Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

NÉSA Paul

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 29 juin 1911 à Sfax (Tunisie). Il est le fils de Pierre et Tomasine née GRIMALDI.

En août 1940 il est officier de renseignements à l'Etat Major de la Subdivision de Bône (Algérie). Selon son témoignage il exerce son activité dans deux directions: d'abord une propagande auprès des éléments musulmans destinée à indiquer « tous les dangers que pouvait présenter pour les populations nord-africaines la victoire d'un peuple raciste sur l'Islam», ensuite la recherche de personnes «tirailleurs et sous-officiers indigènes qui, revenus en Afrique du Nord à la suite d'évasions favorisées par les Allemands, avaient été dressés par l'ennemi à une action de propagande favorable à leur cause».

En octobre 1942 il est affecté à la Section des Affaires Musulmanes de l'Etat Major de l'Armée à Vichy (03) où, avec l'accord de son chef, le colonel TERRIER, il continue son activité de propagande auprès des Musulmans de passage dans la région.

Suite au débarquement anglo-américain en Afrique du Nord les Allemands envahissent la Zone Libre le 11 novembre 1942 et la Gestapo s'installe à Vichy avec à sa tête le capitaine Hugo GEISSLER.

Sur enquête de la Gestapo de Vichy dirigée par le capitaine Hugo GEISSLER plusieurs officiers et civils ayant des activités en relation avec l'Afrique du Nord sont arrêtés le 8 janvier 1943 et transférés à Clermont-Ferrand.

Le lieutenant Paul NÉSA est arrêté à la Villa d'Amiens qui est le siège de la Section des Affaires Musulmanes et est transféré directement à la prison de Fresnes où il est mis au secret du 8 janvier 1943 au 11 janvier 1944, soit un an et trois jours. A cette date il est emmené à Compiègne, puis le 27 janvier 1944 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 29 dans le convoi N° I.173. Il reçoit le matricule N° 44246 et après la quarantaine le 13 mars 1944 il fait partie des officiers membres du Deuxième Bureau qui sont transférés via Flossenbürg au Château d'Eisenberg. 
 
 
Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen 6699577.

Ils y sont internés en tant que «personnalités-otages».

 

Il y est libéré le 8 mai 1945 et est rapatrié le 15 mai.

Il obtient la Médaille de la Résistance par décret du 29 novembre 1946 et est fait Chevalier de la Légion d'Honneur par décret du 28 février 1949.

Selon le Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 442301), il est homologué en tant que Résistant au titre  des D.I.R. (Déportés et Internés de la Résistance).

La carte de Déporté Résistant N° 1.099.28831 lui est attribuée le 17 février 1956 par le Ministère des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 778 W 12

- Archives Générales du Royaume de Belgique  1.1.5.1.,  1.1.47.1.,

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Service Historique de la Défense (Dossier GR 16 P 442301)

- Service International de Recherches d'Arolsen 6699577,
 
© AFMD de l'Allier