Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
KATZ dit DECAT André Jean 
 
Nous sommes à la recherche d'une photo.
 
Est né le 3 mai 1914 au domicile de ses parents 50, rue Servan à Paris (11ème). Son père Salomon est industriel et sa mère Marthe née LÉVY est sans profession.

Il est représentant de commerce quand  il épouse Germaine née RÉTY à Paris (10ème) le 4 juillet 1939. Il quitte Paris 11, rue des Petites Ecuries (10ème) pour se réfugier avec son épouse à Abrest (03) le 12 février 1941.

Il est domicilié à la Cascade à Abrest (03) et exerce la profession d'agent publicitaire.

Il est fiché en 1943 par l'Etat Français en tant que Juif français.

Source du document ci-contre: Archives Départementales de l'Allier 996 W 778 W 112.

Il est arrêté le 18 juillet 1944 à l'Hôtel de l'Amirauté à Vichy (03).



Dans une lettre adressée de Paris le 12 mars 1946 au Délégué Régional du Service de Recherches des Crimes de Guerre Ennemis à Clermont-Ferrand, Jean-Claude KATZ relate les circonstances de son arrestation par FRADIN, collaborateur notoire de Ferrières-sur-Sichon (03), et un agent de la Gestapo. Il est conduit au siège de la Gestapo rue du Portugal à Vichy, puis il est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).
 
Ci-contre adhésion de Jean KATZ-DECAT à l'association Ceux de la Mal-Coiffée, présidée par Maître Maurice TINLAND, grand résistant moulinois. (Source: Archives Municipales de Moulins 5 H 81).

Compte tenu de la date indiquée en haut à gauche (16 novembre 1944 ) on peut supposer que le questionnaire a été rempli par  l'épouse de Jean KATZ-DECAT.
 
 
Le 25 août 1944 il fait partie des 66 derniers prisonniers transférés dans un premier temps de Moulins à Belfort où il arrive le 1er septembre.

Il est interné à la Caserne Friedrich  en attendant d'être déporté le 5 septembre 1944 de Belfort à Buchenwald où il arrive le 10 par le convoi N° I.285.


Source du document ci-dessus: Extrait de la liste du convoi N°I.285 transmise par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.


Il reçoit le matricule N° 85227 et, après la quarantaine au Block 63, il passe au Grand Camp au Block 23. Il est ensuite affecté au Kommando de Schwalbe qui est le nom de code du Kommando de Halle selon l'Association Française Buchenwald Dora et Kommandos.

Source du document ci-dessus: Extrait du Registre Matriculaire des 85000 transmis par l'Association Française  Buchenwald-Dora et Kommandos.

Halle: Kommando du KL Buchenwald. Ce vaste Kommando en superficie, situé dans les faubourgs de Halle, ouvre en août 1944. Les détenus fabriquent des pièces d'avion pour la firme Siebel. Ils y sont plus de 500 en janvier 1945.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il rentre de déportation à une date non connue.

Il est autorisé à porter le nom de DECAT par ordonnance homologuant un décret transcrit le 3 février 1953 à Paris.

Il décède à Paris (16ème) le 5 novembre 1986.
 

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 996 W 123.02, 996 W 247.01, 996 W 778 W 112,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 597

- Archives du KL Buchenwald

- Archives Municipales de Moulins 5 H 81

- Etat civil de Paris (11ème) et de Paris (10ème)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos
 
©  AFMD de l'Allier