Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 
BOURBON-PARME Xavier de
 
 
Archives de la famille

Le Prince François Xavier de BOURBON-PARME est né le 25 mai 1889 à Camaiore dans la province de Turin (Italie). Il est le fils de Robert de BOURBON-PARME et de Marie Antoinette, Infante d'Espagne.

Il fait des études de Sciences Politiques et d'ingénieur agronome à Paris où il est domicilié au N° 47, rue de Varenne dans le 7ème arrondissement.

Source de la photo: Archives de la famille.
 
En 1914 il propose ses services à l'armée française qui les rejette en raison de la loi d'exil du 23 juin 1886 (1). Il les propose alors à l'armée anglaise qui les rejette aussi. Il entre alors en 1915 dans l'armée belge en tant que sous-lieutenant d'artillerie. Il finira capitaine d'artillerie et lui seront attribués la Croix de Guerre belge avec palme (14 juin 1919) et l'Ordre de Léopold.

Note (1): Loi d'exil: Le 23 juin 1886 paraît au Journal Officiel une loi d'exil qui interdit aux prétendants au trône de France et à leur fils aîné de résider en France. Elle interdit également à tous les autres princes français de servir dans l'Armée. Cette loi a été abrogée par la loi du 24 juin 1950.

Le 10 novembre 1927 il épouse Marie Madeleine Yvonne de BOURBON-BUSSET à Lignières (18) et ils résident au Château de BOSTZ à Besson (Allier) auquel il est très attaché.
 
Château de Bostz. Collection privée.


En 1936 il est désigné «Régent de la Communion Carliste» par son oncle Alphonse-Charles 1er, mais, ayant pris parti contre le général FRANCO, il est finalement expulsé d'Espagne.

En 1940 il rejoint à nouveau l'armée belge en tant que commandant d'artillerie et participe à la Campagne de Flandre et à la Bataille de Dunkerque.

En décembre 1940 il accomplit des missions secrètes de liaison entre le gouvernement de Pétain et le gouvernement britannique dont il traite dans un petit volume Les accords secrets franco-anglais de décembre 1940 , tractations secrètes entre Halifax et Chevalier publié chez Plon en décembre 1940.

En mars 1944 est créé un Comité d'Aide aux Réfractaires du STO (Service du Travail Obligatoire) pour les cacher dans les fermes ou les faire entrer au Maquis Danielle Casanova et dans la Résistance armée. Plusieurs personnalités de la commune de Besson sont contactées, dont le curé, Léon VIRIAT. Ce dernier cache déjà son neveu réfractaire et leur dit de s'adresser au Prince Xavier de BOURBON-PARME de sa part. Ce dernier accepte.

En juin 1944, Jean AMEURLAIN, commandant FTPF interrégional et FFI N°1180, va voir le Prince pour lui demander l'autorisation d'installer le maquis dans ses bois. Non seulement il accepte, mais il fournit des couvertures et met sa bibliothèque à leur disposition pour servir d'infirmerie.

Deux jeunes résistants, Jean-Marie AUCLAIR, 21 ans, et Marcel VIRLOGEUX, 20 ans, sont arrêtés par la Milice à leur domicile et sont internés au Château des Brosses à Bellerive-sur-Allier (03). Alerté, le Prince demande une entrevue au Maréchal Pétain et fin juillet, faute d'essence, part en vélo à Vichy pour rencontrer ce dernier. Il lui explique qu'il s'agit des fils de ses métayers et qu'ils n'ont rien à voir avec la Résistance et obtient leur libération, mais est lui-même arrêté.

Il raconte son arrestation dans une lettre en date du 13 août 1945: « Je fus arrêté le 22 juillet après diverses perquisitions par la Feldgendarmerie et mené à l'Hospice de Saint-Pourçain; mais je ne fus pas maltraité par eux. Cependant le soir même du 22 juillet j'ai été pris en charge par la Gestapo, mené à Vichy et après les traitements d'usage enfermé dans une cellule noire en sous-sol. Dans les jours qui ont suivi j'ai encore été interrogé (!) 2 fois!
Je n'ai pas connu les noms des personnages (!) de la Gestapo, car j'étais toujours ramené à ma cellule noire sans pouvoir parler à qui que ce soit. Enfin j'ai fini par être mis dans une petite cellule surpeuplée pendant quelques jours, puis expédié, toujours pour être remis en cellule, au 92ème à Clermont et de là en Allemagne".

Note de l'AFMD de l'Allier: Les agents de la Gestapo se nommaient  WESER et ESSINGER.

De Vichy il est transféré à la prison du 92ème Régiment d'Infanterie à Clermont-Ferrand. Le convoi référencé N° I.275 dans le livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation  part le 20 août1944 de Clermont-Ferrand avec au moins 239 hommes. Le train est bloqué à plusieurs reprises en particulier trois jours à Paray-le-Monial (71) par des résistants. Le Prince de BOURBON-PARME et Monseigneur PIGUET qui ont accompli des actes de résistance sont considérés comme des personnalités-otages et vont voyager dans un wagon de 3ème classe gardé. Mais l'arrivée est brutale.

Témoignage de Monseigneur Gabriel PIGUET, évêque de Clermont-Ferrand:

«Le mercredi 30 août au matin, après dix jours et dix nuits de voyage, le train est arrêté dans la petite gare alsacienne de Rothau.(…) Tous les prisonniers descendent du train. (...) C'est une nouvelle vie qui commence. Je suis frappé d'un magistral coup de pied dans les reins, tandis que le prince de Bourbon-Parme est violemment brutalisé avec un canon de fusil par l'un de nos gardiens ».

Source: Prison et Déportation SPES 1947

Comme les autres détenus le Prince de Bourbon-Parme et Monseigneur PIGUET devront effectuer les 8 kilomètres de pente ardue qui séparent la gare de Rothau et le camp du Struthof. Celui-ci se trouve à 800 mètres d'altitude et est difficile d'accès. C'est un camp de concentration de type III, c'est-à-dire que la rentabilité compte moins que l'extermination. Lorsqu'il fut évacué en septembre 1944 il y avait presque 7000 détenus.
 
 

Face à l'avance des troupes alliées le camp de concentration du Struthof Natzweiler est évacué dans plusieurs convois successifs.

Le Prince fait partie du convoi arrivé  le 6 septembre 1944 à Dachau où il reçoit le matricule N°101057.

Mémorial annuaire des Français de Dachau

Source: Mémorial annuaire des Français de Dachau.


En avril 1945 il est envoyé avec Monseigneur PIGUET (Matricule N°103001) à Innsbrück. Les Allemands qui fuient l'avance alliée emmènent avec eux ceux qui pourraient servir de monnaie d'échange. A Innsbrück ils retrouvent, entre autres personnages célèbres, Léon BLUM et son épouse.

 
Monseigneur PIGUET raconte leur libération à l'hôtel Prager Wildsee sur les bords du lac de Praies: «Le vendredi 4 mai… je vois une agitation inaccoutumée devant l'hôtel à 100 mètres du petit sanctuaire. Je m'approche et m'enquiert: «Mais Monseigneur, me répond un de mes compagnons, vous ne savez donc pas… Ce sont les Américains». Pendant ma messe ils étaient arrivés. En un instant tous nos gardiens allemands, Wehrmacht ou S.S., sont désarmés, mis dans des camions et emmenés. Cette fois c'est bien la libération».

A son retour de déportation le Prince de BOURBON-PARME fait à la demande des autorités françaises une déposition sur les crimes de guerre qu'il a constatés en Allemagne. De même il témoignera au procès de Pétain.

En 1967 il est fait Chevalier de l'Ordre du Saint-Sépulchre.

En 1974 suite à un accident de voiture il abdique en faveur de son fils, le Prince Charles-Hugues.

Il décède le 7 mai 1977 à l'hôpital de Coire, canton des Grisons en Suisse, et est inhumé au cimetière de l'abbaye bénédictine dans le carré des moines à Saint-Pierre-de-Solesmes  (Sarthe).


Dans le cadre du Congrès Départemental de la FNDIRP (Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes)  à Besson le 20 mars 2010 une plaque en hommage aux déportés de Besson est dévoilée par Monsieur Jean PAGNON, maire de Besson, et le Prince Charles-Henri de LOBKOWICZ. Cette plaque est apposée au bourg de Besson près de l'Arbre de la Liberté.
 
 
Photo: Jean Pagnon
Photo: AFMD de l'Allier

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W1, 996 W Police Politique Février 1942

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 528

- Archives de la famille

- BARET René Chanoine Un Saint Ami: le Prince Xavier de Bourbon, Duc de Parme (1889-1977) La Vie Mancelle 1980

- BLUM Léon Le dernier mois Arléa février 2004

- BOURBON-PARME Xavier de Révélations sur les accords secrets Halifax-Chevalier de décembre 1940 article paru dans Le Figaro le 7 avril 1953

- BOURBON-PARME Maria Teresa de  Conférence au Château d'Avrilly le 14 juillet 2012

- BOURBON-PARME Maria Teresa de  Les Bourbon Parme  une famille engagée dans l'histoire  Editions Michel de Maule 2014

- COLLAS Henri
Le Prince Xavier de Bourbon Société d'Emulation du Bourbonnais 26 mai 1977

- Etat civil de Lignières (18)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial annuaire des Français de Dachau Amicale des Anciens de Dachau 1987

- PIGUET Gabriel Monseigneur Prison et Déportation Editions Spes, 1947

- VAN KERREBROUCK La Maison de Bourbon (2ème édition) 2004

© AFMD de l'Allier