Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
MERCIER Firmin Georges
 
 
DIAC Clermont-Ferrand

est né le 22 juillet 1910 au domicile de son grand père, Firmin VERGNE, au lieudit Gandèle commune de Saint-Sozy (46). Son père Pierre est cordonnier et sa mère Berthe née VERGNE est sans profession. Ils sont domiciliés à Paris (75).

Incorporé le 15 octobre 1931 il est affecté au 80ème Régiment d'Infanterie. Nommé caporal le 15 juillet 1932, il est rayé des contrôles le 15 octobre 1932 et se retire à Paris.

Le 13 juin 1934 il épouse Henriette BOUTRUCHE à Moulins (03) et ils ont deux enfants. Il s'installe à Moulins en février 1935 et est domicilié Place d'Allier. Il exerce le métier de marchand forain.

Source de la photo: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.


Rappelé le 1er septembre 1939 il est affecté en tant que sergent au 98ème  Régiment d'Infanterie et est fait prisonnier le 12 septembre 1939 à Rosières (54).

 
Liste Officielle des Prisonniers de Guerre 1939-1945 Bibliothèque Nationale de France sur site Internet Gallica.


Il s'évade le 1er février 1941 et est démobilisé le 8 février 1941 à Cusset (03).

Il ne revient pas à Moulins, mais s'installe d'abord à Vichy (03), puis au 16, rue Grenet à Bellerive-sur-Allier (03).
 

C'est là qu'il est arrêté par la police allemande le 5 février 1943 après perquisition pour «fabrication de fausses cartes d'identité»: tel est le motif indiqué sur son bulletin d'adhésion à l'association «Ceux de la Mal-Coiffée» N°597.

«Selon un rapport de police en date du 13 février 1943 MERCIER aurait manifesté l'intention de prendre sa bicyclette, mais ordre lui fut donné de monter en voiture. Sur son refus il fut emmené à pied. Il aurait alors demandé l'assistance de policiers français et fut conduit dans les locaux de la Sûreté, rue Couturier, d'où un inspecteur l'accompagna au Bureau de la Gestapo, Boulevard des Etats Unis».

Selon une note des Renseignements Généraux en date du 9 décembre 1953, "les Allemands lui auraient reproché un trafic de faux laissez-passer".

Source du document ci-contre: Archives Municipales de Moulins 5 H 81.

Archives Municipales de Moulins 5 H 81
 
 
Il est d'abord interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03), puis, selon une lettre du Commissaire Principal de Vichy, il est «détenu à Arnay-le-Duc (Côte-d'Or)».

Le 17 septembre 1943 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 18 dans le convoi N° I.136. Il reçoit le matricule N° 21143 et après la quarantaine il est transféré à Dora.

Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions inhumaines. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944.

Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.


Il fait partie des déportés évacués vers le camp mouroir de Bergen Belsen.

 
 
"Quand ils arrivent à Bergen-Belsen le 9 ou 10 avril 1945, les détenus de Dora-Mittelbau (...) ne sont pas conduits par les SS dans le camp de concentration, mais dans les casernes. Selon toute vraisemblance, à l'arrêt à Hambourg, les responsables des convois ont reçu pour instructions de s'y rendre avec leurs détenus. (...) Il se constitue en fait un Kasernlager, un ""camp des casernes"", qui est extérieur au camp de Bergen-Belsen. (...) Les détenus sont livrés à eux-mêmes, en dehors des appels, qui ont lieu jusqu'au dernier jour".

Source du document ci-contre et du texte ci-dessus:  Histoire du camp de Dora par André Sellier Editions La Découverte 1998.

Il y est libéré le 15 avril 1945 par les troupes britanniques  et est rapatrié le 26 avril 1945.

La carte de Déporté Politique lui est attribuée
par le Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre le 30 novembre 1953.

DIAC Clermont-Ferrand
Source: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

Son premier mariage ayant été dissous le 9 décembre 1947, il épouse en secondes noces Simone BERTEAU le 6 mars 1956 à Moulins.

Son décès n'est pas transcrit à l'état civil de Saint-Sozy.

                           
 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1580 W 9, 1756 W 2 N°5431,

- Archives Départementales du Lot 1 R 1930.1009,

- Archives Municipales de Moulins 5 H 81

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Etat civil de Saint-Sozy (46)

- Liste Officielle des Prisonniers de Guerre 1939-1945 Bibliothèque Nationale de France sur site Internet Gallica.

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos   Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- Sellier André Histoire du camp de Dora  Editions la Découverte 1998
 
©  AFMD de l'Allier