Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

VIZIER Raymond

Nous sommes à la recherche d'une photo.

Est né le 19 juin 1920 au lieudit La Folie à Varennes-sur-Allier (03). Il est le fils de Claude et de Madeleine née CHOMET.

En 1943 il est manœuvre, célibataire, domicilié à Saint-Gérand-de-Vaux (03). Faisant partie des classes 1920-21-22 il est requis pour le STO (Service du Travail Obligatoire) qu'il accomplit au Camp de Saint-Loup (03) où se trouve un dépôt de munitions.

Il est arrêté le 10 juin 1943 par les Allemands ainsi que 7 autres employés. Selon une note de police «La plupart des 8 employés arrêtés ce jour ont été trouvés porteurs de munitions à la suite d'une fouille intervenue à leur sortie du camp. Les autres ont été accusés de sabotage». 

Lors de l'enquête de gendarmerie du 16 janvier 1946 à  propos de l'arrestation de Raymond VIZIER, sa mère née Madeleine CHOMET déclare: " Il (VIZIER Raymond) avait été requis par les Allemands pour travailler dans ce camp. Au cours de son travail, à l'insu des Allemands, il avait sorti des balles de revolver pour les donner à la Résistance. Ces munitions avaient été enfouies par lui dans notre jardin.
 Après son arrestation, à la suite d'un interrogatoire subi par la force, mon fils a dû certainement indiquer l'emplacement des munitions cachées. Car le 10 juin 1943 deux agents allemands en civil sont venus dans mon jardin et ont découvert les cartouches enfouies avec un pistolet. Je n'ai pas compris ce que ces deux hommes disaient, car ils s'exprimaient en allemand".
 

Il est transféré à Vichy (03) Boulevard des Etats-Unis, siège de la Gestapo, puis à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins (03).

Le 3 septembre 1943 il est déporté de Compiègne à Buchenwald où il arrive le 4 dans le convoi N° I.131. Il y reçoit le matricule N° 20663.

 
Source du document ci-dessus: Service International de Recherches d'Arolsen 7348291.

Après la quarantaine il est transféré au Tunnel de Dora.

 
Dora: Ce camp dépend à l'origine du KL Buchenwald qui n'est situé qu'à environ 80 km. Il a été créé en septembre 1943 pour accueillir dans ses tunnels l'usine de Peenemünde bombardée par la RAF le 17 août 1943. Les déportés travaillent en deux équipes de douze heures. Ils creusent des galeries dans des conditions inhumaines. Ils restent six mois sans voir le jour et couchent à même le sol. La mortalité est très élevée. Dora devient autonome en octobre 1944.
Source: Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

 

Il décède à Dora - le 10 janvier 1944 selon le Service International de Recherches d'Arolsen

                       - le 11 janvier 1944 selon l'état civil de Varennes-sur-Allier et le JO N° 286 du 9 décembre 2001.

La carte de Déporté Politique N° 1.111.27205 lui est attribuée à titre posthume sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 24 octobre 1960.

Source du document ci-dessus: ONACVG du Puy-de-Dôme.



"Mort en déportation" suivant l'arrêté du 24 octobre 2001 du Secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants  paru au Journal Officiel n°286 du 9 décembre 2001 page 19632.

Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1289 W 91, 1580 W 8,  1 R 1940.1084.3034,

- Archives Départementales du Puy-de-Dôme 908 W 45

- Etat civil de Varennes-sur-Allier (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mémorial Buchenwald Dora Kommandos  Association Française Buchenwald Dora et Kommandos

- MemorialGenWeb site Internet

- Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Puy-de-Dôme

©  AFMD de l'Allier