des contrôles le 23 octobre 1940. Il déclare se retirer à Saint-Germain-des-Fossés (03) et est libéré par le bureau de recrutement de Lapalisse (03).


A Saint-Germain-des-Fossés (03) il rejoint son épouse et sa fille domiciliées Maison Chiquot Impasse de la Rotonde. Il y est recensé conformément à la loi antisémite du 2 juin 1941 de l'Etat Français. Sa fille Edith née de mère non juive n'aurait pas dû figurer sur ce recensement.

Source du  document ci-dessus:: Archives Départementales de l'Allier 756 W 1.

Sa fille Edith figure sur la liste des enfants juifs résidant dans l'Allier  âgés de 0 à 12 ans devant recevoir du Secours Américain (vivres et médicaments) en 1941.


Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah/CDJC.Coll. Communauté Israélite de Vichy CMLV 19.

 

 Il trouve un emploi de manœuvre à la Compagnie Ferroviaire à Vichy (03).
 
Il est arrêté dans la Rafle du 26 août 1942 à son domicile et est transféré au Camp du Textile à Prémilhat (03) près de Montluçon.

Note de l'AFMD de l'Allier: Accords Oberg-Bousquet : Pour affirmer la souveraineté de l'Etat Français le Gouvernement de Pétain n'a rien trouvé de mieux que de proposer aux nazis d'arrêter eux-mêmes, grâce à la police et à la gendarmerie françaises, les Juifs étrangers ou supposés tels. C'est ainsi que sont réalisées la Rafle du Vel'd'Hiv' des 16 et 17 juillet 1942 en Zone Occupée et la Rafle du 26 août 1942 dans les 40 départements de la Zone Libre.

La Commission de Criblage des Renseignements Généraux est réunie le 2 septembre pour  faire le tri entre ceux qui sont déportables et ceux qui peuvent encore bénéficier d'une exemption. Elle examine le cas de Siegfried LUFT et maintient son arrestation, donc sa déportation, sous prétexte qu'il " n'a pas servi sur le front Français contre l'Allemagne".

Son épouse écrit au Directeur Général de la Fédération des Amicales des Anciens Engagés Volontaires Etrangers pour lui demander d' "intervenir auprès des autorités compétentes pour que son cas soit étudié, afin qu'il puisse être libéré le plus rapidement possible et retourner au sein de sa famille qui l'attend  avec impatience".

Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah /CDJC. Coll.Communauté Israélite de Vichy  CMLV 16.

Suite à l'intervention de son épouse auprès de l'U.G.I.F (Union Générale des Israélites de France), le bureau de Vichy écrit le 4 novembre 1942 au Président de l'Amicale des Anciens Engagés Volontaires Etrangers pour le "prier de bien vouloir faire le nécessaire pour sa libération, si possible".

Etant engagé volontaire mobilisé jusqu'en octobre 1940  il aurait dû bénéficier des conditions d'exemption prévues dans l'alinéa 3 de la circulaire du 5 août 1942 concernant: " individus ayant servi dans armée française ou armée ex-alliée pendant 3 mois au moins  ou ayant pris part à combats sans durée service".

Cette interprétation volontairement  restrictive de la Commission condamne Siegfried LUFT à la déportation.

Le 3 septembre 1942 il fait partie des 144 personnes -hommes, femmes et enfants -  transférées en train à Drancy. Il figure sous le N° 79 sur la liste.

 
Source: Liste des transferts de Montluçon à Drancy transmise par Serge Klarsfeld
 
140 d'entre elles dont Siegfried sont déportées le 14 septembre 1942 à Auschwitz dans le convoi N° 32.
 
Document ci-dessus extrait de la liste du convoi N° 32. Source: Mémorial de la Shoah C 32_49.

Dans Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Serge Klarsfeld écrit à propos du Convoi N° 32: "Il y a 640 hommes et 340 femmes dans ce convoi où l'on compte plus de 60 enfants (sans oublier ceux qui se trouvent parmi les 220 déportés dont on ignore l'âge). (...) A leur arrivée à Auschwitz le 16 septembre, furent sélectionnés 58 hommes qui reçurent les matricules 63898 à 63953 et 49 femmes qui reçurent les matricules 19772 à 19820. Le reste du convoi fut immédiatement gazé à l'exception des hommes qui furent sélectionnés avant l'arrivée à Auschwitz à Kosel. (...) En 1945 il y avait à notre connaissance environ 45 survivants de ce convoi."

 
Il est sélectionné pour le travail et  décède le 1er juillet 1944
 
-  à Auschwitz (Pologne) selon les DÖW  (Dokumentationsarchiv der Österreichischen Widerstandes)
 
-  à Gleiwitz (Pologne) selon le JO N°251 du 26 octobre 2008.

Note N°1: Gleiwitz est un Kommando du KL Auschwitz. Les détenus y travaillent pour les firmes Sonderbau Berlin, usines allemandes de gaz, et la RAW (Reichbahnausbesserungswerk), entreprise de réparation de chemins de fer.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Note N°2: Selon le  DÖW N°52446 (Archives des Documents de la Résistance Autrichienne), sa fille Edith était non juive et donc n'aurait pas dû figurer dans le recensement du 2 juin 1941. Elle est arrêtée par les nazis en 1944 alors qu’elle tente de passer la frontière dans les environs de Strasbourg . Elle est envoyée dans une école conforme aux préceptes nazis à Rastadt (Allemagne).


 


Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 756 W 1,  996 W (778 W 15.3), 996 W 112,

- Archives de la Communauté Juive de Vienne (Autriche) 

- Archives de la Légion Etrangère

- Centre de Documentation Juive Contemporaine

- DÖW N°52446 (Archives des Documents de la Résistance Autrichienne)

- Klarsfeld Serge Liste des transferts de Montluçon à Drancy le 3 septembre 1942.

- Klarsfeld Serge Mémorial de la Déportation des Juifs de France Fils et Filles de Déportés Juifs de France 1978

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial de la Shoah /CDJC. Coll.Communauté Israélite de Vichy  CMLV 16, CMLV 19,

- MemorialGenWeb  site Internet

- Union des Engagés Volontaires Anciens Combattants Juifs Enfants et Amis

 

© AFMD de l'Allier