Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
BOSLIGE Robert
 
 
Archives de la famille

est né le 9 juin 1918 au Village Bonclaude à Saint-Clément (03). Son père Paul est sabotier et sa mère Cécile née DRIGEARD est sans profession. Charbonnier célibataire  il est domicilié à Saint-Nicolas-des-Biefs (03).

Il fait son service militaire au 18ème Régiment de Chasseurs à Cheval à Saint-Avold (57) .

Source de la photo ci-contre: Archives de la famille.

 

Il est mobilisé en 1939 au même régiment et est fait prisonnier, mais s'évade du stalag. Sa mère étant décédée en son absence, il va résider  à son retour au Village Fayot et exerce le métier de charbonnier.

Il est arrêté le 17 décembre 1943 au Village Fayot pour «services rendus au maquis: ravitaillement».

Le 22 janvier 1944 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 24 janvier dans le convoi N° I.172 dans le cadre de l'opération Meerschaum (besoin de main-d'œuvre) . Il reçoit le matricule N° 43452 et après la quarantaine est transféré au camp de  Dora  et affecté au Kommando d' Ellrich.


Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation


Selon le Mémorial de Buchenwald Dora et Kommandos, Robert BOSLIGE fait partie des 1602 détenus de toutes nationalités évacués d'Ellrich pour être transférés à la Boelcke-Kasern à Nordhausen.

Dans «Histoire du camp de Dora» André Sellier explique: « Le camp d'Ellrich, dans les premières semaines de 1945, est encombré de détenus «inactifs». L'Arbeitseinteilung au 29 janvier 1945(…) indique en effet que , sur un effectif de 6581 Häftling, il y en a 467 au Revier, 983 en Blockschonung et 203 en Krankentransport, donc prêts à être transférés ailleurs comme malades. Le total de ces détenus inutilisables, soit 1653, représente le quart de l'effectif.
(…)
C'est dans ces conditions qu'un convoi est organisé le 3 mars 1945 pour évacuer d'Ellrich par train 1602 détenus de toutes nationalités. Le convoi aboutit à la Boeckle Kaserne à Nordhausen. Le 6 mars un convoi repart de Nordhausen pour une destination inconnue avec 1184 des 1602 détenus arrivés le 3 mars. Trois cent quarante-deux autres détenus sont morts entre-temps à Nordhausen ou étaient déjà morts en y arrivant».

 

Il décède

- le 4 mars 1945 à Ellrich selon le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

- le 4 mars 1945 à Buchenwald selon l'état civil de Saint-Clément et le JO N° 228 du 2 octobre 1987.

Hommage posthume

Son nom figure sur la stèle des Brizolles à Châtel-Montagne (03).

Stèle des Brizolles. AFMD de l'Allier

Photo: AFMD de l'Allier.

Selon le Service Historique de la Défense ( GR 16 P 75242), il est homologué en tant que résistant au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française) et des D.I.R. ( Déportés et Internés Résistants).

"Mort en déportation"
suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 25 août 1987 paru au Journal Officiel N° 228 du 2 octobre 1987.

 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1289 W 91,

- Archives de la famille

- Etat civil de Saint-Clément (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial de Buchenwald Dora et Kommandos Tome 3 Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Moncorgé Raymond Montagne Bourbonnaise 1939-1945 Juillet 2004

- Sellier André Histoire du camp de Dora Editions La Découverte octobre 1998

- Service Historique de la Défense GR 16 P 75242

 
© AFMD de l'Allier